Archives par mot-clé : NPA

Comment comptez-vous interdire le mépris de classe à la télé?

C’est en tout cas la question que l’on pourrait retourner à ces gens de télé qui se marrent tout le temps et sur commande.

Une question qui pourrait être opposée en réponse à celle posée par Vanessa Burggraf, chroniqueuse dans l’émission de Laurent Ruquier « On n’est pas couché  », qui demandait à Philippe Poutou comment il entendrait interdire les licenciements.

2017-02-26_095826

A la télé,  en règle générale, ceux qui posent les questions, surtout quand il s’agit d’un ouvrier en face, se contrefoutent des réponses. Cette fois, ce mépris de classe incrusté dans les têtes s’est déridé dans une cacophonie singulière dépassant très largement les limites du dégueulasse revendiqué.

2017-02-26_095535

Un grand mépris, un immonde mépris pour ceux de la classe d’en bas, pour les ouvriers, les employés, les précaires, les chômeurs, les allocataires, les intérimaires, les stagiaires, les saisonniers, les auto-exploités, les sans papiers!

Poutou_Ruquier_Bedos

Ce n’est un secret pour personne, le NPA est un parti en pleine déconfiture, comptant désormais moins de 2000 adhérents, un parti courant depuis des années devant les idéologies identitaires et réactionnaires, un certain nombre de sympathisants et militants ayant fait le choix de s’abstenir d’aller aux journées d’été après avoir découvert le programme : Ruffin, Usul et Plenel, ce qui en dit long sur l’état d’un parti au sein duquel nombreux sont ceux qui sont circonspects, notamment parce qu’ils ne se reconnaissent pas dans les prises de position identitaires et pro-religieuses de certains intellos organiques qui ont pignon sur web.

Philippe Poutou, quant à lui,  semblait avoir pris ses distances de la pente stalinienne et réactionnaire parisienne insufflée par son aile droitière et porte seul la candidature non pas des ouvriers, comme les journalistes larbins aiment à le répéter pour brouiller son discours, mais une candidature, parmi d’autres, pour la classe ouvrière, bien plus vaste et qui comprend ouvriers, employés, intérimaires, saisonniers, précaires, chômeurs, etc,… 

2017-02-26_095625

 Et il fut bien courageux et bien flegmatique, Philippe Poutou, face à cette amicale de cyniques ricaneurs, quelle patience!

Des ricanements et des rires francs, voilà comment là-haut, dans les télés, dans les cercles privilégiés, on considère le chômage de masse, la souffrance au travail ou de l’incarcération à domicile! Une honte!

Un monde où argent est synonyme de liberté alors qu’il est en réalité, celui de l’esclavage, à commencer par celui des femmes, dont cette journaliste semble d’ailleurs se moquer éperdument.

2017-02-26_100523

Courageux, oui, Philippe, face à ce Muppet’s Show du cynisme décomplexé.

Notre misère et nos vies foutues en l’air par un système économique carnassier les font rire, mais rire!

Plusieurs minutes témoignage de la fin d’un monde, le leur.

 

Rira bien qui rira le dernier.

 

Les Enragé-e-s

 

2017-02-26_094615

En bonus et pour fêter les onze millions de vues ainsi que le million de visiteurs uniques sur notre site lesenrages.antifa-net.fr, un extrait de notre prochain grand dossier à venir, ne le ratez pas, on compte vraiment sur vous pour le faire tourner comme pour les autres.

Les_Enragés.

 

Entre un Macron, dont la loi scélérate et antisociale en traîne péniblement le nom à la manière d’un boulet politique, performeur hors-pair dynamisant des publics idoines appâtés par la promesse d’un selfie de télé, petit bonapartiste à l’abordage des faïences élyséennes et accessoirement troll-de-candidat dentifrice, Nouvelle Star du patronat et d’une certaine gauche de quartier historique avec terrasse-solarium, un Hamon, sémillant social chrétien recyclant péniblement à l’heure où l’on écrit ces lignes, de vieilles recettes pascales nuitdeboutistes, fidèle lieutenant et porte-parapluie deloriste d’Aubry avec sa » flexibisation » – comme ils disent – du travail pour le compte du patronat à l’occasion du passage aux 35 heures, un Mélenchon, philosophe de Sénat passablement pantouflard, au revival miraculeusement ressuscité sur le Pompéi du stalinisme et par la mitterrandomania de ses moines copistes neurasthéniques, dont le passage au secrétariat d’Etat à l’enseignement professionnel fut salué par le patronat et qui dépensa beaucoup d’énergie à l’occasion du mouvement pour les retraites de l’automne 2010 à réclamer en vain, quitte à en saper la dynamique, au parrain Sarkozy et à son majordome Fillon, la tenue d’un référendum et en face – ou plutôt juste à côté de Macron – un Fillon, ou ce qu’il en reste, une ombre au pochoir dégoulinant le mur d’une probité hallucinée, semblant débouler directement du XVIe siècle avec de vraies toiles d’araignées incrustées dans la tête, entouré de sa petite troupe cagneuse de gargouilles et de lamproies brunâtres avançant le siècle en courant à reculons et semblant en passe, à mesure que l’ironie du sort se retourne, d’exploser littéralement le plafond d’une émission à succès éponyme de Jean-Pierre Foucault et enfin, ultime joker militarisé du patronat au but de laminer totalement tout le monde, un obscène ricanement narquois prêt à se jeter sur ses proies, la punition Le Pen, de sinistre mémoire, une femme en guerre contre les femmes, agenouillée pieusement près de la caisse, au parti fasciste croulant sous les affaires, PME familiale de la haine en éternel redressement judiciaire, aux louvoiements masquant péniblement sa violence profondément anti-ouvrière, anti-pauvres, raciste et patronale, qui mettrait à terre, il faut qu’ils le sachent, 95% des votants qui feraient la folie de se mortifier pour elle, il ne faut pas sortir d’une grande école, bien au contraire, pour affirmer que c’est l’ensemble des classes possédantes et dominantes qui sont en guerre contre nous.

 

 Les prochains dossiers à venir sont immanquables, tenez-vous au courant si vous voulez être sûrs de ne rien rater! 

Déjà plus de 10.000 partages et près de 100.000 lectures pour notre dossier sur Pierre Rabhi et son mouvement sectaro-religieux.

Déjà près de 7000 partages pour notre dossier sur Sea Shepherd et Paul Watson

A lire et à relire, notre dossier Nuit Debout, sorti le 23 avril 2016, déjà plus de 100.000 lectures, très utile pour exercer une analyse critique des programmes, ou en tout cas des deux se réclamant de la social démocratie, puisque l’on retrouve certaines recettes nuitdeboutistes dans leurs programmes respectifs et non des moindres…

Affiche_couverture_Nuit_Debout_Les_Enragés_2016

Revenons, si vous le voulez, quelques instants sur ces nuits debout. Onze mois ont coulé depuis et il est à notre sens important d’y revenir rapidement, ce dossier contenant une masse importante d’informations pour tenter de comprendre la période.

Que chacun puisse l’entendre au plus large, nous n’étions pas du tout dans la configuration de la création d’un OVNI politique comme le très décevant Podemos. Il y avait certes des sociaux démocrates à ces réunions nocturnes, oui. Peu nombreux. Le public sur place, filtré par de blanches pommes et colombes d’amour, était très majoritairement composé de seuls hauts diplômés, principalement de cycles du supérieur.

mondialisme_Les_Enragés
Trois jours après la publication de notre grand dossier, le site mondialisme.org le qualifiait de « super utile ».

Il n’était pas possible d’intégrer le fondement religieux flottant sur place si l’on en restait à l’habillage républicaniste qui servait principalement de garant à la propriété et à la justification de l’inégalité par le Mérite.

L’aspect passablement illuminé des rendez-vous est amplement traité dans le dossier, tout comme l’utilisation des réseaux marchands – à éviter absolument – ainsi que l’irradiation fasciste sur place et sur les réseaux, tout ceci est largement évoqué.

Mais il manque peut-être une dimension qui n’est pas suffisamment soulignée, c’est une sorte d’indifférence totale à la classe ouvrière, tranchant plus à droite encore, la ligne de domestication de Ruffin.

Nuit_Debout
Un moment incroyable. C’était fou, totalement fou le monde qu’il y avait sur cette place en mouvement, debout, la nuit et tout. C’était fou. Tous ces colibris, ces requins, ces scouts, de par Dieu, Demain et l’abbé Pierrot, le tirage au sort, magique, le vote blanc, les commissions partagées comme des ministères, de l’hélium et de la musique chamanique, bleu blanc rouge, incroyable, incroyable comment peut naître un fascisme, par un doux rêve commun s’élevant au dessus des immondices, naturellement, en se prenant tous par la main, avec des bougies et des prières, des bisous et de la craie sur le sol. Des maraudes et des marelles. Acab + 7 Fou dîtes-vous?

Cette petite amicale était partie dans les étoiles et l’on a bien été obligé de l’en faire descendre. Sous des dehors inoffensifs, béats et totalement idiots, le  » mouvement  » sur place aurait pu déboucher sur un parti fascisant et non gauchisant comme Podemos.
Nous avons vu assez rapidement qu’il ne pourrait en sortir que du mauvais voire du très mauvais, même si l’état d’urgence nous demandait une certaine prudence dans l’analyse des différentes issues.

Ce  » mouvement  » sur place était dangereux oui, fascisant sur certains aspects, oui. Ce n’était pas immédiatement visible mais disons qu’il portait le germe d’un fascisme en constitution.

LDC_News
Micro-rassemblement dimanche dernier contre la très réactionnaire et très moraliste thématique de la « corruption », bien heureusement peu suivi, initialement lancé sur les réseaux sociaux marchands par un réactionnaire, l’événement a été principalement relayé, au-delà du militant professionnel proche d’EELV, Julien Bayou, de Nuit Debout (pages facebook fantômes ressuscitées pour l’occasion) par toute la fachosphère puisque c’est la chaîne d’extrême droite Agence LDC News qui couvrira l’événement, avidement relayé par les pages d’extrême droite du fasciste Etienne Chouard (gentils virus, etc) mais également sur les pages d’extrême droite d’Alexandre Lecouillard (Les Indignés), chez les conspis et fachos des « moutons enragés », la page confusionniste « Mouvement Anarchiste Marginal » mais également par Benjamin Ball, largement évoqué dans notre dossier.

Ni dieu, ni maître, ni César, ni Ruffin!

François Ruffin n’a toujours pas compris le capitalisme. Plus haut, Philippe Poutou explique qu’il va devoir se battre, avec ses copains de l’usine, pour garder leurs emplois. Poutou est exploité par une boite française? Non, en aucun cas, il s’agit de Ford. Si on écoutait la logique de Ruffin, il faudrait que Philippe et ses collègues ne défendent pas leurs emplois, pour les laisser aux seuls compatriotes du pays originaire de Ford, quelle impérieuse idiotie! Ouvriers de tous pays, tous ont les mêmes intérêts! Le nationalisme de Ruffin, caché derrière son protectionnisme, joue directement dans le camp du patronat français! Et surtout pas dans le nôtre, les galériens de tous pays!

C’est donc un scout endimanché et pataud qui se plante sur scène avec le charisme élastique de bottes de jardin. La tête pleine de jacqueries en constitution, le manant dépose les armes et laisse éclater une sainte colère, garçon de messe apoplectique en pleine rébellion transcendantale, portant et transportant un auditoire de millionnaires vers les rivages brunâtres d’un poujadisme franc et sincère. Focaliser sur 600 valets serviles en assemblée pour épargner des millions de parasites aux comptes à six chiffres, la ficelle est un peu grosse…

Le bon sens terrien est arrivé près de chez vous et se gratte l’intérieur d’un crâne qui résonne en salle, militantisme Dior, Ruffin adore.

2017-02-25_141414
Sur les bords, au milieu, à bloc de résine et doré à l’or fin, notre Tintin petit rapporteur du protectionnisme patauge dans la boue, debout, le saint homme et au garde à vous, grand téméraire, dégobille contre ces députés qui nous en coûtent, à nous les millionnaires. Ruffin et sa petite bande en déroute jubile. La Ruffinance. Cette pauvre France soit disant ruinée, nos quelques millions de millionnaires en rigolent encore. En direct à la téloche. Et c’est nous con paye. De notre vie.

 

Encore deux grands moments de fêlés.

 

 

Les Enragé-e-s

Faux-amis, les « nouveaux agitateurs sociaux »

Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils ont fait Sciences-Po : ce sont les « nouveaux agitateurs sociaux », comme les a baptisés France Info.

bouffons_jeudi_noir

Ces entrepreneurs du spectacle militant chic et choc se bagarrent contre la vie chère, les stages-esclavage ou le manque de logements à coups de happenings télégéniques (pour lesquels on mobilise des bataillons de jeunes activistes). Leaders charismatiques des Désobéissants, de Génération Précaire, de Jeudi Noir, de Sauvons les riches ou de L’Appel et la Pioche, ils entendent « renouveler » les formes de lutte, car le syndicalisme à papa, c’est dépassé. «  Les syndicats ont une part de responsabilité terrible dans la crise qui les affecte, explique à France Info Manuel Domergue, le « communicant » de Jeudi Noir et Génération Précaire. C’est qu’ils sont souvent assez chiants, ils se renouvellent pas, ils sont vieux, ils sont pas drôles et souvent en plus ils perdent à la fin. […] Il faut mettre à leur décharge que c’est difficile d’avoir des modes d’action comme les nôtres quand on parle de sa boîte, quand on parle de son licenciement. C’est plus dur de façonner une médiatisation sur mesure, drôle et tout ça, quand on est en train de se faire virer de sa boîte. »

Trop sympa, Manuel, ton indulgence pour le prolo ignorant tout de la stratégie publicitaire. Mais même si on n’existe aujourd’hui que si on passe à la télé, tout le monde n’a pas forcément envie de tortiller du cul pour plaire aux journalistes. À moins de vouloir faire carrière…

©Francois Lafite/Wostok Press France, Paris 14/01/2015 Voeux de Europe Ecologie Les Verts avec le senateur Jean Vincent PLACE, l ancienne ministre Cecile DUFLOT et le porte parole Julien BAYOU.
©Francois Lafite/14/01/2015
Voeux de Europe Ecologie Les Verts avec Jean Vincent PLACE,  Cécile DUFLOT et le porte parole Julien BAYOU.

Car les médias les adorent, ces enfants terribles, anticapitalistes mais gentils. Et c’est vrai qu’elles ont de la gueule, leurs actions. Pique-niques récupérateurs dans les grandes surfaces, fiestas vengeresses dans des apparts que les proprios louent trop cher, squattage de bâtiments vacants pour y installer des sans-logis… Voilà qui attire la sympathie. Du coup, élus et ministres les pouponnent : Jeudi Noir bénéficie du soutien de plusieurs élus Verts, reçoit la visite de pontes PS ou NPA, et même l’appui du sénateur UMP Étienne Pinte. Son porte-parole, Julien Bayou, a participé avec d’autres à la Commission de concertation sur la politique de la jeunesse, une baudruche gonflée par Martin Hirsch. Pour quel résultat ? « Comme la quasi-totalité des membres de la commission Hirsch, Génération Précaire considère qu’il faut développer l’apprentissage et l’alternance. » Conscient d’avoir brassé du vide, Bayou ironise sur son blog : « Trente-deux ans d’échecs [depuis les stages exonérés du Plan Barre]. Cela force le respect. »

À ce train-là, en effet, on n’est pas près de sortir de la précarité. Sauf Bayou : pour lutter contre, lui et son pote Lionel Primault ont fondé une « agence de conseil en mobilisation et communication pour ONG et organisations d’intérêt général », comme le claironne leur profil fessebouc. Modestement nommée Primault & Bayou, elle est enregistrée comme entreprise de « création artistique » auprès de la fédération des Scops de la communication.

julien-bayou-porte-parole-d-europe_ecologie

La CGT-Cadres et Attac ont été leurs premiers clients. Le 28 mars 2009, dans le cadre d’une manif anti-G20, une plage de sable avec palmiers a été installée place de la Bourse, à Paris. Une action commanditée par Attac mais signée Primault & Bayou, qui ont répondu aux caméras depuis leurs transats. Quant à la CGT-Cadres, elle a, à 7 heures du matin le 21 octobre 2008, pris d’assaut le siège du Medef avec un énorme réveille-matin gonflable conçu par nos deux créatifs. Tout ça afin de soumettre à la centrale patronale une pétition pour le respect des RTT. Comme quoi, s’ils sont ringards, les syndicats peuvent encore servir à faire du pognon.

 

Le bouledogue rouge

Article publié dans CQFD N°70, septembre 2009

 

Les Désobéissants sont adeptes de l’action directe non violente, à condition qu’il y ait la télé.

Xavier_Renou_Les_Désobéissants
Cliquer sur l’image pour agrandir

Source: CQFD