Archives par mot-clé : Aldous Huxley

La Relève et La Peste, start up de la confusion

Le 5 novembre 2014, le site d’extrême droite Le Cercle des Volontaires annonçait la sortie prochaine d’une revue au titre mystérieux : La Relève et La Peste [1]. D’emblée confusionniste, ce projet affiche le soutien de noms prestigieux comme ceux du philosophe français Edgar Morin et du sociologue suisse Jean Ziegler.

Sorti début 2015, La Relève et La Peste est un projet porté par un étudiant issu de l’école de commerce ISC-Paris, Jérémie Carroy.

A en croire le site de l’école, il « a été sélectionné parmi les 40 meilleurs projets européens du site de crowfunding  « Kisskissbankbank » », qui réunit les dons permettant de le financer

Le « crowdfunding » et non «crowfunding » comme écrit sur le site de l’école, de l’anglais « crowd » qui signifie « foule » et « funding » pour « recherche de fonds », qu’on pourrait traduire par « financement participatif », consiste à faire appel aux dons, aux prêts ou à l’investissement financier des Internautes pour financer un projet, souvent de nature culturelle.

Comme toute page confusionniste, celle-ci va avoir tendance à s’abreuver à la masse sous-culturelle déjà existante. La conséquence ici sera pour le moins fâcheuse puisque Huxley n’a jamais écrit cette phrase. Il s’agit en réalité d’une prosopopée rédigée il y a une quinzaine d’années par un professeur de théologie.

 Dans le cas de La Relève et La Peste, le système choisi est celui du don avec contrepartie : plus le don est élevé, plus la revue offre de récompenses en nature (bracelet-marque page, invitation à la soirée de lancement, etc.). D’aspect professionnel, cette revue prévoit d’accorder une grande place au graphisme et, puisqu’il faut bien attirer le chaland, affiche l’ambitieux projet de développer un « nouveau concept » : le « livre-journal ». Il s’agit en fait bien d’une revue, soit une parution régulière (tous les six mois dans ce cas) au format livre, rien de vraiment original en somme.

Mais ce qui a attiré d’emblée notre attention n’est pas le concept en lui-même, mais bien le contenu éditorial que cette revue risque de proposer, ainsi que la nature de ses relais promotionnels sur le web. Soutenue, si on en croit son initiateur, par des personnalités classées dans le camp progressiste comme Edgar Morin ou Jean Ziegler

Curieusement, leurs noms n’apparaissent pourtant pas parmi les auteurs mentionnés au sommaire, et nous ignorons le degré réel de leur implication dans la fondation de cette revue.

La Relève et La Peste affiche en effet parmi ses contributeurs plusieurs noms associés au camp conservateur et réactionnaire.

Gabriel Rabhi, publiait le 6 février 2015 un article tiré du site négationniste SansconcessionTV.org – Pour une histoire débarrassée des nombreux mensonges (PHDNM), animé par le négationniste Vincent Reynouard.

On y trouve ainsi le « fils du grand Pierre Rabhi » (sic), Gabriel Rabhi, connu pour faire de la propagande soralienne et dieudonniste. Une ” réinformation ” mettant en scène le site les crises.fr, de Berruyer qu’on ne présente plus, une vidéo de Vernochet, un nationaliste baignant dans le complotisme délirant, voix de l’Iran, de Poutine, gravitant dans la dieudosphère et chez les complotistes, proposée par media-presse-info, un site nationaliste réactionnaire organe de propagande de Civitas et enfin Le Cercle Aristote, structure d’obédience néo-droitière.

Martin Peltier, figurant en bonne place sur le site Egalité&Réconciliation, a collaboré au Figaro Magazine, à National-Hebdo, à Minute et à Rivarol…

 Jean-Loup Izambert, journaliste ayant collaboré à plusieurs médias marqués tant à droite (Les Echos, VSD) qu’à gauche (L’Humanité) ainsi qu’à la revue d’extrême droite pro-Milosevic Balkans Infos (B.I.) ; le philosophe Jean-François Mattei (décédé il y a peu), qui a conseillé dans les années 1990 François Bayrou quand il était ministre de l’Education et qui était proche de certains milieux nostalgiques de l’Algérie française (le Cercle algérianiste).

On note également la présence de Christian Chavagneux, éditorialiste à la revue Alternatives économiques, qui elle est marquée à gauche et d’un commissaire divisionnaire et criminologue, Jean-François Gayraud.

Enfin, apparaissent les noms de deux universitaires, d’une réalisatrice de documentaires et d’un dessinateur dont rien ne nous permet de présumer de l’orientation politique . Cristel Cournil et Benoît Mayer travaillent sur les questions migratoires et environnementales et notamment sur la question des réfugiés climatiques, tandis qu’Aurine Crémieu a réalisé des documentaires pour diverses chaînes de télévision, notamment sur des questions liées à la condition des femmes dans le monde.

Le dessinateur Bastien Nups dit NUPZ quant à lui, ne semble pas avoir pour habitude d’aborder explicitement dans son travail de thématiques politiques.

Etienne Chouard aime forcément ce personnage de droite radicale appartenant à un mouvement sectaro-religieux.

  Du côté des soutiens au projet qui se manifestent, on peut noter que malgré le parrainage affiché de figures tutélaires comme Edgar Morin ou Jean Ziegler, le moins que l’ont puisse dire est que les médias dominants pas plus que des publications académiques ne se relaient pas au portillon pour en faire la publicité.

 En revanche, La Relève et La Peste jouit du soutien du Cercle des Volontaires à qui Jérémie Carroy et Gabriel Rabhi ont accordé des interviews promotionnelles, de la webtélé conspirationniste Mr Mondialisation, du site web confusionniste Inform’Action, du portail d’extrême droite nos-medias.fr ou encore d’un site culturel également diffuseur de contenus complotistes, DiazePaM.fr.

 La ligne éditoriale de la revue est sans surprise de « traiter des sujets jamais abordés dans nos médias », un argument marketing désormais systématiquement ressassé par ce type de presse, et dont on se demande bien comment il pourrait être mis en pratique par un support qui accueille des contributeurs issus pour certains de la presse dominante ou du moins d’organes de presse reconnus, quand il ne se place pas sous le patronage d’universitaires de haut rang dont la pensée n’a rien de vraiment marginal, puisqu’elle est largement relayée au sein des plus hautes sphères intellectuelles et politiques, y compris internationales (Les fiches Wikipedia d’Edgar Morin et de Jean Ziegler donnent une bonne idée de leurs parcours).

 Mais plus inquiétante encore est l’idéologie qui semble transparaître au visionnage du clip promotionnel, et qui ne laisse aucun doute quant à la ligne politique réelle que le projet entend mettre en avant. En effet, discrètement, par petites touches, ce « trailer », bien que promettant « une symphonie d’humanisme », inscrit La Relève et La Peste dans la lignée d’une idéologie impérialiste héritée de la période coloniale qu’on s’étonne de voir soutenue par des personnalités progressistes.

Le clip promotionnel de la revue, qui s’y présente comme « l’orchestre bienveillant » (sic) ne laisse aucun doute quant au public visé et à ses présupposés idéologiques. Introduit par des images de conflits, de famine et de pollutions a priori tournées exclusivement dans des pays non Occidentaux et dans lesquelles apparaissent des personnes pauvres (car il ne saurait y avoir de pauvreté, de conflits ni de pollution en Occident dans cette vision du monde), souvent noires, il enchaîne par une série de plans tournés dans de proprets appartements bourgeois occidentaux où n’apparaissent que des Blancs, hommes et femmes, seuls ou en couple (hétérosexuels bien sûr), avec ou sans enfants regardant par la fenêtre ce qu’on suppose être les malheurs du monde, de cet autre monde complètement étrange et étranger fait de guerres et de pauvreté qu’une voix off décrit et qu’on a pu entrevoir en début de clip.

Promotion active d’Etienne Chouard, l’ami de la fachosphère, et son tirage au sort.

 Dans un troisième temps, ces bourgeois occidentaux descendent se promener dans la rue pendant que la voix off (assurée par Benoit Allemane, la voix française de Morgan Freeman si on en croit la présentation du clip sur YouTube) les décrit comme les acteurs du changement : « la relève est en marche, et nous vous promettons de ne laisser personne derrière nous », annonce-t-elle.

Cynisme absolu ou sensibilité à la condition ouvrière, la confusion permanente cultivée ici permet sans doute de répondre “les deux”.

 

 Personne, sauf qu’a priori, la « relève » ne se composera ni de pauvres, ni de non-“blancs”. « Nous remplacerons les armes par notre seule pensée, notre plume sera notre seul espoir », ajoute avec grandiloquence la voix off. En effet, on peut supposer que « les armes » sont sans doute l’apanage des populations pauvres montrées complaisamment en début de clip, tandis que « la plume » est celui des peuples dits « civilisés » dont les dignes représentants apparaissent ensuite pour se pencher avec une bienveillance toute condescendante sur le malheur de ces gens qui ne sauraient se révolter sans l’aide de ceux qui, bien que contribuant à la domination qu’ils subissent, disposent de la clairvoyance nécessaire, au contraire de ces pauvres hères.

Ici le cryptofrasciste Etienne Chouard se sent comme un poisson dans l’eau dans cet environnement fiévreux de confusionnisme.

 Alors que d’autres internautes semblent avoir une analyse voisine de la nôtre sur le contenu de ce clip et s’interrogent sur le compte facebook de la revue, l’équipe de La Relève et La Peste semble assumer cette ligne ethnocentrée qui ne veut pas « remettre en question la place des blancs ou des noirs » (sic) (ni celle des femmes d’ailleurs, dont la forte présence dans le clip semble déranger d’autres internautes) : « Le propos de cette video est de mettre en avant une prise de conscience occidentale sur ce qui se passe dans le monde, expliquait l’équipe de la revue en réponse à ces remarques le 14 octobre dernier. L’occident est dans une bulle si l’on regarde tout ce qui se passe autour de nous. Cela ne remet pas en question le fait que beaucoup de choses vont mal en France. […] Ce teaser ne fait qu’énumérer des problèmes globaux qui sont bien réels, sans remettre en question la place des blancs ou des noirs … […] En ce qui concerne la place de la femme dans cette vidéo, n’y voyez en aucun cas un sous-texte féministe. Si le rôle des femmes de ce teaser vous dérange, c’est un autre débat. Nous pouvons en débattre par message privé si vous le souhaitez! »

Ce site semble collectionner les citations apocryphes puisque Oscar Wilde n’a jamais écrit cette phrase.

Quel avenir aura cette étrange revue ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais ce qui est sûr, c’est que si elle paraît et continue sur cette ligne, elle contribuera à son niveau au brouillage des cartes et qu’elle participe d’ores et déjà à cet inquiétant phénomène de multiplication des médias confusionnistes, notamment dans ce qu’ils ont de plus professionnel et donc potentiellement de plus crédible aux yeux du public.

 

Les Enragé-e-s & Confusionnisme.info

 

[1] cercledesvolontaires.fr/2014/12/05/releve-peste-nouveau-journal-alternatif-soutenir/