Archives par mot-clé : cheminots

Collectif des usagers de la SNCF pour la grève générale illimitée!

Nous sommes des usagers de la SNCF et nous voulons qu’une grève générale illimitée ait lieu, en réponse à l’attaque historique contre les travailleurs du rail. Nous sommes disposés à mettre toutes nos forces pour qu’une telle riposte, que l’on n’a pas vue depuis trop longtemps, se prépare, s’organise, se répande et finisse par bloquer toute l’économie.
Comme les cheminots, les salariés du rail, nous sommes contraints par la classe capitaliste à prendre le grand train quotidien de l’exploitation. Ce train, c’est celui qui nous conduit la tête pleine de soucis et d’angoisses vers des bureaux, des usines, des agences de Pôle emploi, où nous attendent des managers, des patrons, des chefs, qui sont chargés de confisquer la majorité de notre temps. Ce train, c’est celui qui nous ramène dans nos cités, nos petits pavillons, nos immeubles, une fois le turbin accompli, avec les mêmes soucis, les mêmes angoisses, la fatigue en plus.
Comme les cheminots, les salariés du rail, il nous arrive, quand on le peut, de prendre le train de la détente, des loisirs, des vacances. Un peu de repos, le temps de se vider la tête et de ne pas penser à la reprise du boulot.
Comme les cheminots, les salariés du rail, nous sommes de la classe sociale qui n’a d’autres choix que celui de travailler pour survivre. Nous sommes le prolétariat, au-delà des catégories professionnelles dans lesquelles la propagande dominante souhaite nous enfermer, par-delà le faux clivage public/privé, où elle nous incite à nous entredéchirer.
Comme les cheminots, les salariés du rail, nous avons, par le passé, obligé les capitalistes à nous céder des droits, des niveaux de salaires, des amortisseurs sociaux. Chaque fois que nous avons arraché ces “conquis sociaux”, c’est quand nous avons su dépasser les fausses oppositions que les bourgeois attisaient entre nous, c’est parce que nous avons réussi à nous rassembler à partir de notre condition générale d’exploités, à agir comme classe unie.
Aujourd’hui, nous n’en pouvons plus de crouler sous les attaques incessantes des capitalistes contre nos conditions de vie, nos salaires, nos droits politiques et sociaux, nos libertés. Cela fait des années que nous reculons face aux agressions contre le progrès humain, que mènent impitoyablement le patronat financier et industriel et ses sbires politicards… Des années que nous nous enfonçons dans la précarité, la flexibilité, la pauvreté, la démoralisation, la peur du lendemain, la perte de sensibilité et d’intelligence, l’individualisme… Et tout cela favorise la banalisation de la barbarie.
Cette nouvelle attaque contre l’entreprise qui symbolise le “service public” vise à une victoire historique contre tous les travailleurs, occupés, chômeurs, retraités et jeunes. Les rupins qui l’ont ordonnée le savent et c’est pour cela qu’ils mobilisent toute leur puissance pour qu’elle survienne…
… À commencer par les médias, qui sont en première ligne de l’actuelle bataille psychologique.
Alors, que les choses soient très claires : en tant qu’usagers de la SNCF, en tant que travailleurs, nous clamons haut et fort que quiconque veut l’abolition des vrais privilèges doit combattre aujourd’hui aux côtés des cheminots, des salariés du rail. Nous avons un cerveau, merci ! Nous savons donc que les privilégiés se croisent dans les beaux quartiers, dans les palaces, les rallyes mondains, à l’abri de grandes propriétés sécurisées, où aucun cheminot n’a jamais été vu !
NOUS SAVONS QUE LES PRIVILÉGIÉS SONT LES CAPITALISTES QUI, POUR AUGMENTER LEURS INADMISSIBLES PRIVILEGES, ACCUSENT PRÉSENTEMENT LES CHEMINOTS, LES EMPLOYES DE LA SNCF, LES FONCTIONNAIRES, D’ÊTRE DES PRIVILÉGIÉS.
Cette parole de mensonge, c’est celle d’un monde à l’envers, où les raclures de fils à papa nous insultent pour mieux nous piller.
Dans ces conditions, tout syndicaliste qui, selon une habitude trop répandue, cherchera à négocier la régression, à diviser les travailleurs, à confisquer les luttes, à manipuler les assemblées générales, sera considéré comme un traître.
Faisons circuler ce texte, organisons les caisses de grève, préparons la grande grève générale illimitée.

Le train de la révolution est en marche, faites tourner!