Archives par mot-clé : Régime de Vichy

Non, le 1er mai n’est pas la « Fête du Travail »

Le samedi 1er mai 1886, à Chicago : cette date fixée par les syndicats amé­ricains et le journal anarchiste « The Alarm » afin d’organiser un mouvement revendicatif pour la journée de 8 heu­res, aura des conséquences inattendues pour la classe ouvrière internationale.

La grève, suivie par 340 000 salariés, paralyse près de 12 000 usines à tra­vers les USA. Le mouvement se pour­suit les jours suivants; le 3 mai, à Chicago, un meeting se tient près des usines Mc Cormick.

Des affrontements ont lieu avec les  » jaunes  » [les syndicats patronaux] et la police tire sur la foule, provoquant la mort de plusieurs ou­vriers.

Massacre_Haymarket_Square

Le 4 mai, tout Chicago est en grève et un grand rassemblement est prévu à Haymarket dans la soirée. Alors que celui-ci se termine, la police charge les derniers manifestants. C’est à ce moment là qu’une bombe est jetée sur les policiers, qui ripostent en ti­rant. Le bilan se solde par une dou­zaine de morts, dont 7 policiers.

Cela déclenche l’hystérie de la presse bour­geoise et la proclamation de la loi martiale.

La police arrête 7 anarchis­tes, dont deux seulement étaient pré­sents au moment de l’explosion.

7_meneurs_anarchistes_HaymarketMais qu’importe leur innocence; un procès, commencé le 21 juin 1886, en condamne 7 à mort; malgré l’agitation internationale, ils seront pendus le 11 novembre, sauf Lingg qui se suicidera la veille, dans sa cellule et Neebe qui écope de 15 ans de prison.

Trois ans plus tard, en 1889, le congrès de l’Internationale Socialiste réuni à Paris décidera de consacrer chaque année la date du 1er mai : journée de lutte à travers le monde

prolétariat

Ce n’est que le 24 avril 1941, sous le régime de Vichy dirigé par le Maréchal Pétain que le 1er mai devient officiellement « la fête du travail et de la concorde sociale » et devient jour chômé..

Petain_travail_originel
Affiche de propagande pétainiste.

Cette mesure est destinée à rallier les ouvriers au régime de Vichy et à briser toute autonomie du mouvement ouvrier, notamment avec l’interdiction de la libre syndication. Son initiative revient à René Belin, pacifiste et anticommuniste, ancien dirigeant de l’aile socialiste de la CGT .

urlRené Belin démissionne du bureau confédéral le 9 mai 1940 et accepte, le 14 juillet, le ministère de la Production industrielle et du Travail de la part dans le gouvernement vichyste.

Vont le suivre les dirigeants de « Syndicats » qui représentait près d’un tiers des délégués au congrès confédéral de Nantes en 1938.

Leur verbe anticapitaliste va servir d’alibi à une position collaborationniste, leur anticommunisme les mènera à la trahison.

 

1er_mai

Les syndicats, agissent utilement en tant que centres de résistances aux empiétements du capital. Ils manquent en partie leur but dès qu’ils font un emploi peu judicieux de leur puissance. Ils manquent entièrement leur but dès qu’ils se bornent à une guerre d’escarmouches contre les effets du régime existant, au lieu de travailler en même temps à sa transformation et de se servir de leur force organisée comme d’un levier pour l’émancipation définitive de la classe travailleuse, c’est-à-dire pour l’abolition définitive du salariat.

Karl Marx

 

10407498_912517248799689_6134879086949608972_n

A lire en complément:

Juin 36 – Le front populaire au secours du capitalisme français

C’est quoi le fascisme?

L’Internationale d’Eugène Pottier

Eugène Varlin: Aux origines du mouvement ouvrier et du syndicalisme

La Révolution qui vous incombe

1er_mai.fête_des_travailleurs

Non le 1e mai n’est pas la  » Fête du Travail « , c’est la fête des travailleurEs!