Archives par mot-clé : Social traîtres

Qui sont les rois des AG?

  Pour beaucoup, l’AG en soi porterait un cadre plus propice à l’exercice du pluralisme démocratique, en opposition au vote en isoloir, qui, dans un cadre capitaliste et bourgeois, ne sert finalement qu’à choisir les gestionnaires de l’économie marchande et de notre propre exploitation.

Or même si nous préférons dans son principe, une décision prise en AG à une décision prise en petit comité, on se rend compte à l’usage, que nombreux sont les militants et bureaucrates professionnels à être capables d’investir les AG au but d’en prendre le contrôle, les monopoliser ou de les torpiller.

 C’est un sujet qui nous semble important car hélas, beaucoup ont tendance à faire confiance à ceux qui se jettent spontanément sur les micros, qui sont, il faut bien le dire, toujours les mêmes.

Le fétichisme de l’AG démocratique? Un leurre.

On le sait depuis longtemps pour les AG d’universités qui ne sont que le terrain de jeu des militants de différentes organisations, y compris non organisés comme les autonomes.

Pour les partis pas d’AG, des motions. Pour les syndicats des simulacres où le délégué syndical prêche la bonne parole.

Pour les associations, en général l’AG annuelle pour la présidence etc… Seules quelques associations sur le terrain des luttes peuvent parfois avoir un fonctionnement plus démocratique.

 Il s’agit de mobiliser des ” militants bénévoles “, impossible de leur donner des ordres, bien que je pense qu’elles ont quand même des “leaders” désignés ou charismatiques.

  Quant aux libertaires “autogestionnaires” par principe, l’AG “souveraine” n’échappe pas à des codes invisibles, des affinités et aux “leaders d’opinion”.

 L’AG est un exercice de la parole, malheur à celui qui ne maîtrise pas cet art, de fait on se croirait souvent plus au concours d’éloquence des apprentis avocats plutôt qu’à une discussion collective d’analyses et de stratégies.

 De fait, la composante sociologique et idéologique de l’AG, traduit la ligne politique majoritaire du groupe et des décisions prises en AG,  le profil politique étant déjà prédéfini. Celui qui pense apporter une voix différente à la “ligne” habituelle risque d’être fort marri.

 Comment y remédier? Déjà effectuer le plus souvent la rotation des taches et le travail en commissions en dehors des AG. Plus le groupe est petit, plus le timide ou réservé peut s’exprimer. Mais il n’existe pas de recettes miracles, à chacun de rester acteur et ne pas déléguer sa parole, par fainéantise ou sentiment d’infériorité, aux professionnels des AG.

 Pour cela une analyse critique de l’AG, et la mise en place de garde-fous est nécessaire dans tous les milieux pratiquant ce mode de fonctionnement “démocratique”.

 
Les Enragé-e-s

 

 

Pour élargir ses réflexions :

” L’exemple suisse n’est pas mieux avec son système référendaire qui permet l’adoption des pires mesures racistes. Notons qu’en suisse, le fait que ce soit les cantons qui votent à main levée qui sont les plus réactionnaires et qui ont accordé le plus tardivement le droit de vote aux femmes, dans les années 1990 !!! ” Lire la suite ici