Archives par mot-clé : Toulouse

Décision inique d’un pouvoir en panique, la FAC de Toulouse sous tutelle

Communiqué Intersyndical :

L’intersyndicale des personnels et des étudiant-e-s déplore la décision autoritaire de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) qui, au moment de l’arrêt du processus de l’IDEX UNITI 2018, a pris la décision de dissoudre tous les Conseils de l’Université de Toulouse-Jean Jaurès, ce qui est sans précédent dans l’histoire des universités, et la mise sous tutelle par un administrateur provisoire. Cette situation fait craindre l’intervention des forces de l’ordre.

Elle demande au Ministère et aux autorités compétentes de renoncer à toute intervention des forces de l’ordre. La situation sur le campus du Mirail est totalement calme, comme elle l’a toujours été.

L’intersyndicale s’indigne de cette décision brutale alors que des discussions étaient en cours au sein de l’université.

Aux côtés des personnels et des étudiant-es, l’intersyndicale reste mobilisée et réaffirme son opposition :
– au processus de fusion imposée dans le cadre de l’Université de Toulouse ;
– à la loi ORE-ParcourSup-Sélection.

Elle appelle à amplifier la mobilisation et à participer massivement à la grève du 22 mars et celles à venir et elle maintient son AG des personnels demain à 10h et l’AG commune étudiant-e-s / personnels de jeudi à 10h.

L’intersyndicale réaffirme sa volonté de continuer la mobilisation en faveur d’une Université ouverte, publique et démocratique et de maintenir l’unité des personnels et des étudiant-e-s, dans l’intérêt des un-e-s et des autres.

Toulouse, mardi 20 mars 2018

CGT – FO – FSU – Solidaires étudiant-e-s – SUD – UNSA ITRF Bio – UET – UNEF

 

Nous appelons tous les compagnon-ne-s solidaires du mouvement personnels-étudiants à amplifier la solidarité active déjà présente sur place et venant de toutes parts. Nous appelons tous les anarchistes, tous les communistes, tous les progressistes à se mobiliser physiquement sur place afin de stopper toute évacuation policière.

 

Les Enragé-e-s

Contre le monde et sa sélection

 

1. L’exploitation capitaliste est le moteur du monde actuel. C’est un rapport social qui fonctionne par la contrainte : on ne peut vivre sans argent et toute une armée de flics, de vigiles et d’huissiers est payée pour défendre cet état de fait. Alors les uns s’usent à travailler ou à chercher un travail pour vivre, là où d’autres usent de ces prolétaires pour accroître leur thune, leur pouvoir.

2. La reproduction de cette exploitation est donc fondamentale pour la classe capitaliste. Elle nécessite de former chaque année de nouvelles générations afin de nous transformer en cette main d’oeuvre dont ils ont besoin. Ce rôle de formateur est principalement joué en France par l’Éducation Nationale et l’Enseignement Supérieur.

3. L’idéologie républicaine de l’égalité des chances et du mérite est une foutaise. L’école est une machine à écraser, à trier et à dispatcher la force de travail dans les différentes sections professionnelles suivant les besoins économiques du moment. La sélection de classe s’opère à chaque échelon scolaire, de la maternelle à l’université. Lutter uniquement contre la sélection à l’université expose à un dilemme : jusqu’où le tri peut-il « légitimement » s’opérer ? Si on ne trouve aucune réponse convenable, c’est que la formulation de la question n’est pas la bonne. On devrait dire : pourquoi le tri doit-il s’opérer ? Nous renvoyons alors aux points 1 et 2.

3-bis. Il est préférable de ne pas se méprendre lorsque l’on démarre une lutte à la fac : le savoir est une marchandise, l’université est une entreprise et l’État est toujours capitaliste. Aucun sanctuaire n’y a été décrété. Ne croyez pas les charlatans qui vous assurent du contraire, ils sont là pour monnayer du rêve bureaucratique.

4. Lutter en tant qu’étudiant, c’est manquer le coche de ce que cette loi de sélection peut solliciter : la critique du monde qui la régit. L’université n’est pas une île. La ville de Toulouse regorge de tensions, de conflits, de possibilités d’action et de solidarité. Tisser un tel mouvement réclame du temps et des lieux. C’est précisément ce qu’une fac occupée peut proposer. Des lieux et du temps.

5. Tandis que la sélection annonce un accès aux bourses plus difficile et un contrôle beaucoup plus sévère des étudiants boursiers (une ressource dont nous avons besoin, que nous soyons férus de philo, de lettres, d’anthropo ou PAS), les vacataires du Mirail continuent d’être payés au lance-pierre pour assurer la majeure partie de « l’offre d’enseignement ». Tandis que la fusion annonce une hausse des frais d’inscription à la fac, les lycéens de Gallieni se tapent flics, vigiles et caméras pour se former au turbin. Nous devons refuser ce futur et lutter au présent. Le moment de la lutte est un moment de jonction et de dépassement des catégories où nous sommes à l’instant T. Pas une simple juxtaposition des « chacun chez soi » comme le présume la mythique « convergence des luttes ».

6. Pour ce faire, il est nécessaire de proposer des espaces autres que ceux tenus par les syndicats étudiants corporatistes et autres politicards. L’AG ne sera jamais un endroit décent tant que les personnes opposées au mouvement auront leur mot à dire sur la façon dont on lutte. Multiplier les points de rencontre permettra peut-être de mettre à mal le centralisme démocratique et sa terrible manie à étouffer les expressions subversives qui sortent du cadre bien tracé de la « contestation étudiante ».
Ces complicités potentielles sont à l’intérieur et en dehors de l’université.

7. Contre le monde et sa sélection. Tout doit disparaître.

Procès d’un casseur : le marquis, la banque et le boulanger

T.R., boulanger de 21 ans, s’est fait choper pendant les émeutes du 1er novembre. Il est accusé d’avoir balancé un parpaing dans le dos d’un agent de la BAC (1 jour d’ITT) et d’avoir lancé des pierres sur la vitrine du Crédit Mutuel de la place Esquirol (« LA banque à qui parler »). Visiblement inexpérimenté, l’accusé a immédiatement avoué être l’auteur des faits qui lui étaient reprochés. Quelle aubaine ! Après un mois de débordements et de samedis perdus pour les commerçants, la justice tient enfin son coupable.

10269390_377486769084568_3525221076664547088_n
La première question du juge porte tout naturellement sur la coiffure « de type rasta » (dixit les dépositions du policier) que l’accusé arborait le jour des faits. « Avez-vous changé votre coiffure depuis le 1er novembre ? ». Question purement rhétorique, puisque tout le monde voit bien qu’il a aujourd’hui les cheveux courts. L’effet est réussi, T. est d’entrée déstabilisé, sommé de s’expliquer sur son apparence alors qu’il croyait être accusé de violence sur personne dépositaire de l’autorité publique dans l’exercice de ses fonctions. Il balbutie qu’ « en prison, les dreadlocks ramènent toutes les saletés », mais arrive bon gré mal gré à rebondir en expliquant que « ce changement d’apparence est aussi le signe d’un changement dans [sa] personne ». Fier de lui, le juge continuera de s’amuser avec cette histoire de dreadlocks à travers d’autres questions faussement naïves du type « ah bon ? Mais quel est le problème avec cette coiffure ? »

D’autant que le président du procès n’est pas n’importe qui. Pur produit de l’aristocratie française, Henri de Larosière de Champfeu (marié à l’exquise Diane Marie Paloma de Roquemaurel de Lisle) n’est autre que le frère de Jacques du même nom, pas méconnu des milieux de la finance : directeur du FMI de 1978 à 1987, gouverneur de la banque de France de 1987 à 1993, président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (1993), président de la BNP… Bref, le frangin semblait tout désigné pour présider le procès d’un casseur de banque.

10455108_778362435533265_2418458237040591989_n
Depuis la manifestation du 22 février à Nantes, la répression étatique a fait 12 mutilés à vie et un mort chez les manifestants, des centaines d’arrestations arbitraires, des dizaines de comparutions immédiates dans une parodie de justice, de la prison ferme pouvant aller, comme pour Enguerrand, jusqu’à un an d’enfermement, pour avoir jeté un simple fumigène contre une barrière en plastique.

 

Avant de commencer, Henri prend soin de récupérer le parpaing délictueux, qui avait été mis sous scellé, afin de le placer bien en évidence sur son bureau. Tout content de sa pitoyable petite mise en scène, il résume les faits brièvement, pressé d’en découdre avec le petit prolo rebelle qui se tient en face de lui et qui ne paie rien pour attendre. Jean-Michel Baqueux, le flic amoché, est présent pour assister à la petite sauterie, pressentant déjà que son cadeau de Noël sera cette année un peu en avance. Il a une telle tête de flic, que quand bien même il serait revêtu d’un simple pyjama, on aurait envie de lui présenter ses papiers d’identité.

10888415_778364595533049_2959581701470496340_n

.Se rappelant soudainement que sa victime du jour n’est pas uniquement accusé de délit de faciès, Henri passe à la prochaine question : « Est-ce que la mort de Rémi Fraisse vous autorise à lancer des parpaings contre les policiers ? »

 

10405458_778364738866368_5614209687891685952_n

Et l’accusé de servir la soupe que son avocat lui a demandé de servir, celle que l’on entend dans chaque procès, des répliques formatées pour les merdias, pour les juges, et pour tous ceux dont le cerveau est trop petit ou le portefeuille trop gros pour comprendre que notre insurrection est légitime ; « J’ étais influencé, j’étais pris dans un mouvement de foule, j’ai suivi mon instinct… »

1907919_778364575533051_6728223554434841818_n

M. le Marquis, qui s’improvise philosophe pour l’occasion, l’interrompt : « C’est quoi la différence entre l’homme et l’animal ? » Regard dubitatif de l’accusé, qui ne sait plus s’il est encore utile d’intervenir tant le juge se fait les questions et les réponses. Ce dernier reprend : « Ne peut-on pas attendre de l’humain qu’il surmonte son instinct ? »
– Si…
– A quoi sert la police ?
– A protéger la société…

damienX2
A gauche, Damien Cour Franklin Roosvelt le 22/02/2014 vers 17h. A droite, à l’hôpital

 

Quentin-X2
A gauche, Quentin rue Deurbroucq à Nantes le 22/02/2014 vers 18h30. A droite, à l’hopital le lendemain

 

flashball-nantes-Emmanuel-Derrien
Emmanuel à l’hôpital de Nantes le 22 février 2014

 

flash-ball_super-pro-copie-1
Flash-Ball Super pro (44mm) 4e catégorie – « armes à feu dites de défense » Longueur : 33 cm – Poids : 1,550 kg. Fabriqué par Verney-Carron (France), il arme les forces françaises depuis 2002. Il possède la puissance d’arrêt d’un 38 Spécial avec un bruit de détonation équivalent à un fusil à pompe cal.12. Il propulse des balles de caoutchouc (28g) de 44 mm (sphériques) jusqu’à 30 mètres. Sa portée opérationnelle est de 7 à 10 mètres. Energie de 200 joules à 2,5 mètres.

 

LBD-copie-1
LBD 40 (40 mm) ou Grenad Launcher 06. 1ère catégorie – « conçues pour ou destinées à la guerre terrestre, navale ou aérienne » Longueur : 59 cm – Poids : 2,050 kg. Fabriqué par Brugger & Thomet (Suisse), il arme les forces de l’ordre françaises depuis 2009. Equipé d’un canon simple 40×46 mm en métal, d’une crosse repliable et d’une poignée, il ne produit pas de bruit de détonation. Il propulse des balles mi-dur (26g) de 40 mm sur une distance de 25 à 50 mètres. Sa portée opérationnelle est de 10 à 30 mètres. Energie de 122 joules à 10 mètres et à 84 joules à 40m

 

Autres armes susceptibles de mutiler

Grenades de type classique

lacrymo-master-web2-copie
A gauche : Grenades lacrymogènes de type classique. Ici, les GLI F4 (SAE 810) fabriquées par Lacroix-Alsetex.29 Au centre : Grenades lacrymogènes à effet sonore très intense (165 db). Egalement abriquées par Lacroix-Alsetex, elles produisent une forte détonation et sont souvent confondues avec les grenades de désencerclement. Contrairement à celles de type classique, elles n’envoient pas de résidus aux alentours, mais libèrent un nuage de gaz CS pulvérulent. « Lors de la manifestation de Toulouse (31) du 7 mars 2006 (avis 2006-22 évoqué supra, rapport 2007), M. M.R. a été touché à la tête par une grenade lacrymogène qui aurait dû éclater en vol. Le médecin qui l’a examiné a notamment constaté un traumatisme crânien sans perte de connaissance, et plusieurs plaies profondes au niveau du front et du sourcil ayant entraîné la pose de quarante points de suture. »30

 

– Si vous envoyez des parpaings sur les personnes dont le travail est de protéger la société, quel regard croyez-vous que cette société portera sur vous ?

– Un regard méchant ?

Le jeune ouvrier a beau courber l’échine le plus bas qu’il peut, ça ne suffit pas à calmer le magistrat à la double particule, bien décidé à humilier jusqu’au bout le sans-dent qui a eu l’affront de se révolter.

601919_165579483608632_860049113_n

« Vous envoyez un parpaing sur un policier de dos qui n’a ni casque ni carapace (sic). Où est le courage ? Chez vous, ou chez lui ? » Celles et ceux qui sont familièr-e-s du fameux courage policier, consistant à éborgner des manifestants désarmés à une centaine de mètres ou à asphyxier des vieux Arabes à l’ombre d’un commissariat, apprécieront la justesse de la question, si jamais ils ou elles ont la chance d’être encore en vie.

flicsaggio2

Las, Henri refile son os déjà bien entamé à ses complices de la partie civile. C’est le moment où la grandiose avocate du Crédit Mutuel rentre en scène. Elle est ici comme chez elle, c’est presque si on lui demanderait pas de prendre la place d’une des assesseures. Alors que l’on s’attendait à une brève intervention rappelant le montant des dommages infligés sur les différentes agences de la banque (« la modique somme de 78 000 euros tout de même »), la voila qui se livre à un invraisemblable discours politique.

10860960_778364615533047_759041060788586494_o

Les manifestants sont accusés de « stigmatiser la police », une expression qui reviendra trois fois dans sa bouche pleine de novlangue débile. Elle pointe la préparation du manifestant « pour ne pas dire casseur » ; son équipement, « qui comportait un casque, un masque, des gants, et surtout de la littérature, trouvée sur des blogs spécialisés, qui explique comment se défendre contre la police. » Bref, des manifestants armés, organisés, qui oppriment une minorité, la police, vulnérable et désarmée. Il faut le dire vite.

10006292_778359515533557_5691917084128067303_n

L’avocate se livre ensuite à une tentative d’analyse des mouvements « anarchistes », qui assimileraient dans la plus grande confusion « les banques, le Grand Capital (sic), à l’État et à sa police, qui seraient à l’origine de la mort de Rémi Fraisse. » Et c’est là qu’a lieu son incroyable conclusion, ce moment où tombent les masques, où la mascarade se laisse voir pour ce qu’elle est : « C’est ce discours qu’il faudrait tarir. »

10408715_778364658866376_6123301338572141920_n

10365876_359444410888804_1815496854021933611_n 10366300_778358435533665_2694456327434032014_n 1510833_778357552200420_4227894217849979619_n 10704001_778360838866758_6916143595374431109_n 10906172_778364622199713_8528630626412341846_n

C’est ce discours qu’il faudrait tarir.

 

Qui d’autre que l’avocate d’une grande banque peut se permettre de venir donner des prescriptions d’ordre politique à une cour de justice ? Qui d’autre peut se croire légitime à décréter quel discours est acceptable, quel discours ne l’est pas ? Sans complexe, le Grand Capital demande à sa milice, la justice française, de faire taire les pensées déviantes, nuisibles à ses intérêts. Et il n’y a qu’à voir avec quel entrain cette dernière s’exécute pour comprendre que le discours que condamne l’avocate n’est dangereux que parce qu’il est vrai.

Pour tarir tous tout ça, donc, l’avocate propose logiquement de condamner l’échantillon de sous-prolétariat ici présent à rembourser l’intégralité des dommages infligés à l’agence d’Esquirol le 1er novembre 2014, c’est-à-dire 45 928 euros. Trois années et demie de SMIC, ça devrait lui remettre de l’ordre dans ses idées, lui qui confond banque et État !

Le procureur a presque honte de s’exprimer tellement il fait doublon. Il tient quand-même à citer Camus, question de pas paraître complètement inutile, à propos de cette histoire d’instinct évoquée plus haut ; « un homme, ça se retient. » Du coup, pour l’animal smicard qui se tient en face de lui, il demande le remboursement du Crédit Mutuel et un an de prison. Merci, à plus.

10431448_778362498866592_7965881631341274589_n

Pour la forme, on laisse l’avocat de la défense terminer les hostilités avec sa plaidoirie. Désintérêt ostensible de la part du juge, qui se cure même furtivement le nez en regardant dans le vide. Il faut dire que l’avocat, Christian Etelin, est d’une extraordinaire médiocrité. Il réussit l’exploit de consacrer la majeure partie de son intervention à expliquer qu’il est stupide d’affirmer que la police a assassiné Rémi Fraisse, que ce sont là des allégations mensongères, qu’il s’agit bien entendu d’un accident, et qu’il faudrait être particulièrement sournois pour prétendre le contraire. D’ailleurs, c’est bien la faute à ces discours grossiers, portés entre autres par des « irresponsables politiques » (il cite, avec une ironie théâtrale : « une tâche indélébile sur l’action du gouvernement » – mais qu’est-ce que Cécile Duflot vient foutre là-dedans ?), que son client s’est laissé emporter, influencé comme il l’était par la propagande d’ultra gauche. Il concède tout de même que le barrage de Sivens n’a pas l’air d’un projet tout à fait réglo, que l’union européenne commence même à se poser des questions, que bon, hein, bon, quand-même ! S’attendant sans doute qu’à l’évocation de la biodiversité des zones humides tarnaises, le président allait soudainement s’écrier : « Acquitté ! »

A la place, ce dernier lui coupe la parole en pleine plaidoirie, chose que je n’avais jamais vue auparavant. Alors que l’avocat raconte comment son client se fait régulièrement tabasser en prison par ses codétenus, il demande, avec tout le mépris qu’il est possible de concentrer en un seul homme : « A-t-il porté plainte ? »
– Eh bien… Non, non, il n’a pas porté plainte. Il n’en a pas encore eu le temps.
– On va essayer de rester factuels, alors. Vous me parlez d’évènements qui n’ont pas fait l’objet de plaintes…
– Bien, bien.
Il est vrai que porter plainte contre des gens violents avec qui l’on est enfermé frappe tellement au coin du bon sens que c’est à se demander si notre boulanger du jour mérite ne serait-ce que ce semblant de procès.

Alors qu’une partie des débats avaient portés sur la nature et la taille des projectiles envoyés sur l’agence bancaire par l’accusé– pierres, cailloux, parpaings ? – l’avocat, vraisemblablement encore bourré de la veille, se débrouille encore pour préciser que son client est titulaire de deux CAP : tailleur de pierre et matériaux composites. Ce n’est que quand il estime avoir fait assez de dégâts qu’il retourne décuver sur son banc, conscient que le banquier-juge qu’il a en face de lui se contient pour ne pas lui balancer son parpaing dans la gueule.

Après un suspens insoutenable, la peine d’élimination sociale est prononcée. La cour a décidé de suivre les réquisitions du procureur – celles de la banque, en fait – 45 928 € de dommages et intérêts, un an de prison dont six mois fermes (question qu’il perde bien son boulot, dans quel cas trois ans et demie de SMIC pourraient pertinemment se transformer en sept ans et demie de RSA), sans oublier les 700€ pour les flics blessés (oui, parce que tous les flics blessés le 1er novembre l’ont étrangement reconnus après coup comme étant l’auteur de leurs blessures… Puisqu’on vous dit que c’était un professionnel !)

La mère crie sa rage, les frères pleurent, les flics les regardent en rigolant. « Il a joué, il a perdu », se gausse l’un d’entre eux devant le palais d’injustice.

A ce prix là, camarade, la prochaine fois, fais comme les flics : vise la tête.

Quant à nous qui sommes encore libres : ciblons le Crédit Mutuel dans chacune de nos manifs, harcelons-les à base de “tiens, tes dommages et intérêts”. A 46 000 euros la vitrine, ça vaut le coup (de marteau) !

Source iaata.info

Pour écrire au camarade incarcéré :

Maison d’Arrêt de Seysses
Rue Danielle Casanova
BP85 Seysses
31603 Muret Seysses
T.R.
N° d’écrou 27107

Maintenir les liens avec le (la) prisonnier(e) :
le courrier & la censure, les permis et le parloir, les radios.

MASTER-TABLEAU-BLESSURES
Données sur le Flash-ball et le LBD 40

Collectif des blessés par la police lors de la manifestation du 22 février 2014 à Nantes

 

Zied et Bouna en 2005
Moushin et Laramy en 2007
Ali Ziri en 2009
Wissam el Yamni et Amine Bentousi en 2012
Abdelhak Goradia, Mourad Touat, Hocine Bouras et Rémi Fraisse 2014
Entre 2000 et 2014, au moins 127 personnes sont mortes sous les coups de la police.

police-bis-r-1024x827

 

Sur l’anarchie:

 

1459784_377640149069230_1680268460520267047_n

Les anarchistes ne sont pas des extrémistes.

C’est l’ordre social qui est extrême par son exacerbation de la domination hiérarchique, par sa violence, par sa folie meurtrière, par sa destruction de la vie même.
La propriété enfante depuis son invention surtout des pauvres et des exclus et bien marginalement des riches; elle a été le moteur du capitalisme, du colonialisme, du racisme et de l’industrialisme à outrance qui a étendu sa merde à la grandeur de la planète, jusque dans l’air qu’on respire.
Mais il est extrémiste — non, inconcevable — de songer à l’abolir, même si l’humanité pendant l’essentiel de son histoire a vécu sans elle et s’en portait beaucoup mieux.
L’État est au cœur même de toutes les abominations des cinq cents dernières années, des guerres aux massacres en passant par des génocides, mais il est extrémiste — non, inconcevable — de songer à l’abolir, même si encore une fois l’expérience humaine nous démontre qu’on vivrait beaucoup mieux sans lui.
Il est d’une tristesse indicible que de vivre dans une société ou le désir de vivre plutôt que de survivre est perçu comme de la subversion. Une société où remettre en question l’obligation de devoir se vendre — au rabais, de surcroît — pour avoir le privilège de survivre est accueilli comme un scandale. Une société où le désir de n’être déterminé que par ses propres nécessités est considéré comme immoral et outrancier.

L’anarchie n’est pas radicale.

C’est le capitalisme qui est radical par son exploitation. C’est l’État qui est radical par son oppression. Ce sont les religions et les médias qui sont radicaux par leur bêtise. C’est la police et l’armée qui est radicale par sa violence.

Désirer la chute de ces institutions de mort ne constitue en rien de l’extrémisme; je dirais plutôt que ce n’est qu’un simple soubresaut de lucidité et un signe de santé mentale.

Anne Archet