Archives par mot-clé : Nuit Debout

La Belle Verte, une fable écoréac’ et divinement niaise

La Belle Verte est une fable.

 L’héroïne, Mila, est l’envoyée spéciale d’une planète lointaine où tout n’est que concorde et félicité, macrobio et hymne à la nature : le genre pub pour eau minérale. Découvrant la Terre dans l’état qu’on sait, elle s’efforce, la brave fille innocente – Coline Serreau s’est offert le rôle –  de communiquer son Message.

La_belle_verte

 Échantillons : c’est beau, l’innocence d’un bébé ; c’est moche, l’appât du gain. C’est beau, un arbre ; c’est dégueu, le fast-food. C’est beau, l’amitié ; c’est moche, l’agressivité. Coline Serreau en a plein, des idées de ce calibre-là, nées du fulgurant télescopage entre l’increvable bon sens populaire et la version intégriste d’un « babacoolisme » antédiluvien…

la-belle-verte

 Par ailleurs, La Belle Verte est une comédie. Son principal ressort est le pouvoir télépathique qu’a Mila de « déconnecter » n’importe qui de ses mauvaises habitudes, fausses valeurs et autres tares typiquement terriennes. L’effet est radical : le temps d’une convulsion, le cobaye est purgé, il arbore un sourire béat et se met, au choix, à embrasser les platanes, à jeter sa télé sur le trottoir, à offrir des fleurs à sa femme, ou, s’il est homme politique, à livrer, soudain, ses cyniques arrière-pensées en direct…

Coline_Serreau_Pierre_Rabhi
Coline Serreau ici en compagnie du filousophe exploitant agrobiologique Pierre Rabhi, fringant ambassadeur du mouvement sectaro-religieux; L’anthroposophie

 Avec deux sketches et trois gags rigolos, Coline Serreau a inventé de quoi faire une bande-annonce alléchante. Le reste n’est qu’une litanie laborieuse de redites et lieux communs sur notre misérable existence.

La_Belle_Verte

 Rien que du poussivement gaguesque sur, en vrac, les crottes de chien, la carte de crédit, le rock’n’roll, la bagnole, on en passe et de tout aussi prévisibles au rayon des fléaux de la modernité.

Aux Amanins avec Coline Serreau 2011
Coline Serreau ici au village privatif des Amanins, propriété du clan Rabhi en Ardèche profonde.

 La fable aurait pu n’être que naïve. A la longue, elle apparaît pour ce qu’elle est : un brin réac. Qui a donc déconnecté Coline Serreau ?…

 Jean-Claude Loiseau 

 

A découvrir en complément

Déjà près de 100.000 lectures, Rabhi sur la famille et la PMA, à droite toute! 

2017-03-03_002508

Pour démasquer ce mouvement sectaro-religieux, Au secours! Les anthroposophes sont là

anthroposophie_Pierre_Rabhi

Sea Shepherd? Réactionnaire mon cher Watson

Paul_Watson_Ecologie

Kokopelli ou les illuminés de la petite graine

catalogue_kokopelli

Déjà plus de 100.000 lectures pour notre dossier Nuit Debout avec ici le chapitre « Demain, le coup de com’ des Colibris »

film_Demain_Colibri_Cyril_Dion_Kaizen

 

Comment comptez-vous interdire le mépris de classe à la télé?

C’est en tout cas la question que l’on pourrait retourner à ces gens de télé qui se marrent tout le temps et sur commande.

Une question qui pourrait être opposée en réponse à celle posée par Vanessa Burggraf, chroniqueuse dans l’émission de Laurent Ruquier « On n’est pas couché  », qui demandait à Philippe Poutou comment il entendrait interdire les licenciements.

2017-02-26_095826

A la télé,  en règle générale, ceux qui posent les questions, surtout quand il s’agit d’un ouvrier en face, se contrefoutent des réponses. Cette fois, ce mépris de classe incrusté dans les têtes s’est déridé dans une cacophonie singulière dépassant très largement les limites du dégueulasse revendiqué.

2017-02-26_095535

Un grand mépris, un immonde mépris pour ceux de la classe d’en bas, pour les ouvriers, les employés, les précaires, les chômeurs, les allocataires, les intérimaires, les stagiaires, les saisonniers, les auto-exploités, les sans papiers!

Poutou_Ruquier_Bedos

Ce n’est un secret pour personne, le NPA est un parti en pleine déconfiture, comptant désormais moins de 2000 adhérents, un parti courant depuis des années devant les idéologies identitaires et réactionnaires, un certain nombre de sympathisants et militants ayant fait le choix de s’abstenir d’aller aux journées d’été après avoir découvert le programme : Ruffin, Usul et Plenel, ce qui en dit long sur l’état d’un parti au sein duquel nombreux sont ceux qui sont circonspects, notamment parce qu’ils ne se reconnaissent pas dans les prises de position identitaires et pro-religieuses de certains intellos organiques qui ont pignon sur web.

Philippe Poutou, quant à lui,  semblait avoir pris ses distances de la pente stalinienne et réactionnaire parisienne insufflée par son aile droitière et porte seul la candidature non pas des ouvriers, comme les journalistes larbins aiment à le répéter pour brouiller son discours, mais une candidature, parmi d’autres, pour la classe ouvrière, bien plus vaste et qui comprend ouvriers, employés, intérimaires, saisonniers, précaires, chômeurs, etc,… 

2017-02-26_095625

 Et il fut bien courageux et bien flegmatique, Philippe Poutou, face à cette amicale de cyniques ricaneurs, quelle patience!

Des ricanements et des rires francs, voilà comment là-haut, dans les télés, dans les cercles privilégiés, on considère le chômage de masse, la souffrance au travail ou de l’incarcération à domicile! Une honte!

Un monde où argent est synonyme de liberté alors qu’il est en réalité, celui de l’esclavage, à commencer par celui des femmes, dont cette journaliste semble d’ailleurs se moquer éperdument.

2017-02-26_100523

Courageux, oui, Philippe, face à ce Muppet’s Show du cynisme décomplexé.

Notre misère et nos vies foutues en l’air par un système économique carnassier les font rire, mais rire!

Plusieurs minutes témoignage de la fin d’un monde, le leur.

 

Rira bien qui rira le dernier.

 

Les Enragé-e-s

 

2017-02-26_094615

En bonus et pour fêter les onze millions de vues ainsi que le million de visiteurs uniques sur notre site lesenrages.antifa-net.fr, un extrait de notre prochain grand dossier à venir, ne le ratez pas, on compte vraiment sur vous pour le faire tourner comme pour les autres.

Les_Enragés.

 

Entre un Macron, dont la loi scélérate et antisociale en traîne péniblement le nom à la manière d’un boulet politique, performeur hors-pair dynamisant des publics idoines appâtés par la promesse d’un selfie de télé, petit bonapartiste à l’abordage des faïences élyséennes et accessoirement troll-de-candidat dentifrice, Nouvelle Star du patronat et d’une certaine gauche de quartier historique avec terrasse-solarium, un Hamon, sémillant social chrétien recyclant péniblement à l’heure où l’on écrit ces lignes, de vieilles recettes pascales nuitdeboutistes, fidèle lieutenant et porte-parapluie deloriste d’Aubry avec sa » flexibisation » – comme ils disent – du travail pour le compte du patronat à l’occasion du passage aux 35 heures, un Mélenchon, philosophe de Sénat passablement pantouflard, au revival miraculeusement ressuscité sur le Pompéi du stalinisme et par la mitterrandomania de ses moines copistes neurasthéniques, dont le passage au secrétariat d’Etat à l’enseignement professionnel fut salué par le patronat et qui dépensa beaucoup d’énergie à l’occasion du mouvement pour les retraites de l’automne 2010 à réclamer en vain, quitte à en saper la dynamique, au parrain Sarkozy et à son majordome Fillon, la tenue d’un référendum et en face – ou plutôt juste à côté de Macron – un Fillon, ou ce qu’il en reste, une ombre au pochoir dégoulinant le mur d’une probité hallucinée, semblant débouler directement du XVIe siècle avec de vraies toiles d’araignées incrustées dans la tête, entouré de sa petite troupe cagneuse de gargouilles et de lamproies brunâtres avançant le siècle en courant à reculons et semblant en passe, à mesure que l’ironie du sort se retourne, d’exploser littéralement le plafond d’une émission à succès éponyme de Jean-Pierre Foucault et enfin, ultime joker militarisé du patronat au but de laminer totalement tout le monde, un obscène ricanement narquois prêt à se jeter sur ses proies, la punition Le Pen, de sinistre mémoire, une femme en guerre contre les femmes, agenouillée pieusement près de la caisse, au parti fasciste croulant sous les affaires, PME familiale de la haine en éternel redressement judiciaire, aux louvoiements masquant péniblement sa violence profondément anti-ouvrière, anti-pauvres, raciste et patronale, qui mettrait à terre, il faut qu’ils le sachent, 95% des votants qui feraient la folie de se mortifier pour elle, il ne faut pas sortir d’une grande école, bien au contraire, pour affirmer que c’est l’ensemble des classes possédantes et dominantes qui sont en guerre contre nous.

 

 Les prochains dossiers à venir sont immanquables, tenez-vous au courant si vous voulez être sûrs de ne rien rater! 

Déjà plus de 10.000 partages et près de 100.000 lectures pour notre dossier sur Pierre Rabhi et son mouvement sectaro-religieux.

Déjà près de 7000 partages pour notre dossier sur Sea Shepherd et Paul Watson

A lire et à relire, notre dossier Nuit Debout, sorti le 23 avril 2016, déjà plus de 100.000 lectures, très utile pour exercer une analyse critique des programmes, ou en tout cas des deux se réclamant de la social démocratie, puisque l’on retrouve certaines recettes nuitdeboutistes dans leurs programmes respectifs et non des moindres…

Affiche_couverture_Nuit_Debout_Les_Enragés_2016

Revenons, si vous le voulez, quelques instants sur ces nuits debout. Onze mois ont coulé depuis et il est à notre sens important d’y revenir rapidement, ce dossier contenant une masse importante d’informations pour tenter de comprendre la période.

Que chacun puisse l’entendre au plus large, nous n’étions pas du tout dans la configuration de la création d’un OVNI politique comme le très décevant Podemos. Il y avait certes des sociaux démocrates à ces réunions nocturnes, oui. Peu nombreux. Le public sur place, filtré par de blanches pommes et colombes d’amour, était très majoritairement composé de seuls hauts diplômés, principalement de cycles du supérieur.

mondialisme_Les_Enragés
Trois jours après la publication de notre grand dossier, le site mondialisme.org le qualifiait de « super utile ».

Il n’était pas possible d’intégrer le fondement religieux flottant sur place si l’on en restait à l’habillage républicaniste qui servait principalement de garant à la propriété et à la justification de l’inégalité par le Mérite.

L’aspect passablement illuminé des rendez-vous est amplement traité dans le dossier, tout comme l’utilisation des réseaux marchands – à éviter absolument – ainsi que l’irradiation fasciste sur place et sur les réseaux, tout ceci est largement évoqué.

Mais il manque peut-être une dimension qui n’est pas suffisamment soulignée, c’est une sorte d’indifférence totale à la classe ouvrière, tranchant plus à droite encore, la ligne de domestication de Ruffin.

Nuit_Debout
Un moment incroyable. C’était fou, totalement fou le monde qu’il y avait sur cette place en mouvement, debout, la nuit et tout. C’était fou. Tous ces colibris, ces requins, ces scouts, de par Dieu, Demain et l’abbé Pierrot, le tirage au sort, magique, le vote blanc, les commissions partagées comme des ministères, de l’hélium et de la musique chamanique, bleu blanc rouge, incroyable, incroyable comment peut naître un fascisme, par un doux rêve commun s’élevant au dessus des immondices, naturellement, en se prenant tous par la main, avec des bougies et des prières, des bisous et de la craie sur le sol. Des maraudes et des marelles. Acab + 7 Fou dîtes-vous?

Cette petite amicale était partie dans les étoiles et l’on a bien été obligé de l’en faire descendre. Sous des dehors inoffensifs, béats et totalement idiots, le  » mouvement  » sur place aurait pu déboucher sur un parti fascisant et non gauchisant comme Podemos.
Nous avons vu assez rapidement qu’il ne pourrait en sortir que du mauvais voire du très mauvais, même si l’état d’urgence nous demandait une certaine prudence dans l’analyse des différentes issues.

Ce  » mouvement  » sur place était dangereux oui, fascisant sur certains aspects, oui. Ce n’était pas immédiatement visible mais disons qu’il portait le germe d’un fascisme en constitution.

LDC_News
Micro-rassemblement dimanche dernier contre la très réactionnaire et très moraliste thématique de la « corruption », bien heureusement peu suivi, initialement lancé sur les réseaux sociaux marchands par un réactionnaire, l’événement a été principalement relayé, au-delà du militant professionnel proche d’EELV, Julien Bayou, de Nuit Debout (pages facebook fantômes ressuscitées pour l’occasion) par toute la fachosphère puisque c’est la chaîne d’extrême droite Agence LDC News qui couvrira l’événement, avidement relayé par les pages d’extrême droite du fasciste Etienne Chouard (gentils virus, etc) mais également sur les pages d’extrême droite d’Alexandre Lecouillard (Les Indignés), chez les conspis et fachos des « moutons enragés », la page confusionniste « Mouvement Anarchiste Marginal » mais également par Benjamin Ball, largement évoqué dans notre dossier.

Ni dieu, ni maître, ni César, ni Ruffin!

François Ruffin n’a toujours pas compris le capitalisme. Plus haut, Philippe Poutou explique qu’il va devoir se battre, avec ses copains de l’usine, pour garder leurs emplois. Poutou est exploité par une boite française? Non, en aucun cas, il s’agit de Ford. Si on écoutait la logique de Ruffin, il faudrait que Philippe et ses collègues ne défendent pas leurs emplois, pour les laisser aux seuls compatriotes du pays originaire de Ford, quelle impérieuse idiotie! Ouvriers de tous pays, tous ont les mêmes intérêts! Le nationalisme de Ruffin, caché derrière son protectionnisme, joue directement dans le camp du patronat français! Et surtout pas dans le nôtre, les galériens de tous pays!

C’est donc un scout endimanché et pataud qui se plante sur scène avec le charisme élastique de bottes de jardin. La tête pleine de jacqueries en constitution, le manant dépose les armes et laisse éclater une sainte colère, garçon de messe apoplectique en pleine rébellion transcendantale, portant et transportant un auditoire de millionnaires vers les rivages brunâtres d’un poujadisme franc et sincère. Focaliser sur 600 valets serviles en assemblée pour épargner des millions de parasites aux comptes à six chiffres, la ficelle est un peu grosse…

Le bon sens terrien est arrivé près de chez vous et se gratte l’intérieur d’un crâne qui résonne en salle, militantisme Dior, Ruffin adore.

2017-02-25_141414
Sur les bords, au milieu, à bloc de résine et doré à l’or fin, notre Tintin petit rapporteur du protectionnisme patauge dans la boue, debout, le saint homme et au garde à vous, grand téméraire, dégobille contre ces députés qui nous en coûtent, à nous les millionnaires. Ruffin et sa petite bande en déroute jubile. La Ruffinance. Cette pauvre France soit disant ruinée, nos quelques millions de millionnaires en rigolent encore. En direct à la téloche. Et c’est nous con paye. De notre vie.

 

Encore deux grands moments de fêlés.

 

 

Les Enragé-e-s

La grève générale?  » Eh bah vous l’aurez « 

Projet de loi Travail : un faux recul du gouvernement pour maintenir et aggraver tout le reste

 

12439172_563606063805970_1841388773173564095_n

Retrait! Retrait total du projet de loi! Point de départ indépassable pour commencer à parler ensemble de tout le reste!

En annonçant lundi 14 mars un aménagement de la loi El Khomri, le gouvernement n’a en rien reculé sur le fond. Pire, sur demande du Medef, le préambule de 61 articles qui récapitulait les grands principes et droits fondamentaux des salariés a été supprimé, remplacé par la simple promesse d’une réécriture du Code du travail selon les principes issus du comité Badinter. Avec cette manœuvre discrète, le gouvernement s’ouvre la possibilité d’autres remises en cause.
Gattaz, tout en déplorant au nom du Medef la suppression du plafonnement automatique des indemnités attribuées par les tribunaux, a déclaré que l’essentiel maintenant est de faire adopter et de mettre en application cette loi.
Le patronat peut être satisfait : le gouvernement lui offre la suppression des quelques limites au pouvoir patronal qu’il s’était senti obligé de laisser dans la loi El Khomri. Quelle mascarade!!!

Ils allaient de la réaffirmation que le contrat de travail restait la base des relations entre salarié et employeur à l’obligation de transférer les contrats de travail en cas de transfert d’entreprise, à l’interdiction des discriminations, au respect de l’égalité professionnelle des femmes et des hommes, des droits des femmes enceintes.
On y retrouvait l’interdiction d’employer un mineur de moins de 16 ans, l’obligation de justifier un licenciement par une cause réelle et sérieuse, l’obligation de compenser les heures supplémentaires, l’interdiction des amendes, le droit aux congés payés, et jusqu’au libre exercice des libertés syndicales et individuelles.

Ces « garanties intouchables » sont mises à la poubelle moyennant la promesse de les intégrer à la loi… plus tard !

Sur les 47 articles du projet de loi initial, quels véritables reculs ?

Les reculs du gouvernement ont été extrêmement limités. Le barème des indemnités en cas de licenciement abusif devient indicatif au lieu d’être impératif, mais cela ne rétablit pas les six mois minimum d’indemnités qui étaient reconnus au salarié licencié sans cause réelle et sérieuse et qui s’imposaient aux juges, atteignant même le double dans le cas d’un licenciement suite à un accident du travail. Dans les faits, la majorité des jugements se contentaient d’attribuer le minimum légal. Si demain il n’y a plus de minimum, combien les centaines de milliers de salariés qui viennent réclamer justice se verront-ils allouer ? Pour les licenciements économiques, le journal Les Échos peut d’ailleurs titrer : « Licenciements : la copie préservée ».
La possibilité de payer au forfait les salariés dans les petites entreprises a été maintenue, sous réserve de l’accord d’un salarié mandaté par un syndicat. Obtenir un tel accord ne devrait pas être trop difficile pour le patron…
Les seules dispositions complètement annulées sont la possibilité de faire travailler les apprentis dix heures par jour et le fractionnement du repos minimum de 11 heures entre deux journées de travail. C’est évidemment la moindre des choses, mais c’est quand même bien peu. Et même la surtaxe sur les contrats précaires, évoquée un temps par Hollande, a disparu.

Le projet de loi doit être combattu plus que jamais!!!

Derrière la mise en scène du gouvernement, des députés PS, de syndicats soumis d’avance comme la CFDT, à un point tel que sa base se place elle aussi en rupture avec sa direction, il y a la réalité de dizaines d’articles qui vont rendre les patrons encore plus maîtres à bord, sans contrainte, et les encourager à aggraver toujours plus l’exploitation de leurs salariés, c’est grave!

Le principe général édicté est que dans tous les domaines, du salaire aux conditions de travail, aux horaires et aux congés, chaque entreprise pourra faire sa loi. Ce sera la loi du plus fort, donc celle du patron, avec la possibilité de faire travailler plus et de baisser les salaires.

Avec cet arsenal, la classe possédante dispose de quoi achever de propulser dans la misère et dans la galère une part toujours plus considérable de la population.

Les salariés qui refuseront le changement de leur contrat de travail seront licenciés à leur tort. Les congés payés seront à la merci du patron. Le paiement des jours fériés reste supprimé pour le personnel temporaire, tout comme est maintenu le nouveau contrat CDI intermittent, sans horaire fixe ni durée minimum, c’est-à-dire avec le salarié à la disposition du patron, un peu comme le contrat zéro heure institué en Grande-Bretagne.

Et il y a des dizaines d’autres mesures dégueulasses dans cette loi!

Alors, non seulement il n’y a aucune raison de se soumettre à cette loi au prétexte du faux recul du gouvernement, mais il faut aussi se souvenir que l’examen des lois Macron avait donné lieu jusqu’à la dernière minute à des amendements introduits par le gouvernement, toujours dans le sens d’une aggravation.

Il faut imposer le retrait total du projet El Khomri, et cela, seule la lutte le permettra.

 

Après le 31, on continue! Et on ne cède pas! Et on ne s’écrase pas! Et on ira jusqu’au bout tou-te-s ensemble!

Regardons les choses en face. Le PS, gouverne directement pour la bourgeoisie et achève de fouler les oripeaux de l’illusion démocratique en tentant de faire passer ce que la droite aurait été incapable de faire sans risquer une paralysie totale de l’économie.

C’est à ce régime-là que nous n’avons d’autre choix de soumettre ce gouvernement scélérat!

Un vent de révolte énorme se lève, face à la répression, notre force, c’est notre solidarité! Égalité dans les Assemblées Générales! Égalité partout!

Le niveau de mobilisation depuis le 9 mars est supérieur à l’entame du mouvement pour les retraites à l’automne 2010, mouvement qui finira par mobiliser près de 8 millions de personnes distinctes! Le vent qui se lève dépasse largement celui contre le CPE. C’est deux fois plus que les Charlie et vingt fois plus que les indécrottables réacs de la « Manif pour Tous » avec les TGV grassement payés et leurs processions dégoûtantes et omniscientes sur BFNtv à un million d’euros la journée.
Ça va souffler très fort!

12696927_542727562560487_8077063075129912304_o

Ne laissons pas la petite bourgeoisie social-chauvine récupérer notre ras-le-bol et nos nécessaire riposte!  » La nuit debout « ,  » Fakir  » et « Merci Patron » de François Ruffin, Frédéric Lordon, etc,…

Les réformistes sont des capitalistes!

Ils sont là, comme ici l’UNEF, pour encadrer, canaliser et récupérer nos luttes.

Depuis vingt ans ils répètent les mêmes incantations, les mêmes slogans monomaniaques et se contentent de faire semblant d’y croire. Sans oser s’avouer que le Capital ne se situe plus dans une logique de compromis historique et que les seules luttes défensives nous condamnent à d’éternels reculs.

Des petits flics du Capital qui, derrière leurs éternels appels à la raison, entendent bien maintenir intact un monde en ruine ouvrant la promesse de leur propre ascension personnelle.

Non! Nous ne valons pas mieux que ça ! Nous ne sommes plus à vendre ou à acheter! Notre valeur n’a pas de prix, elle n’est pas monétisable, personne ne nous achètera plus!

12711259_542734052559838_2267553682505807511_o

Le 31 après la manif, après les blocages, on se débarrasse de nos chaînes en huant les graines de Cohn Bendit sur place, en huant tous les larbins, tous les Ruffin de la planète!

La parole et les initiatives sont à nous car cette lutte est à nous, nos vies sont à nous, notre nombre est à nous et partout!

Soyons unis, soyons déterminés, soyons offensifs !

Les Enragé-e-s