Archives par mot-clé : L’Homme réel

La Critique du productivisme dans les années 1930, mythe et réalités

 Dans ce nouveau livre, le géographe Philippe Pelletier, spécialiste et disciple d’Élisée Reclus, s’en prend à la tendance dite « antiproductiviste » de l’écologisme, pourtant très en vogue aujourd’hui au sein des mouvements les plus radicaux de notre époque.

Il y pointe tout ce que ce courant de l’écologie politique doit à la critique menée, dans les années 30 du siècle passé, par ces cercles intellectuels auxquels on accola le qualificatif de « non-conformistes », groupes-ou revues comme la Jeune Droite, L’Homme réel, L’Homme nouveau, XX` siècle, La Jeune Droite, Esprit et surtout, L’Ordre Nouveau, le mouvement animé, entre autres, par Denis de Rougemont et Arnaud Dandieu, l’introducteur en France de la notion de productivisme ainsi que de sa critique.

 Des cercles intellectuels dont Philippe Pelletier met en évidence l’attirance qu’y exerça le « champ magnétique » des fascismes, comme le montre la « Lettre à Hitler » rédigée par L’Ordre nouveau en novembre 1933, ou encore la participation de certains de ses membres les plus connus au « Congrès italo-français d’études corporatives » organisé entre le 20 et le 23 mai 1935 à Rome.

 Cependant, Philippe Pelletier ne se borne pas à faire oeuvre d’historien des idées mais, dans la partie plus théorique et la plus polémique de son essai, il va bien au-delà et procède à une forte « critique de la critique » écologiste, à laquelle il a consacré déjà de nombreux écrits.

 Ce n’est pas seulement à cause de ses accointances avec les fascismes d’avant-guerre qu’on doit refuser la philosophie prônée par les « non-conformistes » des années 30, affirme l’auteur de ce livre, mais aussi, et surtout, parce que cette pensée ne permet pas de comprendre la vraie nature du capitalisme, qui n’est pas de « produire pour produire » mais de « produire pour vendre », pour « développer une logique de marché, de profit, qui passe par une exploitation économique, une domination politique et une oppression sociale ». Et enfin, dit Ph. Pelletier, qui revendique haut et fort son refus de tous les spiritualismes, il faut repousser cette pensée parce que l’écologisme « qui brasse tellement large, avec ses croyances, ses valeurs morales, son culte du catastrophisme, ses prêtres, ses gourous, ses églises, ses schismes, s’apparente à une religion : celle de la nature ».

Source Vosstanie