Archives de catégorie : Vidéos

L’Internationale d’Eugène Pottier -1871-

903759_189231644576749_1581408354_oCouplet 1 :
Debout ! les damnés de la terre !
Debout ! les forçats de la faim !
La raison tonne en son cratère,
C’est l’éruption de la fin.
Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout ! debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !

Refrain : (2 fois sur deux airs différents)
C’est la lutte finale
Groupons-nous, et demain,
L’Internationale,
Sera le genre humain.

Couplet 2 :
Il n’est pas de sauveurs suprêmes,
Ni Dieu, ni César, ni tribun,
Producteurs sauvons-nous nous-mêmes !
Décrétons le salut commun !
Pour que le voleur rende gorge,
Pour tirer l’esprit du cachot,
Soufflons nous-mêmes notre forge,
Battons le fer quand il est chaud !

Refrain

Couplet 3 :
L’État comprime et la loi triche,
L’impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s’impose au riche,
Le droit du pauvre est un mot creux.
C’est assez languir en tutelle,
L’égalité veut d’autres lois :
« Pas de droits sans devoirs, dit-elle,
Égaux, pas de devoirs sans droits ! »

Refrain

Couplet 4 :
Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail,
Ont-ils jamais fait autre chose,
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la bande,
Ce qu’il a créé s’est fondu.
En décrétant qu’on le lui rende,
Le peuple ne veut que son dû.

Refrain

Couplet 5 :
Les Rois nous saoûlaient de fumées,
Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !
S’ils s’obstinent, ces cannibales,
À faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

Refrain

Couplet 6 :
Ouvriers, Paysans, nous sommes
Le grand parti des travailleurs ;
La terre n’appartient qu’aux hommes,
L’oisif ira loger ailleurs.
Combien de nos chairs se repaissent !
Mais si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins disparaissent,
Le soleil brillera toujours !

Refrain

 

En complément:

1871 – Ce jour où l’on scia la colonne Vendôme

Manifestation à Madrid: Les images de la répression policière

Des manifestations de soutien aux 28 camarades arrêtés arbitrairement ont eu lieu hier au soir dans plusieurs villes du pays suite à la rafle dans le milieu anarchiste du 31 mars 2015 qui marque clairement la volonté étatique d’amplifier ses coups portés au cœur du mouvement libertaire.

Des images de la répression policière mercredi place Tirso de Molina à Madrid,  au cours de laquelle 4 manifestants ont été arrêtés.

Police partout, justice nulle part!

 

Le scandale de l’école privée et de l’école fasciste hors contrat

L’État et les collectivités financent l’école privée, principalement catholique et ce en violation de l’esprit de la loi sur la séparation des Églises et de l’État de 1905.

Ces écoles privées sous contrat sont tenues en principe d’appliquer les programmes identiques à l’enseignement public, tout en engloutissant près de 10 milliards par an.100% des français financent une école privée ne concernant que 17% des élèves scolarisés.
La cause en est le vote de la loi Debré en 1959, mère de toutes les lois anti-laïques.
Parallèlement à ce scandale institutionnalisé, existent d’autres établissements privés, cette fois hors-contrat, mais en théorie soumis au contrôle de l’État.
C’est à eux que nous allons nous intéresser aujourd’hui.
Nous vous proposons ce voyage au cœur d’une France ouvertement fasciste et catholique intégriste.
De ces écoles où des enseignants, ouvertement racistes, apprennent à nos chères têtes blondes que Pétain est un sauveur, que Dreyfus est coupable, que les SS sont de simples CRS et que l’Holocauste est une pure invention.Il y en a environ 80 en France.

Des établissements qui ne sont autres que le berceau de recrutement de réseaux d’extrême-droite, un groupement fasciste au sein duquel la foi chrétienne se mélange aux entraînements paramilitaires et dont la base, Dies irae, est à Bordeaux, proche de l’institut du Bon Pasteur où œuvre l’abbé Laguerie, ancien curé de Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris.

Deux journalistes les ont infiltrés, au péril de leurs vies.


 

Toute tentative de réforme du mode de production capitaliste relève de la pure naïveté

Toute tentative de réforme du mode de production capitaliste relève de la pure naïveté, qu’il s’agisse des politiques keynésiennes de relance, de baisse des inégalités ou des politiques néolibérales qui feraient tout reposer sur le libre fonctionnement du marché, toutes les solutions proposées pour remédier aux faiblesses du mode de production capitaliste sont de pures utopies.(…)
Il ne reste que peu de place pour les propos réformistes.(…)
Il est peu probable que nous soyons en mesure de sortir d’une succession de crises et dégradant considérablement le niveau de vie de tout un chacun, comme on peut l’observer en Grèce, comme on peut l’observer aux États-Unis mais également dans notre propre pays touché par la dernière crise économique internationale.
Aujourd’hui on est clairement aux portes de la barbarie.
Tout mouvement social qui ne s’attaquerait pas au cœur du mode de production capitaliste, c’est-à-dire au salariat mais également au processus d’accumulation mais également à l’État qui est derrière se trouverait dans le domaine de l’utopie.

Mylène Gaulard

Ecouter la conférence ici =>

“Les dangers de la suraccumulation en Chine : une analyse marxiste” from Les Films de l’An 2 on Vimeo.