Archives de catégorie : Communistes

Il y a dans la société capitaliste un fétichisme verbal

gueant

Sans contredit, les classes possédantes ont des méthodes presque parfaites pour abêtir les classes exploitées et maintenir leur pensée en captivité. L’une des plus usuelles consiste à leur imposer des formules redondantes, absolument dépourvues de contenu positif et d’autant plus facile à employer dans tous les sens.

Le mensonge le plus cynique de notre époque (et le plus abêtissant) c’est sans contredit celui de la démocratie bourgeoise fondée sur la liberté, alors que le mot liberté ne signifie rien, — rien, — tant qu’on ne sait pas à quelle classe il s’applique.

Et toutes les autres idées si souvent invoquées par cette vieille prostituée, qu’est la presse bourgeoise, n’ont guère plus de sens. La civilisation n’est que celle de la bourgeoisie au pouvoir. L’universalité des citoyens évoque l’ensemble des usuriers et des banquiers, des rentiers et des spéculateurs, des curés et des catins, des galonnés et des ministres. Mais, — c’est ça l’important ! — ces mots sont sonores et l’on sait s’en servir à merveille. L’union des forbans capitalistes, baptisée « Société des Nations », s’impose au respect des esclaves. La liberté de l’exploitation dite liberté tout court permet de duper sans fin les exploités.

Il y a dans la société capitaliste un fétichisme verbal. Les mots dominent les hommes incapables d’en apercevoir le contenu réel. Ce qui fait que les choses les plus évidentes ne sont pas encore intelligibles pour bien des gens.

Nikolaï Boukharine