Archives de catégorie : Savoir

Mai 37 en Espagne, la contre-révolution stalinienne à l’oeuvre

Il y a 80 ans, Barcelone se soulève pour la seconde fois : 10 mois après l’insurrection victorieuse du 19 juillet 1936, la ville se couvre à nouveau de barricades. Si les barricades sont bien les mêmes (une grande partie des militants « destacados » influents de la CNT sont absents de ce mouvement), les défenseurs de l’ordre établi, eux, ont changé d’uniforme, changé de maître : ils œuvrent maintenant pour la défense de l’état républicain de plus en plus dominé par les communistes (eux-mêmes entièrement manipulés par les soviétiques) dont l’objectif prioritaire est de restaurer l’ordre républicain en éliminant la révolution sociale et ses propagateurs.

Ces combats du mois de mai 1937 vont faire plus de 500 morts et au moins 1000 blessés, c’est-à-dire qu’ils causeront plus de victimes que l’insurrection populaire du 19 juillet 1936 qui, dans une grande partie de l’Espagne, a vaincu le soulèvement des militaires fascistes.

Après la fin des combats, la ville, ainsi qu’une bonne partie de la Catalogne, seront quadrillées et les rafles, les arrestations, les exécutions se multiplieront. Des dizaines de cadavres seront retrouvés dont beaucoup portant des traces de torture ; de nombreuses disparitions seront signalées. Les victimes sont membres des Jeunesses Libertaires, de la CNT, du POUM.

Alors que des militants des comités de quartier et des comités de défense sont en première ligne, les « comités supérieurs » de la CNT (régional et national) optent pour une solution négociée et appellent à la cessation des hostilités. A la dureté des affrontements viennent s’ajouter, pour les militants de base, le désarroi et l’amertume. Comment les « comités supérieurs » ne comprennent-ils pas l’enjeu de ces combats ? Les appels au calme de Garcia Oliver et de Fédérica Montseny (alors ministres de la justice et de la santé) diffusés à la radio semblent tellement suspects que selon le militant et historien cénétiste, José Peirats « parmi les combattants libertaires, le bruit courait que les orateurs étaient séquestrés par les communistes et qu’ils étaient obligés de lire les textes qui leur étaient dictés ». Cette rumeur faisant de Garcia Oliver et de Fédérica Montseny les otages des communistes se répand si bien « que les militant confédéraux qui contrôlaient la forteresse de Montjuic pointèrent les canons vers la généralité, sans jamais les utiliser ».

De fait les « comités supérieurs », les dirigeants de la CNT n’étaient pas, au sens strict du terme, « otages » des communistes mais ils avaient dès le 23 juillet fait le choix de la collaboration avec les institutions étatiques, privilégiant la lutte contre le fascisme au détriment de la révolution sociale. Ce choix les liait donc, de fait, à ces dangereux partenaires. Ils avaient à la fois sous-estimé la redoutable capacité de nuisance des communistes, tenus pour quantité négligeable (or, leur nombre va s’accroître rapidement), surestimé leurs propres forces, et surtout très largement sous-estimé la difficulté de se mesurer à des politiciens professionnels sur leur terrain.

Si pour les comité supérieurs de la CNT, le fascisme était bien l’ennemi numéro un (ils ont en conséquence joué la carte de l’unité anti-fasciste de façon quasiment suicidaire), les communistes avaient, quant à eux, comme priorité absolue la marginalisation, voire l’élimination, des libertaires et des militants du POUM. Ceci constituait, de leur point de vue, une première étape nécessaire pour parvenir à la victoire contre le fascisme.

José Peirats rappelle qu’un des leaders du PSUC (parti communiste catalan) avait déclaré : « avant de prendre Saragosse (aux mains des fascistes), il faut prendre Barcelone (ou prédominait la CNT). Ce genre de propos en dit long sur l’état d’esprit qui animait les communistes à ce moment-là et illustre parfaitement leur conception de l’unité anti-fasciste. Il n’est pas inutile de rappeler que le PC espagnol n’était, à cette époque, pas implanté dans la classe ouvrière et que pour se développer, il se présentait, coté républicain comme le parti protecteur de l’ordre et de la propriété. Ainsi, il attirait à lui les membres de la petite et moyenne bourgeoisie effrayés par les mesures révolutionnaires (autogestion des entreprises, contrôle ouvrier, communautés rurales, etc) impulsées par les anarchosyndicalistes. A l’évidence, les intérêts de cette petite et moyenne bourgeoisie étaient diamétralement opposés à ceux du prolétariat gagné aux idées libertaires.

Les communistes espagnols vont bénéficier par ailleurs de l’appui inconditionnel des soviétiques. L’URSS est alors le seul état qui accepte de fournir des armes (moyennant l’envoi à Moscou des réserves de la banque d’Espagne : 500 tonnes d’or) aux républicains et leur influence ne va cesser de s’accroître. Les soviétiques, conseillers politiques ou militaires, diplomates ou agents de la Guépéou, s’introduisent dans tous les rouages de l’Etat républicain avec un objectif bien précis : le contrôler, entraver la marche de la révolution sociale qui inquiète les démocraties occidentales dont Staline souhaite se rapprocher. Le PCE et le PSUC ne sont, dans ce contexte, que les instruments dociles du maître du Kremlin.

Véritablement prisonniers de leur choix de privilégier à tout prix l’unité anti-fasciste, les dirigeants de la CNT vont être condamnés à la défensive, reculant sans cesse sur les conquêtes révolutionnaires, contraints à pactiser avec leurs adversaires politiques, laissant aux communistes et à leurs alliés (catalanistes et républicains bourgeois) l’avantage incontestable de l’offensive. Conscients de la force du mouvement libertaire mais aussi de ses faiblesses, et bien décidés à en tirer profit, les staliniens vont avoir recours à une véritable guérilla politique au sein des institutions étatiques en voie de reconstruction pour grignoter de plus en plus de postes clés et tenter d’affaiblir leurs principaux adversaires, les libertaires. En même temps, les staliniens vont se livrer à toute une série de provocations armées pour tester les réactions de la CNT et conforter dans l’absence de riposte leur avantage militaire.

Bien avant le mois de mai 37, les tensions entre anarchosyndicalistes et staliniens se multiplient. Les provocations de ces derniers gagnent en intensité, ne suscitant souvent que peu de réactions de la part des « comités supérieurs » aveuglés par leur collaboration et leur volonté de « coexistence pacifique » alors que les communistes ont fait le choix d’une agression continue. Dresser la liste exhaustive de ces provocations serait trop long, mais en voici quelques exemples :

– Le 31 octobre 36, à Valence, lors de l’enterrement d’un milicien anarchiste tué par la GPA, les communistes locaux ouvrent le feu à la mitrailleuse sur la foule des miliciens qui suivent le cercueil.

Abel Paz, historien du mouvement libertaire espagnol, rapporte que les « braves combattants du PC obtinrent une éclatante victoire, puisqu’elle fit 30 morts et plus de 80 blessés dans nos rangs ». Malgré le vif désir de revanche, on fit comprendre aux miliciens que le temps n’était pas à la vengeance mais à la lutte contre le fascisme et c’est ainsi, conclut Abel Paz, « qu’il n’y eut pas de réponse à cet odieux massacre ».

– Le 19 février à Almorta un milicien CNT très connu, Francisco Maroto, est accusé de trahison (il fait des incursions en terrain ennemi) par des communistes et condamné à des années de prison. La direction de la CNT le soutient très faiblement. 
-Le 8 mars 37 à Vilanesa les anarchistes défendent leur local contre une attaque policière (4 libertaires morts, 11 policiers tués).

– En ce même mois de mars, le cinquième régiment mené par le général stalinien Lister attaque et désorganise les collectivités rurales autogérées en Aragon, causant des dégâts considérables et de nombreuses victimes civiles.

– Le 27 avril, une attaque en règle contre la CNT en Cerdagne provoque la mort de plusieurs militants dont celle du leader anarchiste Antonio Martin Escudero.

– Enfin, rappelons que les circonstances de la mort de Durutti, le plus prestigieux des leaders de la CNT, n’ont jamais été éclaircies et que nombre de militants de l’époque accusèrent les communistes.

Sur le front, de nombreux incidents sont également à déplorer. Si les régiments communistes disposent d’armes modernes fournies par les russes, l’armement des colonnes anarchistes est obsolète et elles disposent de peu de munitions. Les assauts sont lancés sans couverture d’artillerie, ce qui entraîne d’énormes pertes. A l’arrière, les membres des forces la police, équipés par les soviétiques, disposent d’un équipement moderne. Tous ces faits sont largement connus et commentés, ce qui explique le sentiment de révolte partagé par beaucoup de libertaires : la coupe est pleine et il n’est plus possible de subir sans réagir. Aussi, le 3 mai 1937, lorsque les gardes d’assaut tentent d’occuper le central téléphonique de Barcelone aux mains de la CNT depuis le 19 juillet, les comités de défense et de quartiers veulent mettre un terme définitif aux ambitions des staliniens. Mais les stratèges de la CNT ont, eux, une vison autre. Obnubilés par la lutte contre le fascisme, ils ne veulent pas prendre le risque de faire exploser le front anti-fasciste et appellent à l’arrêt sans condition des combats. Pour César M. Lorenzo, historien du mouvement anarchiste espagnol, pourtant peu enclin au maximalisme, « il est hors de doute que si les leaders de la CNT avaient décidé de se lancer dans l’aventure, ils auraient vaincu sans aucune difficulté les staliniens du PSUC et leurs alliés » mais, ajoute-t-il plus loin, « l’Espagne républicaine aurait éclaté en plusieurs blocs antagonistes devenant une proie facile pour l’armée franquiste ». Pour Lorenzo cependant « … une fois de plus la CNT reculait, or ce retrait équivalait à une véritable déroute ».

L’échec de l’insurrection anti-stalinienne de mai 37 va condamner la CNT à une stratégie toujours plus défensive, laissant aux communistes et à leurs alliés l’initiative, le contrôle des forces armées à l’arrière et sur le front où l’armée républicaine professionnalisée à outrance va aller de défaites en défaites jusqu’à la déroute finale.

80 ans après mai 37, quels enseignements tirer de cette défaite ? 
Aujourd’hui, le néo-fascisme moderne et son corollaire obligé, l’anti-fascisme unitaire, refont surface. Pendant la révolution espagnole le prétexte de l’unité anti-fasciste fut utilisé comme un leurre destiné à permettre la reconstruction des institutions étatiques, mises à mal par la révolution libertaire. En 2017, la bourgeoisie républicaine française instrumentalise la peur qu’inspire le fascisme (même dans sa version light) pour consolider son pouvoir. Pourtant, ce sont bien les gouvernements issus de cette même bourgeoisie républicaine et libérale qui, sous prétexte de défendre la démocratie, mettent en place des mesures liberticides (État d’urgence) et proclament des lois contraires aux intérêts des travailleurs.

L’État, rempart de la bourgeoisie, quel que soit le masque sous lequel il se présente, est l’ennemi juré des militants de la liberté, de l’égalité et de la justice. Prétendre qu’il existerait une hiérarchie dans la dangerosité des ennemis de la Liberté, et en conclure qu’une sorte d’alliance avec les moins pires, serait possible est une illusion mortelle. L’échec de la révolution libertaire espagnole nous le rappelle cruellement.

 

CNT-AIT Toulouse

 

TROUVÉ, petit appareillage électronique d’amateurs de communications

A propos d’un dispositif de surveillance trouvé, documenté et détruit à Paris

panoramaFin septembre nous avons mis fin à des doutes sur la présence d’un dispositif de surveillance visant la bibliothèque anarchiste La Discordia dans le Nord-Est de Paris. Un dispositif qui se trouvait dans l’école Montessori « Plaisir d’enfance » située juste en face de la bibliothèque au premier étage dans un cagibi, donnant sur la fenêtre (le dispositif avait la forme d’un « dossier en carton »). Le mardi 6 octobre, nous avons décidé de rentrer dans l’école pour prendre contact avec la direction. Nous finissons avec insistance par obtenir un rendez-vous avec la directrice administrative et financière de l’école. Celle ci, dans un premier temps nie, mais acculée, elle finit par reconnaître (à demi-mot) l’existence du dispositif dans son école (et donc l’autorisation/collaboration de la direction). Après de longues « négociations » avec elle et son supérieur, et de lourds efforts de leur part de temporisation (pour pouvoir « appeler son contact »), nous finissons, après la sortie des classes, par obtenir l’accès au cagibi. Prenant nos responsabilités, nous décidons rapidement de nous emparer du dispositif par la force. Nous nous rendons alors compte que tout le monde est au courant de sa présence dans l’école. Nous réussissons à sortir rapidement malgré quelques « résistances ». Le kéké de l’école est sorti pour regarder où nous allions afin de faciliter encore plus (et une fois encore), le travail des flics. Nous apprenons par ailleurs que le dispositif était en place depuis au moins la deuxième semaine de juillet 2015.

ouvert antennesrouteur

Considérations techniques

Le dispositif était sous la forme d’un boîtier rectangulaire, bruyant (ventilateurs) d’environ 40x25x25 cm en plastique dur, branché sur secteur (sans batteries). Le boîtier présente un trou d’environ 4 cm de diamètre pour la caméra, trois câbles en sortaient au bout desquels se trouvaient deux antennes à pointe (probablement des capteurs sonores) et un troisième capteur petit et carré. À l’ouverture du boîtier, nous découvrons du matériel technologique de pointe :
Un routeur wifi avec deux cartes SIM (Bouygues), un GPS, trois entrées cellulaires, une entrée stéréo.
Un processeur.
Un dispositif téléphonique avec une carte SIM Orange (ce qui signifie que les données n’étaient pas stockées mais transmises en direct).
Une camera avec deux niveaux de zoom, commandable à distance.
Et d’autres types de matériels que nous ne sommes pas parvenus à identifier (mais que vous trouverez sur les photos téléchargeables ci-après).

Nous mettons à disposition une certaine quantité de photos en invitant les personnes capables, à partager leurs connaissances techniques sur le sujet : 1 et 2.

cam

Pour conclure

Ces dispositifs qui ont d’abord pour but de surveiller, ont aussi comme objectif secondaire celui de nous faire peur et de nous apprendre à nous limiter nous-mêmes. Mais cela ne marche pas. Ce ne sont ni la peur ni la répression qui déterminent nos pratiques, mais seulement nos idées. Quoi qu’il en soit, il est logique de soupçonner que ce type d’« attention » (somme toute, assez banale) touchera encore La Discordia comme tout autres lieux considérés comme subversifs par l’État.

Nous savons, par exemple, que d’autres dispositifs de surveillance ont été découverts ces dernières années dans différents endroits en France (Montreuil, Cévennes, Lille, etc.). Mais nous ne le savons que par « copinage » alors qu’il nous paraît très important de rendre ces informations publiques afin qu’elles puissent profiter à tous, plutôt que de s’enfermer dans des réflexes imbéciles et contre-productifs de panique.

Pour la DGSI et leurs amis : si vous cherchez votre matériel, vous le retrouverez, en pièces détachées, à quelques mètres de profondeur, dans le canal de l’Ourcq, au niveau de la rue de Nantes. Bonne pêche ! (on a toujours rêvé de voir des porcs flotter)

Des livres, pas des flics !

 

 

Quelques participant/es à La Discordia.

non-fides.fr

attention-un-livre

 

L’Internationale d’Eugène Pottier -1871-

903759_189231644576749_1581408354_oCouplet 1 :
Debout ! les damnés de la terre !
Debout ! les forçats de la faim !
La raison tonne en son cratère,
C’est l’éruption de la fin.
Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout ! debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !

Refrain : (2 fois sur deux airs différents)
C’est la lutte finale
Groupons-nous, et demain,
L’Internationale,
Sera le genre humain.

Couplet 2 :
Il n’est pas de sauveurs suprêmes,
Ni Dieu, ni César, ni tribun,
Producteurs sauvons-nous nous-mêmes !
Décrétons le salut commun !
Pour que le voleur rende gorge,
Pour tirer l’esprit du cachot,
Soufflons nous-mêmes notre forge,
Battons le fer quand il est chaud !

Refrain

Couplet 3 :
L’État comprime et la loi triche,
L’impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s’impose au riche,
Le droit du pauvre est un mot creux.
C’est assez languir en tutelle,
L’égalité veut d’autres lois :
« Pas de droits sans devoirs, dit-elle,
Égaux, pas de devoirs sans droits ! »

Refrain

Couplet 4 :
Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail,
Ont-ils jamais fait autre chose,
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la bande,
Ce qu’il a créé s’est fondu.
En décrétant qu’on le lui rende,
Le peuple ne veut que son dû.

Refrain

Couplet 5 :
Les Rois nous saoûlaient de fumées,
Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !
S’ils s’obstinent, ces cannibales,
À faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

Refrain

Couplet 6 :
Ouvriers, Paysans, nous sommes
Le grand parti des travailleurs ;
La terre n’appartient qu’aux hommes,
L’oisif ira loger ailleurs.
Combien de nos chairs se repaissent !
Mais si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins disparaissent,
Le soleil brillera toujours !

Refrain

 

En complément:

1871 – Ce jour où l’on scia la colonne Vendôme

Communiqué du 13 février 2015

13 – 02 – 2013 <=> 13 – 02 – 2015

En ce deuxième anniversaire de la page, on va vous offrir un rapide historique retraçant son existence avant de nous lancer dans l’après, à savoir un réajustement important de son orientation.

Plus de 720 quotidiennes, près de 5000 publications, 28000 EnragéEs, des dizaines de millions de vues, près de 140.000 visiteurs uniques en 2015 sur http://www.lesenrages.antifa-net.fr/

100% indépendant, 100% galériens
100% anticapitaliste, 100% antifasciste

Nous sommes bénévoles, indépendants de toute organisation, de toute entité privée ou publique, de toute église, de toute sphère associative.

Nous ne sommes pas des prêtres, nous n’avons pas de vérité révélée à offrir.

Nous ne sommes mandatéEs par personne ce qui nous oblige à ne donner aucune consigne.

Depuis le début, nous avons toujours voulu être le plus transparent possible en ce qui concerne la justification de notre présence sur facebook.

L’avis partagé par beaucoup, c’est celui-ci:

Il faut qu’on discute de notre usage de facebook

L’ouverture de la page est donc à la base un cas de conscience.

Face à la stratégie des droites radicales et obscurantistes qui est celle d’un ensevelissement global de la toile tout en bénéficiant d’une promotion quasi-quotidienne sur les médias patronaux, fallait-il rester les bras croisés et ne rien faire?

Le fait de voir surgir transversalement dans le réel les « idées », les références, l’esthétique, les schémas de pensée, le vocabulaire, le nom des icônes, les mythes de la conspiration et du néofascisme a achevé de nous convaincre que nous allions agir bien tardivement.

Texte rédigé quelques jours avant le lancement de la page « Les Enragés » le 13-02-2013

« Le but premier de la page des Enragés est de faire reculer le fascisme.
Il se trouve que les extrêmes droites ont gagné la bataille des moteurs de recherche, elles ont gagné la bataille des hébergeurs de contenu vidéo. Elles sont animées par des gens peu nombreux, parfois rémunérés, parfois par le biais d’emplois fictifs mais influentes car très organisées, de plus en plus sur les réseaux sociaux qui leur permettent de toucher des publics jeunes et technophiles, grimées derrière des formats attractifs.

L’idée est de reprendre le format de ces pages (d’où le choix de puiser dans la Révolution française et de se référer aux mouvement les Enragés qui fut un mouvement plutôt réactionnaire) en parasitant leur parasitage et en re-politisant le contenu avec un retour assumé de la lutte des classes, (…)

La page doit être capable d’offrir les clés pour débusquer le confusionnisme fasciste où qu’il puisse se trouver en ne laissant pas la lutte contre le fascisme et l’antisémitisme aux sociaux démocrates dont la disqualification emmène, par rejet de classe, certains publics à se jeter dans le camp du conspirationnisme et de l’extrême droite.

En outre, le but est de littéralement décomplexer la lutte anticapitaliste, d’emmener par la répétition l’inéluctabilité de sa disparition, d’offrir des argumentaires efficaces, une production chiffrée alternative démontant le récit bourgeois et déconstruisant les mythologies martelées.

Enfin et surtout, diffuser au plus large une prise de conscience de l’actuelle fin de grand cycle capitaliste et de sa crise systémique, l’urgence de la constitution d’une organisation horizontale structurée et puissante à même de densifier politiquement les mobilisations de masse dans le réel.

Repositionner internet sur ce qu’il est vraiment: un outil très puissant et non un échappatoire ou une simple diversion. (…)

La page des Enragés doit pouvoir, grâce à son format, se retrouver partagée sur des réseaux tenus par l’extrême droite et ainsi permettre de sortir des publics, souvent jeunes, tombés dans les griffes des fascistes et des droites radicales en général et qui sont pour l’instant, perdus pour la Révolution. »

 

Voilà pourquoi vous êtes en train de nous lire depuis cette page, c’est parce qu’il y a  deux ans, « trois bonnes poires » se sont organisées pour tenter de sortir le plus de gens possible de cette sphère poisseuse,  tout simplement parce que ça nous tord(ait) le bide de constater dans le réel cette vague qui a tout submergé.

Autour des trois admins historiques sont venus se greffer d’autres EnragéEs, qui est un collectif qui évolue en fonction du temps et de l’énergie que nous laissent nos exploitations, nos oppressions et nos luttes quotidiennes.

C’est pourquoi il est quasi-impossible pour nous de vous fournir quotidiennement des dossiers anticapitalistes et antifascistes tels que vous pouvez les apprécier, en tout cas tant on voit que vous les partagez  avec enthousiasme autour de vous.

Nous ne sommes pas des professionnels.

Nous sommes des galériens, des bagnards du capitalisme, des précairEs, des ouvrierEs, des employéEs, des salariEs, des (auto)exploitéEs.

Nous sommes touTEs autodidactes.

Certains dossiers que vous avez mis 8 minutes à lire, on a passé un an et demi à les faire.

En revanche, en échappant totalement aux nécessités du marché, il nous est non seulement possible d’être loyaux envers notre propre classe, rigoureux et honnêtes mais nous affirmons que ce n’est que de cette façon qu’il est possible de l’être.

 

Dès le début de la création de la page, il a été décidé de créer un espace totalement épargné par la vague conspirationniste.

Au tout début, nous avons choisi une modération « conciliante » telle qu’elle peut être mise en place par n’importe quel modérateur sur n’importe quel forum. Au fur et à mesure de son évolution, il s’est rapidement avéré que ce n’était pas envisageable à cause de l’audience de la page. Nous avons même été obligés d’alterner des modérations différentes.

A l’époque, l’algorithme facebook, cette formule mathématique qui distribue et choisit à la place des utilisateurs, ce qui doit s’afficher ou pas sur leur fil d’actualités, était beaucoup plus favorable aux pages avec 0€ de budget et donc également à notre page anticapitaliste. Il ne faut pas oublier, pour ne citer que les français, que trois sur quatre considèrent que le capitalisme est un mauvais système et les 2/3 ne veulent pas du FN au pouvoir, si en tout cas on accorde quelque crédit aux sondages patronaux.

Il était possible de dépasser les 4 millions de vues sur une seule publication avec seulement quelques milliers d’abonnéEs.

Nos publications anticapitalistes crépitaient en temps réel à la première seconde de leur diffusion, facebook n’avait pas encore totalement tué le temps réel et surtout le principe premier de la toile, son horizontalité.

On savait que l’on ne pouvait pas encore s’attaquer frontalement à l’extrême droite car on n’avait pas assez d’abonnéEs.

On ne pouvait pas le faire avec un site, la politique de facebook de l’époque était celle de mettre en avant les photos tout comme telle était la stratégie de ces pages, c’est donc par ce biais que l’on a essayé de diffuser de l’idée dans un océan de médiocrité.

On a malgré cela tenté une publication sur l’UPR (ce micro parti de droite nationaliste en lien avec l’extrême droite) et immédiatement, on a ramassé une invasion groupée de(s?) 250 à 300 militants et sympathisants dont les premières pressions et menaces, dont une sérieuse.

En signalant la page en masse, ils sont parvenus à faire supprimer par facebook la publication.

L’objectif pour nous a donc été de faire grossir la page sans se renier et sans racolage, le plus rapidement possible car on a pu constater que l’algorithme facebook devenait de moins en moins généreux à mesure que le nombre d’abonnéEs augmentait.

Mais c’est le jour où l’on a fait une publication sur la page d’extrême droite et conspirationniste « Ce Que Cachent Vos Médias » qui relayait également la page d’extrême droite confusionniste Mr Mondialisation, que nous avons essuyé une attaque groupée de militants, de pressions, de menaces dont plusieurs de mort, dans des proportions telles que nous avons dû organiser à partir de ce jour-là des rotations de modération en 24/24.

Bien évidemment, ils ont réussi une fois encore à nous faire sauter la publication.

La plupart des EnragéEs ont été bannis de facebook à l’exception d’unE EnragéE, dont certainEs pendant trois semaines et grâce à qui la page a pu continuer à peu près normalement.

Dans les commentaires de notre page, en mp, ailleurs sur facebook, cela a été un déchaînement.

A partir de ce jour-là, on a commencé à recevoir des menaces de ce type par dizaines:

menaceCQCVMMR

On possédait donc tout un travail de veille antifasciste que les fascistes, ces types qui se battent depuis 10 ans pour la  » liberté d’expression « , nous interdisaient eux-mêmes de diffuser auprès de leurs victimes.

Bien évidemment, quand, récemment, on a publié notre dossier sur Mr Mondialisation, nous avons eu droit à une nouvelle attaque groupée. Mais désormais, ils ne peuvent plus nous faire censurer nos publications, la page est devenue trop importante.

Comment procède l’extrême droite pour rameuter ses éléments fascisés?

Sur cette capture d’écran, on constate que le site d’extrême droite et conspirationniste « Les Moutons enragés » rameute en défense de ce pauvre Mr Mondialisation.

moutonsmeutefafs

Les journées « d’affluence » sur des publications ciblées, on pouvait recevoir des attaques groupées de 300 militants d’extrême droite par jour alors que sur d’autres publications comme pour celle d’Akhenaton et qui a, rien que sur sa première semaine, dépassé les 4 millions de vues, nous n’avons quasiment pas eu à modérer quoique ce soit, le comportement de chacun a été quasi exemplaire.

C’est une publication que les confusionnistes ont tenté de piller, comme beaucoup d’autres.

IAM

En revanche, pour chaque publication sur Dieudonné, sur Etienne Chouard, sur Alain Soral, sur n’importe quel agent de l’extrême droite, c’est à chaque fois un déchaînement de pressions et de menaces.

Certains des idéologues d’extrême droite comme Alain Soral, Vincent Lapierre et d’autres, ont tenté eux-mêmes de venir faire leur propagande, ils ont été immédiatement bannis de la page.

Plus globalement, on ne peut révéler ici l’éventail des méthodes de l’extrême droite, mais sachez juste qu’elles ne possèdent pas de limite dans la perfidie.

On ne discute pas avec le fascisme, on le combat!

Voilà pourquoi depuis le début de la page, on a été obligé de mettre en place une modération serrée.

Si on ne l’avait pas fait, jamais nous serions arrivés à placer une « grosse » page au milieu de l’océan de pages confusionnistes et obscurantistes.

L’un des aspects qui plaît bien depuis le début, c’est que l’on a tenté de recréer un espace politique débarrassé de tout ça et que les fascistes ont absolument tout fait pour nous faire échouer.

Sur le lot, il est bien évident que l’on a pu bannir d’authentiques anticapitalistes.

Mais dans l’immense majorité des cas, on a tapé juste.

Au bout de ces deux ans, nous constatons à la fois une installation active de la pensée conspirationniste et obscurantiste ainsi qu’une défaite idéologique majeure.

Devant le constat qui est le nôtre, résultat de la gentrification des luttes, du discours et du milieu révolutionnaire, un discours estimant que la gentrification se combat dans les quartiers intermédiaires entre militants issus des classes moyennes et dont le propos reste inaccessible, nous avons décidé de poursuivre dans la voie sur laquelle on est le plus critiqués par le petit milieu militant: celle de la vulgarisation.

Nous avons décidé de ne plus faire grossir la page facebook « Les Enragés » et de ne l’alimenter, le plus souvent en tout cas, que par le biais d’articles produits uniquement ici-même.

sur notre site

http://www.lesenrages.antifa-net.fr/

et sur la plateforme antifa-net.fr

http://www.antifa-net.fr/

Nous n’allons plus utiliser facebook que pour propulser nos articles.

C’est un risque. Si nos abonnéEs ne jouent pas le jeu, alors facebook fera plonger encore d’avantage notre page car toute page non alimentée quotidiennement est compliquée à raviver sur ce réseau dit « social ».

A un point tel que la totalité du réseau militant tourne actuellement en circuit fermé et quasi étanche, produit à la fois de sa gentrification et… de l’algorithme ségrégationniste de facebook.

Nous n’animerons plus cette page, nous n’assurerons plus de modération en 24/24. Nous allons être obligés de parfois couper l’émission de la page, en tout cas certaines journées, certaines semaines.

Nous allons enfin réorienter notre site sur ce que nous estimons essentiel et urgent.

Nous vous réservons de bonnes surprises. De très bonnes surprises.

Allez, ne soyez pas tristes, quand on viendra sur la page, ce sera pour se détendre ou pour continuer à servir de banque idéologique.

Camarades, amiEs, l’antifascisme n’est pas un club privé!

Nous allons tenter de peser pour trouver le moyen d’ouvrir nos manifestations antifascistes au plus large.

Nous devons nous organiser dans le réel.

Tout se joue dans le réel.

La tenaille des droites libérales et des droites radicales est hégémonique sur le net car les droites dominantes sont hégémoniques dans le réel.

Quand le réel se retournera, la toile suivra.

Le réel ne se modifiera pas tout seul, il réclame de l’organisation.

 

Les Enragé-e-s

 

 

 

 

 

 

Qu’est-ce que le sous-prolétariat?

Au sein d’un mode d’organisation capitaliste de la production, ceux qui ne produisent rien ont tout et ceux qui produisent tout n’ont rien.

En France, 10% de la population possèdent 60% des patrimoines pendant que 90% doivent se « partager » les 40% qui restent.

La bourgeoisie possède les rentes, les usines, les entreprises, les patrimoines, les richesses.

IMG_0735_Copier_

Le prolétariat lui, n’a d’autre choix, au sein d’un système capitaliste, que celui de se salarier ou de s’auto-exploiter.

93% des actifs sont des salariés.

En « haut » et en « bas » du prolétariat, on distingue deux sous-classes.

En haut, la petite bourgeoisie, minoritaire, sous-classe dominante installée au sommet du prolétariat, classe bâtarde, louvoyante, opportuniste, couarde, qui oscille entre un discours favorable aux masses et la défense inébranlable de la bourgeoisie en tant que classe constituée, classe après laquelle elle court.

Allumez n’importe quelle télé, vous verrez des petits bourgeois.

la-voix-de-son-maitre_1244103623

Et en bas, le sous-prolétariat, ou lumpen prolétariat, dont le texte qui suit offre une bonne définition actualisée:

C’est une main d’œuvre de remplacement utilisée par le patronat, sans conscience civique, sociale et politique.
Il sert de « garde chiourme », d’indicateur de police ou patronal, de « mouchard » et plus particulièrement lors de mouvements sociaux.
Le lumpen prolétariat n’a pas d’attaches et peut vivre de rapines, de la prostitution des femmes, d’expédients et d’une économie souterraine et quand sa position ou les conditions dans lesquelles il évolue le permettent, de sa domination sur des malheureux.

Il exploite les autres, à l’image de la société dans laquelle il vit. Une vraie cours des miracles.

Homme de peu de scrupules, utilisable pour de basses besognes, par le patronat, la police, la mafia, toujours disponible au service des pouvoirs en place, contre le milieu dont il est issu, le prolétariat.
Détrousseur de pauvres et briseur de grèves. Le lumpen prolétariat vote à droite, pour ses maîtres ou pour le plus offrant.

Pour Marx, le Lumpen prolétariat est l’allié objectif de la bourgeoisie. C’est un de ses instruments.

Qu’est ce qui a changé ?

Entre temps il est allé à l’école. Il a appris, pas plus que le reste du prolétariat mais il a d’autres stratagèmes et l’intelligence de la survie dans la jungle sociale et au dépend des autres.

Le patronat en fabrique du lumpen prolétariat, par le conditionnement en donnant à ce dernier le sentiment de force, d’indépendance, du « moi je » supérieur qui n’a nullement besoin des autres et de l’action collective.
L’image du héros de la propagande américaine, celui qui se fait seul face à la couardise collective et qui rafle la belle, la grosse cylindrée et la fortune au mépris des lois et des risques.
C’est toujours la même fable du héros solitaire et taciturne.

En fait c’est un être faible, sans conscience civique et sociale.

tele-realite-les-anges-nabilla-secret-story

Toutes les dictatures ont utilisé ce milieu. Pour mieux se débarrasser de prisonniers politiques, on les enfermait avec des prisonniers de droit commun, qui se chargeaient de la basse besogne.
Rien n’a changé, sauf que le lumpen prolétariat peu porter le costume neuf ou des « godasses » à prix fort et selon la mode du moment. L’économie parallèle est aujourd’hui souterraine et il ne court pas forcément les chemins à pied, modernité oblige.
Il ne porte pas de signe distinctif et peut même travailler derrière un bureau.

Il n’est même pas un traître à sa classe puisqu’il n’a aucune conscience d’appartenance à une classe, surtout à celle dont il est issu mais il s’identifie à la classe dominante au travers de ceux qui dirigent.

C’est vrai à l’usine, au bureau, dans les quartiers ; et bien sûr, il vote toujours à droite mais prétend ne pas faire de politique.

383807_2945624279335_940866746_n

Il défend la France, lui, et l’ordre établi et contre la chienlit, il milite à droite. Ce n’est pas un corps, ni une classe à part.

543687_10150836183092590_1575093928_n

Il est disparate et s’opposent les uns aux autres dans le désordre de l’ordre en place. Il peut brûler des voitures qui ne valent pas un sou mais qui sont la seule fortune du voisin, ou vociférer contre en réclamant la peine de mort.
Il peut imposer son ordre sur tout le quartier et un code de conduite aux filles et exiger plus d’ordre en face : «que fait la police » « et la justice ».
Sévir et châtier, les fonctionnaires fainéants, privilégiés et nantis , les salauds de grévistes…etc … Il est une catégorie de citoyens opposés à la notion de citoyenneté pour les autres.

Le lumpen prolétariat est pluriel ayant en commun, la non reconnaissance des droits des autres. Il y a également celui des villes et celui des champs et si les pistoleros des latinfundios ont disparu, leur mission est toujours la même. Raciste, xénophobe et d’autres particularités qu’il partage avec la petite bourgeoisie, pour le plus grand bien du système en place.
Cerise sur le gâteau, comme sous l’ancien régime, les gens de qualité savent tout sans rien apprendre. C’est bien connu le lumpen prolétariat n’a pas besoin d’apprendre, il sait tout par nature. Une catégorie en expansion et la bourgeoisie le sait, elle y travaille.

 

 Source

De la nourriture, il y en a dans les supermarchés

La dernière enquête de Médecins du Monde s’est penchée sur un pays qui possède 2,2 millions de millionnaires en dollars.

Un pays aux minimas sociaux qui sont plus bas, voire bien plus bas que de nombreux pays d’Europe de l’Ouest.
Un pays où les banques alimentaires sont prises d’assaut.
Un pays où la nouvelle estimation de la pauvreté dépasse désormais les 10 millions de pauvres.
Un pays où les arrêtés « anti-pauvres » (anti-glanage et anti-mendicité) se sont multipliés ces dernières années dans certaines municipalités.

Un pays dans lequel, selon l’ONG, plus de 50 % des adultes et 20 % des enfants en situation précaire n’ont pas mangé pendant au moins une journée entière au cours du dernier mois.

Un pays qui dégouline de richesses et pourtant qui connaît un retour inédit et massif de la faim.

Ce pays, c’est la France.

De la nourriture, il y en a dans les supermarchés.

La nourriture, cela ne se quémande pas, cela se prend où elle est.

Les Enragé-e-s

 

A lire en complément:

Le RSA, un dispositif rigide, opaque, complexe, intrusif, suspicieux, tyrannique, humiliant, pour un coût ne dépassant pas 0.5% de notre richesse annuellement produite.

http://www.lesenrages.antifa-net.fr/le-rsa-un-dispositif-rigide-opaque-complexe-intrusif-suspicieux-tyrannique-humiliant/

France, 10% possèdent 60% des richesses, 10% des HLM sont occupés par des riches!

HLM

HLM. Habitat à Loyer Modéré.

Ces logements sont normalement réservés aux moins aisés. Mais selon une étude de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (Onpes), que révèle La Tribune, pas moins de 53.000 des plus riches ménages de France sont logés en HLM.

378.000 aisés logés en HLM

Ils appartiennent au dixième décile, soit les dix pour cent les plus riches de France, avec des revenus mensuels de plus de 11.200 euros avec un enfant. Et ils bénéficient d’un loyer modéré.

Pire, ce seraient 378.000 familles aux revenus supérieurs à 5400 euros par mois qui occuperaient également ce type de logement.

Soit un bénéficiaire de logement social sur dix!

Selon le quotidien économique, les ménages n’auraient tout simplement pas quitté leur logement lorsqu’ils se sont enrichis. Ce qui est « légal », mais n’enlève rien à la situation du logement social en France. Au moins 1,2 million de ménages pauvres sont en liste d’attente pour être logés en HLM.

Il y a en France 2.2 millions de logements vacants.

Les Enragé-e-s

 

 

La crise du logement – à laquelle la presse de nos jours porte une si grande attention -, ne réside pas dans le fait universel que la classe ouvrière est mal logée, et vit dans des logis surpeuplés et malsains. Cette crise du logement-là n’est pas une particularité du moment présent; elle n’est pas même un de ces maux qui soit propre au prolétariat moderne, et le distinguerait de toutes les classes opprimées qui l’ont précédé; bien au contraire, toutes les classes opprimées de tous les temps en ont été à peu près également touchées. Pour mettre fin à cette crise du logement, il n’y a qu’un moyen : éliminer purement et simplement l’exploitation et l’oppression de la classe laborieuse par la classe dominante. Ce qu’on entend de nos jours par crise du logement, c’est l’aggravation particulière des mauvaises conditions d’habitation des travailleurs par suite du brusque afflux de la population vers les grandes villes; c’est une énorme augmentation des loyers; un entassement encore accru de locataires dans chaque maison et pour quelques-uns l’impossibilité de trouver même à se loger. Et si cette crise du logement fait tant parler d’elle, c’est qu’elle n’est pas limitée à la classe ouvrière, mais qu’elle atteint également la petite bourgeoisie.

La crise du logement pour les travailleurs et une partie de la petite bourgeoisie dans nos grandes villes modernes n’est pas l’un des innombrables maux d’importance mineure et secondaire qui résultent de l’actuel mode de production capitaliste. Elle est une conséquence directe de l’exploitation du travailleur, en tant que tel, par le capitalisme. Cette exploitation est le mal fondamental que la révolution sociale veut abolir en supprimant le mode de production capitaliste. La pierre angulaire de cette production capitaliste est constituée par le fait que notre organisation actuelle de la société permet aux capitalistes d’acheter à sa valeur la force de travail de l’ouvrier, mais d’en tirer beaucoup plus que sa valeur, en faisant travailler l’ouvrier plus longtemps qu’il n’est nécessaire pour retrouver le prix payé pour cette force de travail. La plus-value créée de cette manière est répartie entre tous les membres de la classe des capitalistes et des propriétaires fonciers et entre leurs serviteurs appointés.

Frédéric Engels, La question du logement, 1872

Le droit de se taire est un droit fondamental, n’avouez rien.

Lorsque vous êtes pris dans une affaire à connotation pénale, y compris dans le cadre du travail, « n’avouez » rien. A personne. Au commissariat, refusez le système de l’audition dite « libre », véritable arnaque trouvée par les OPJ et les Procureurs pour contourner le droit à l’avocat en garde à vue et obtenir des preuves à charge de façon déloyale ; demandez votre placement officiel en garde à vue et n’oubliez JAMAIS QUE LE DROIT DE SE TAIRE EST UN DROIT FONDAMENTAL EN MATIÈRE PÉNALE.

Ne pensez JAMAIS qu’en « jouant franc-jeu », en jouant « cartes sur table » vous vous en sortirez mieux. C’est faux. Un policier (ou un gendarme) est un paranoïaque obsessionnel. Un procureur n’est pas beaucoup mieux. Nous vivons dans un État policier, où la culture du doute qui doit, normalement, profiter à l’accusé, est faible et où, bien souvent, hélas, policiers et même, parfois, magistrats, n’ont qu’une idée en tête: trouver un coupable.

Tout ce que vous direz pourra alors être retenu contre vous.

Le fait que vous déclariez avoir fait un principe de vie 1° de ne pas parler hors la présence de votre avocat et 2° de l’usage de votre droit à vous taire énervera sans aucun doute la plupart des juges (les policiers n’en parlons pas mais ça, tant pis) mais les choses seront absolument claires et aucun juge ne pourra alors imaginer que vous vous êtes tus parce que vous aviez « quelque chose à cacher ». Si vous n’avez pas d’avocat de confiance « sous la main », faites demander un avocat commis d’office. Il y en a de très bien.

 

Les Enragé-e-s