Toute tentative de réforme du mode de production capitaliste relève de la pure naïveté

Toute tentative de réforme du mode de production capitaliste relève de la pure naïveté, qu’il s’agisse des politiques keynésiennes de relance, de baisse des inégalités ou des politiques néolibérales qui feraient tout reposer sur le libre fonctionnement du marché, toutes les solutions proposées pour remédier aux faiblesses du mode de production capitaliste sont de pures utopies.(…)
Il ne reste que peu de place pour les propos réformistes.(…)
Il est peu probable que nous soyons en mesure de sortir d’une succession de crises et dégradant considérablement le niveau de vie de tout un chacun, comme on peut l’observer en Grèce, comme on peut l’observer aux États-Unis mais également dans notre propre pays touché par la dernière crise économique internationale.
Aujourd’hui on est clairement aux portes de la barbarie.
Tout mouvement social qui ne s’attaquerait pas au cœur du mode de production capitaliste, c’est-à-dire au salariat mais également au processus d’accumulation mais également à l’État qui est derrière se trouverait dans le domaine de l’utopie.

Mylène Gaulard

Ecouter la conférence ici =>

« Les dangers de la suraccumulation en Chine : une analyse marxiste » from Les Films de l’An 2 on Vimeo.