Ayez confiance en vos semblables

Ayez confiance en vos semblables, vous verrez, d’ici quelques mois, d’ici quelques années, ça va souffler fort, très fort.

La question n’est pas de savoir s’il y aura ou pas un mouvement social de grande ampleur.

Il y aura un mouvement social de grande ampleur.

La seule question que l’on doit poser partout autour de nous, c’est : qu’allons-nous en faire de ce mouvement social?

« Celui qui parle de révolution et qui n’est pas prêt à changer la vie quotidienne, porte un cadavre dans sa bouche ».

Si ce mouvement social consiste à « revenir comme avant, » alors ce sera un mouvement réactionnaire qui conduira à un Etat (encore plus) autoritaire, au pillage là-bas, au fascisme et à la guerre.

Si certains espèrent après un Etat, garant de la position dominante des possédants, pour solutionner la question d’un capitalisme entré une nouvelle fois en furie, si certains espèrent encore après les politiques professionnels pour solutionner concrètement la masse colossale de problèmes accumulés, alors ils portent eux aussi un cadavre dans leur bouche.

Si certains sont dans l’attente d’un sauveur suprême, si certains en sont à « vouloir tout changer pour que rien ne change », alors ce sont là nos futurs bourreaux.

La caractéristique du capitalisme est précisément de ne pas pouvoir revenir en arrière.

Que chacun reste dans son coin en courbant l’échine, que chacun se pense plus malin que les autres, que chacun espère passer entre les gouttes, que chacun se laisse aller à la pente naturelle du capitalisme, et nous connaitrons tou-te-s des événements effroyables.

Que chacun considère la période que nous allons devoir affronter comme une chance extraordinaire, comme une lueur fabuleuse, comme une opportunité unique d’en finir avec le vieux monde, alors nous ouvrirons une nouvelle phase historique pour toute l’humanité.

Le monde quittera enfin sa phase de rapine.

Nous ne pouvons plus nous contenter d’imaginer le monde d’après, nous devons dès à présent engager sa réinvention, collectivement et non par le biais de petites expériences atomisées qui ne mèneront qu’à la case Capital.

Si ce mouvement social produit cette idée à la fois « folle » et pourtant seule capable d’en finir avec cette curée, alors il se produira de bien jolies choses dans le monde entier.

Non, ce n’est pas si « fou » que ça de vouloir nous réapproprier nos existences.

Non ce n’est pas si « fou » que ça de vouloir en terminer avec un système barbare, qui produit du malheur en série ici et là-bas.

Non ce n’est pas si « fou » que ça de vouloir briser ses chaînes.

Le seul système qui ait sombré dans la folie la plus parfaite, c’est le capitalisme.

Les fous, ce sont ceux qui s’accrochent de toutes leurs forces à un système qui nous entraîne dans sa chute mortifère.

Nous allons tous et toutes vivre de notre vivant des événements extraordinaires, nous allons les vivre tout simplement parce que c’est nous qui allons les produire, collectivement.

Les Enragé-e-s