Mais arrêtez avec vos « projets inutiles »!

Quelqu’un pourrait-il enfin nous expliquer ce que signifie se battre « contre les projets inutiles »?

Les délires écolos-mystiques de Reporterre, un catholicisme repeint en vert à cheval entre la deuxième gauche et la droite radicale.

Car au sein du capitalisme, rien n’est « inutile », rien n’est « utile », tout investissement, toute activité humaine, toute la production est entièrement régie par la logique du profit.

«Lutter contre les projets inutiles », c’est diffuser l’idée qu’il y aurait des projets « utiles ». Qu’il y aurait d’un côté une activité économique raisonnable et raisonnée, indéboulonnable, indépassable et de l’autre, une économie de la démesure, du gaspillage, une économie qui serait sortie des rails de la Raison.

Mais enfin! Posséder cette vision totalement illusionnée du capitalisme, ce n’est pas raisonnable!

Comment en effet se contenter, intellectuellement parlant, d’une vision totalement tronquée du capitalisme, système barbare au sein duquel la moindre chose, le moindre service, le moindre concept, presque, sont monétisés au but de créer de la valeur?

Tout, absolument tout est « inutile » au sein d’un système capitaliste, à commencer par le fait de devoir bosser 40 heures par semaine pour engraisser des petites amicales de crevards bien nés ainsi que leurs larbins patentés!

Arrêtez avec ces « projets inutiles »! Arrêtez de faire l’autruche, arrêtez de faire des fixettes sur ce que vous considérez comme inutile alors que c’est la beauté de nos existences-mêmes qui est inutile au sein du capitalisme!

Quand on va se planquer à la cambrousse, on ne quitte pas le système capitaliste, on se planque! On ne l’abat pas, on le rend supportable pour soi.

Les « projets inutiles », ils tiennent tous dans l’exercice comptable de la plus petite des entreprises!

Le capitalisme, c’est Vinci mais aussi les pizzas bio de Leonardo!

Dans la lutte anticapitaliste, les « inutiles », ce sont ceux qui distinguent artificiellement utilité et inutilité !

Sauver un arbre, c’est utile?

L’immense part des forêts ne sont pas des forêts primaires, c’est-à-dire que la plupart des forêts actuelles ont été plantées de la main de l’Humain.

La gestion de la forêt obéit aux besoins de l’économie capitaliste, elle y est totalement intégrée.

En France, chaque seconde, 2,5 nouveaux arbres sont plantés, soit 80 millions de nouveaux arbres par an. C’est ce qui explique que la forêt française augmente régulièrement de taille avec 35 000 hectares par an. Et d’ailleurs, la forêt française n’est pas en danger, mais voit sa superficie stabilisée depuis 2006 et commencer à régresser vers 2013-14. Elle n’a jamais été aussi vaste depuis le Moyen-âge.

Actuellement, par le jeu des concessions privées, des forêts entières sont détruites sans que jamais aucune seule ZAD ne puisse se monter. Faut-il le regretter? Faudrait-il aller en ouvrir partout où la défense de la Nature le nécessiterait? Faut-il aller sauver les arbres? Ou bien uniquement les zones humides? Uniquement les petits mammifères? Uniquement les zones aux petits papillons gentils?

Uniquement les zones bloquant de grandes réalisations?

Pourquoi ne plus construire de grandes réalisations si l’objectif n’est pas de sortir du capitalisme? L’objectif est de sortir du capitalisme ou de  » bloquer » le stade actuel de l’évolution du capitalisme?

L’objectif est-il réellement de le bloquer ou bien l’objectif est-il de donner l’illusion de le figer? Le figer sur une période du capitalisme acceptable? Celle où l’on ne procédait plus à de nouvelles grandes réalisations?

L’objectif serait donc de faire coller le toujours moins de l’économie envers les salariéEs avec le toujours moins de grands travaux « inutiles »? Pour en finir avec « la gabegie des finances publiques »? Pour faire des « économies »? Pour arrêter « d’engraisser les gros »? Les gros quoi? Cela remonte à combien d’années en arrière cette époque-là? Ce temps béni où l’Etat était raisonnable et où il consultait abondamment ses administrés avant de se jeter dans la bétonneuse?

L’objectif est libératoire par l’action directe? Très bien!

Mais à ce moment-là, comment éviter un second Larzac? Comment dévier de cette pente naturelle qui ne peut que nous conduire vers un naufrage politique de type Bové, ATTAC et plus globalement, l’anticapitalisme mystique et l’écologie réactionnaire à partir du moment où la lutte tourne en rond en se retranchant derrière le mythe?

Si victoire il devait y avoir, est-ce que ce ne serait pas une défaite? En ce sens où tout le capital symbolique de NDDL pourrait s’évanouir par décision politique? L’objectif était donc de faire plier l’Etat dans une forme de citoyennisme radical?

Non, dans l’entame d’une lutte, l’objectif est déjà atteint à partir du moment où l’on se met en lutte.

Mais en lutte pour quoi? Pourquoi uniquement les grands travaux?

Parce qu’elle permet de tenir en échec l’Etat et les intérêts privés qui sont derrière.

Dans ce cas il ne faut pas  » sauver la nature « , il faut nous sauver nous-mêmes, ce n’est qu’à ce prix que l’on pourra continuer à se dépatouiller du grand chaos d’une nature qui sous bien des aspects, n’a plus grand chose de naturel.

Sauver la Nature ou sauver le capitalisme, il faudra un jour choisir.

 

Les Enragé-e-s

 

 

Pour aller plus loin:

« À rejeter l’impérialisme, ou les institutions internationales, ou le capital financier, ou les grands projets inutiles… on ne rejette jamais le capitalisme en tant que tel et on ne construit pas son camp sur des bases de classe. On se trouve dès lors potentiellement allié à certains de nos pires ennemis, comme en témoignent les nombreuses passerelles vers l’extrême droite, construites et entretenues par toutes sortes de militants confusionnistes qu’on ne citera pas ici. »

Misère politique du campisme

Reporterre, site qui se veut une référence en matière d’écologie, est représentatif d’une tendance hélas grandissante du mouvement écologiste qui, par manque sans doute de culture politique, tend à ouvrir ses portes à quiconque se dit – même vaguement – ami de la nature, sinon décroissant. « Reporterre veut être le forum de tous ceux qui imaginent le nouveau monde, un monde où l’on arrêtera de détruire l’environnement et qui retrouvera l’idéal de la justice », clame la courte présentation du site. Au nom du « débat », de la « démocratie » et de la « liberté d’expression », la porte est donc ouverte à tous les vents : sociaux-démocrates de droite, de gauche, du centre, consuméristes, complotistes, mystiques en tous genres, groupuscules d’extrême droite.

Le site Reporterre, portail de l’écolo-confusionnisme

La moitié des voyages en avion sont réalisés par 2 % de la population.
En 2008, les 10 % des habitants les plus riches ont fait en moyenne 1,3 voyage aérien, alors que jusqu’aux 50 % les plus pauvres, le nombre moyen de vols est proche de zéro.

La moitié des voyages en avion sont réalisés par 2 % de la population

L’écologie est à la mode, de l’extrême droite à l’extrême gauche, en passant par la droite et le centre. Pourquoi les multinationales et les Etats se sont-ils tous convertis à l’écologie ? D’où vient cette propagande planétaire qui prétend transcender tous les clivages idéologiques et politiques ? Des « nouveaux mouvements sociaux » ou des multinationales ? Des gestionnaires du capitalisme ou des partisans de « l’éco-socialisme » ? Quels sont les principaux auteurs qui, à tort ou à raison, sont considérés comme les précurseurs de l’écologie ? Pourquoi les écologistes s’intéressent-ils davantage aux plantes et aux animaux, qu’aux hommes et aux femmes qui travaillent et sont exploités par le Capital ? Davantage à « la planète », à la « biodiversité » et au « climat » qu’aux prolétaires et à leurs conditions de travail ? Quelle a été la place de l’écologie dans l’Italie mussolinienne, le Portugal salazariste et l’Allemagne hitlérienne ?

Lire la suite ici

Les individus sociables et incarnés

Les individus sociables et incarnés ont dépassé le projet « collectiviste » destructeur et mesquin, autoritaire et nivelant, du « socialisme réel », et même l’idée de « rétribution » « juste », en tant qu’abstraite ou formelle, encore empreinte d’une métaphysique « chrétienne », réactive et nivelante, reste pour eux un projet effrayant. Un tel « collectivisme », fondé sur une définition négative, excluante, de la propriété, en fut encore au comptage abstrait, capitaliste selon l’intention, des heures de « travail » : scrupuleusement, l’instance « centralisant » la production devait reverser la « bonne quantité » de « valeur » au travaillant « méritant ».
Mais l’individu sociable n’est plus un « travaillant », aucune détermination idéale ne le réduit. Le « collectivisme » « planifiant » qui est derrière lui, derrière elle, tout comme le capitalisme sauvage ou dérégulé, ou « l’économie » gérée et séparée, avec son point de vue exclusivement philistin, comptable, désincarné, instrumental, ne sont plus pour lui, pour elle, qu’un horrible souvenir. Mais cet être a aussi une certaine capacité d’oubli, capacité positive et constructive : que le chiffre ait pu médiatiser le rapport de l’humain à l’humain, du vivant au vivant, pour décomposer ce rapport, cela ne concerne plus, désormais, sa quotidienneté vécue. Au sein de cet oubli, parfois, il, elle, demeure, dans la mémoire recueillie, auprès des désastres qui ont précédé sa sérénité, qui dès lors ne sera jamais « parfaite » : c’est ainsi qu’il, elle, tentera d’empêcher le fait que la destruction passée puisse avoir un avenir. Sa détresse est intacte, donc, mais elle n’est plus que le développement souterrain de sa mémoire propre.
La personne sociable et incarnée ne « travaille » donc pas. Car tout travail est une mutilation de soi, et une abstraction. Cette personne complexe exerce pour sa part une activité, multiple, riche, complexe, plurielle, et c’est la qualité de cette activité, et de ce qu’elle apporte avec elle, collectivement et personnellement, qui lui importe en premier lieu.
Le matin, cet individu incarné pourrait édifier une maison. Le midi, passer du temps avec ses proches ou amis. L’après-midi, faire du maraîchage. Le soir, étudier la « théorie », ou faire de la musique. Il, elle, sera dès lors non plus, négativement, aliénée par son activité, mais épanouie en elle (disposant de ses « objets propres »). Parce que tout rapport juridique quantitativiste ou formel, réglé sur l’abstraction de l’échange monétaire ou marchand, sur l’abstraction bureaucratique, aura été aboli, cette personne recevra pour cela les biens qu’elle désire, ou dont elle a besoin : la nécessité vitale ne s’opposant plus pour elle, et pour ses semblables, à l’abondance qualitative, au bonheur sobre et sans inquiétude, au sens strict.
Cet individu songera, avec une tendresse mêlée de tristesse, à ces individus qui lui ressemblaient, dans la société capitaliste ou « collectiviste », et qui auront vécu leurs activités plurielles sans pouvoir recevoir la reconnaissance et la sérénité que toutes et tous vivent désormais, alors même qu’ils étaient si proches, d’une certaine manière, d’une résolution des contradictions inhérentes à leur système oppressif.
L‘individu incarné, sociable, possède un corps spinozien. Il, elle, est affectée par le monde de multiples manières, car exerce avec son corps propre de multiples activités, et ainsi il, elle, pense le monde de façon claire et distincte, non de façon mutilée et confuse. Cette conscience adéquate et complète du monde, qui est aussi celle de ses semblables, et qui découle d’un engagement pratique différencié dans le monde, tend à empêcher efficacement, dans l’avenir, tout « retour » à des formes totalitaires ou autoritaires, destructives ou discriminantes.
L’individu sociable incarne toutes les potentialités vivantes du sensori-moteur au sens large : sentir de façon riche le monde, le penser corrélativement de façon riche, c’est simultanément s’engager, de façon physique, motrice, en lui, de toutes les manières possibles. Ce qu’il, elle, perçoit, la beauté d’un paysage, de ses biens propres, des êtres et des choses, de ses satisfactions et créations, de ce que d’autres satisfont et créent, cela renvoie à une manière plurielle de mouvoir son propre corps. La personne sociable et attentive, pourra également, avec acuité et précision, saisir, si elle s’intéresse à la préhistoire, toutes les souffrances, étranges pour elle maintenant, que les êtres travailleurs « exclusivement manuels », aliénés, ou que les êtres travailleurs « exclusivement intellectuels », aliénés, ont pu éprouver par le passé. Il, elle, comprendra également que le fait de se saisir comme travailleur « exclusivement manuel » ou « exclusivement intellectuel » est une absurdité : que la main est un esprit, et que l’esprit est manuel, corporel, physique.
De la comptabilité serait faite à l’occasion, car il faut bien survivre, mais les chiffres seront devenus des qualités, des couleurs ou des sons, et ne seront plus des coques vides, des injonctions, des menaces ou des scandales.
Il, elle, pourra tirer profit d’une existence douce, mais aussi s’engager enfin dans le conflit véritable, démocratique, avec ses semblables, qu’il, elle, n’infantilisera plus, et qui ne l’infantiliseront plus non plus… ni ne « l’encuculeront » (Gombrowicz) : le conflit dialectique, à travers la parole vive, traversée par un texte qui ne sera plus une dissociation.
La personne sociable et incarnée sera enfin devenue digne d’éprouver l’infinie tristesse de vivre, l’infinie tristesse de mourir, par-delà toute inquiétude vile ou moyenne propre à quelque quotidienneté médiocre, compétitive ou calculatrice, par-delà toute anxiété falsifiée… quoiqu’elle saura aussi trouver certaines belles et justes consolations.
Un tel être émerge et s’installe durablement dans le monde lorsqu’une société qui s’auto-organise, en laquelle le local et le cosmopolitique ne s’excluent pas mais s’harmonisent, se fonde sur un droit universel-concret, qui permet l’actualisation continue et pour chacun et chacune d’un principe simple et élémentaire, que l’on pourrait reformuler de la sorte : « De chacun selon ses dispositions propres, à chacun selon ses désirs conscients ».

 

Benoit Bohy Bunel

Misère politique du campisme

Le mouvement ouvrier et révolutionnaire, le camp de l’émancipation sociale, a historiquement souffert et souffre encore du campisme. De quoi s’agit-il ? De la mise en œuvre, pas forcément explicite ni consciente, de l’un au moins des deux principes suivants. Le premier principe veut que les ennemis de mes ennemis soient mes amis. C’est donc un principe qui délimite mon camp par opposition au camp adverse.

Selon le second principe, la solidarité vis-à-vis de mon camp implique de renoncer à toute critique à son endroit. C’est un principe qui limite ce que je peux et dois penser de mon camp. Ces deux principes pris ensemble se traduisent en une double injonction : choisis ton camp et défends-le contre toutes les attaques !

Le campisme offre un cadre simple et probablement confortable pour les paresseux. Sur le fond, il est une véritable nuisance, particulièrement aujourd’hui quand des courants politiques réactionnaires travaillent activement au brouillage des repères.

Kémi Séba est une vedette de la nébuleuse dissidente . Depuis plus de 10 ans, il anime un petit mouvement, auto-proclamé « panafricaniste », qui prend la forme d’une succession de groupuscules comme Le Mouvement des Damnés de l’Impérialisme ou Les Jeunesses Kémi Séba.

On voit le premier principe à l’œuvre dans toute une mouvance, pas tant à l’extrême gauche qu’à l’extrême droite, mais quand même aussi à l’extrême gauche, dans la posture dite « anti-impérialiste ». Sous couvert d’un rejet légitime de l’impérialisme états-unien et plus généralement occidental, incluant l’Union européenne et Israël, on en vient à considérer que des États tels que Cuba, la Bolivie de Morales, mais aussi l’Iran de Ahmadinejad, la Libye de Kadhafi, la Syrie de Assad ou la Russie de Poutine sont dans notre camp. C’est évidemment mettre tout ce beau monde dans un même sac et oublier, ou feindre d’oublier, que certains de ces États comme la Syrie ou la Russie, jouent leur carte dans le concert des impérialismes et méprisent le droit des peuples autant que les grands impérialismes.

Le rouge brun Jean Bricmont, interviewé sur la chaîne d’extrême droite Meta TV.

Autre posture similaire à déclinaison nationale, le « souverainisme » qui, sous couvert d’un rejet légitime des institutions de l’Europe patronale, propose l’union du « peuple » et de la « nation », toutes classes et toutes tendances politiques confondues, pour restaurer sa souveraineté. On sait comment ce genre de stratégie se termine, la dernière personnalité ayant emprunté le toboggan étant Jacques Sapir, souverainiste « de gauche » qui va ouvrir la prochaine université d’été du FN.

Le premier principe du campisme a pour trait commun de se déployer sur des bases partielles et partant de conduire à des délimitations erronées. À rejeter l’impérialisme, ou les institutions internationales, ou le capital financier, ou les grands projets inutiles… on ne rejette jamais le capitalisme en tant que tel et on ne construit pas son camp sur des bases de classe. On se trouve dès lors potentiellement allié à certains de nos pires ennemis, comme en témoignent les nombreuses passerelles vers l’extrême droite, construites et entretenues par toutes sortes de militants confusionnistes qu’on ne citera pas ici. Le campisme est ici dramatique en ce qu’il conduit à s’allier à ses propres adversaires.

Conférence au sommet entre Etienne Chouard et Michel Collon.

Le second principe est plus subtil, et certains y succombent même en ayant résisté au premier – même si l’inverse est généralement faux. Ce principe est de l’ordre du réflexe qui veut qu’on ne touche pas à la famille quand bien même cette famille aurait des cadavres dans les placards. Le mouvement ouvrier politique du XXe siècle ne s’est pas relevé de cette forme de campisme : la solidarité de classe envers la révolution russe s’est muée en adhésion majoritaire aux crimes staliniens. Mais le campisme communiste n’est pas le seul. D’autres positionnements du mouvement ouvrier ont conduit et conduisent encore à fermer les yeux sur des aspects de dominations considérés comme secondaires car ne relevant pas de l’exploitation de l’Homme par l’Homme : la domination masculine, le racisme issu du colonialisme, l’homophobie…

Jean Bricmont et sa fixette monomaniaque sur BHL relayant RT, la chaîne propagandiste de Moscou. Dans ses contacts, on retrouve la bachariste Adeline Chenon Ramlat, Jonathan Moadab venant de la web tv d’extrême droite Agence Info-Libre et travaillant pour RT ou encore l’ex-dieudonniste belge Olivier Mukuna, dont l’interview d’Houria Bouteldja (PIR) sera refusé par tous les médias belges francophones mais diffusé sur le site d’extrême droite bachariste Le Cercle des Volontaires.

Cette stratégie ouvriériste peut aller loin, jusqu’à soutenir des positions antiféministes comme le PCF dans les années 1960. Symétriquement, des mouvements luttant contre diverses formes de domination ont succombé au campisme, en priorisant leur lutte au détriment des autres. On a vu et on voit ainsi des féministes (sincères) ignorer les questions de dominations sociale ou raciale, des soutiens (sincères) de la cause palestinienne ignorer l’antisémitisme, des supporters (sincères) de la laïcité ignorer le racisme. Les campistes sont alors les premiers idiots utiles de l’instrumentalisation de leur cause par certains de leurs pires adversaires.

Dernier avatar du campisme, celui que Jacques Fortin, militant LGBT et d’extrême gauche, a appelé l’islamocampisme (voir sur son blog). C’est ce positionnement des opposants légitimes et sincères au racisme antimusulman, qualifié d’« islamophobie », qui ignorent tout ce que l’islam comme religion et l’islamisme comme courant politique portent de régressif pour le droit des femmes, des homosexuel.le.s et, plus généralement, pour les libertés. Cela conduit certains des défenseurs, encore une fois légitimes, des musulman.e.s contre le racisme dont ils sont victimes, à ignorer totalement les autres dominations subies par nombre de musulman.e.s (second principe), et dans le pire des cas, à ne pas être gênés de la compagnie d’islamistes plus ou moins « modérés » dont les valeurs sont à l’opposé des leurs (premier principe). Il y a eu une expression symptomatique de ce campisme à l’occasion de l’affaire du burkini cet été, quand de nombreux communiqués d’extrême gauche et libertaire ont dénoncé à juste titre les décrets anti-burkini et les arrestations sur les plages, mettant en avant la liberté individuelle des musulmanes mais ignorant totalement le sens politique, collectif, de la progression des voiles et burkinis sous toutes les latitudes. (Pour lire quelques textes qui prennent le contrepied de ce positionnement, voir ici.)

Première livraison de l’affiche du rendez-vous, le philo-négationniste Bruno Drweski mais aussi le groupe de la FA Regard Noir, dissout depuis, qui finiront par être retirés de l’affiche de cette réunion. Dans les intervenants, Alima Boumediene Thiery, proche d’Europalestine et victime de l’Ordre « sioniste » des Avocats, Yasser Louati qui a seulement quitté le CCIF en juin 2016 ou encore la militante anti-avortement Ismahane Chouder, un meeting et une pétition à l’initiative de l’association ALCIR 20.

En agglomérant systématiquement à son camp certains de ses adversaires ou au moins certaines de leurs positions, le campisme est l’ennemi de l’émancipation. Résister au campisme suppose de refuser certains alliés faciles et de ne rien lâcher dans le rejet des dominations. Lutter sans hiérarchie contre les dominations sociales, de genre, d’orientation sexuelle, religieuse ou nationale, lutter contre ces dominations non seulement quand elles sont incarnées par l’adversaire mais aussi dans notre propre camp, c’est à ce prix que nous pourrons contribuer à l’émancipation.

 

Raph

Article paru dans RésisteR ! #44, le 17 septembre 2016

 

 

Mai 37 en Espagne, la contre-révolution stalinienne à l’oeuvre

Il y a 80 ans, Barcelone se soulève pour la seconde fois : 10 mois après l’insurrection victorieuse du 19 juillet 1936, la ville se couvre à nouveau de barricades. Si les barricades sont bien les mêmes (une grande partie des militants « destacados » influents de la CNT sont absents de ce mouvement), les défenseurs de l’ordre établi, eux, ont changé d’uniforme, changé de maître : ils œuvrent maintenant pour la défense de l’état républicain de plus en plus dominé par les communistes (eux-mêmes entièrement manipulés par les soviétiques) dont l’objectif prioritaire est de restaurer l’ordre républicain en éliminant la révolution sociale et ses propagateurs.

Ces combats du mois de mai 1937 vont faire plus de 500 morts et au moins 1000 blessés, c’est-à-dire qu’ils causeront plus de victimes que l’insurrection populaire du 19 juillet 1936 qui, dans une grande partie de l’Espagne, a vaincu le soulèvement des militaires fascistes.

Après la fin des combats, la ville, ainsi qu’une bonne partie de la Catalogne, seront quadrillées et les rafles, les arrestations, les exécutions se multiplieront. Des dizaines de cadavres seront retrouvés dont beaucoup portant des traces de torture ; de nombreuses disparitions seront signalées. Les victimes sont membres des Jeunesses Libertaires, de la CNT, du POUM.

Alors que des militants des comités de quartier et des comités de défense sont en première ligne, les « comités supérieurs » de la CNT (régional et national) optent pour une solution négociée et appellent à la cessation des hostilités. A la dureté des affrontements viennent s’ajouter, pour les militants de base, le désarroi et l’amertume. Comment les « comités supérieurs » ne comprennent-ils pas l’enjeu de ces combats ? Les appels au calme de Garcia Oliver et de Fédérica Montseny (alors ministres de la justice et de la santé) diffusés à la radio semblent tellement suspects que selon le militant et historien cénétiste, José Peirats « parmi les combattants libertaires, le bruit courait que les orateurs étaient séquestrés par les communistes et qu’ils étaient obligés de lire les textes qui leur étaient dictés ». Cette rumeur faisant de Garcia Oliver et de Fédérica Montseny les otages des communistes se répand si bien « que les militant confédéraux qui contrôlaient la forteresse de Montjuic pointèrent les canons vers la généralité, sans jamais les utiliser ».

De fait les « comités supérieurs », les dirigeants de la CNT n’étaient pas, au sens strict du terme, « otages » des communistes mais ils avaient dès le 23 juillet fait le choix de la collaboration avec les institutions étatiques, privilégiant la lutte contre le fascisme au détriment de la révolution sociale. Ce choix les liait donc, de fait, à ces dangereux partenaires. Ils avaient à la fois sous-estimé la redoutable capacité de nuisance des communistes, tenus pour quantité négligeable (or, leur nombre va s’accroître rapidement), surestimé leurs propres forces, et surtout très largement sous-estimé la difficulté de se mesurer à des politiciens professionnels sur leur terrain.

Si pour les comité supérieurs de la CNT, le fascisme était bien l’ennemi numéro un (ils ont en conséquence joué la carte de l’unité anti-fasciste de façon quasiment suicidaire), les communistes avaient, quant à eux, comme priorité absolue la marginalisation, voire l’élimination, des libertaires et des militants du POUM. Ceci constituait, de leur point de vue, une première étape nécessaire pour parvenir à la victoire contre le fascisme.

José Peirats rappelle qu’un des leaders du PSUC (parti communiste catalan) avait déclaré : « avant de prendre Saragosse (aux mains des fascistes), il faut prendre Barcelone (ou prédominait la CNT). Ce genre de propos en dit long sur l’état d’esprit qui animait les communistes à ce moment-là et illustre parfaitement leur conception de l’unité anti-fasciste. Il n’est pas inutile de rappeler que le PC espagnol n’était, à cette époque, pas implanté dans la classe ouvrière et que pour se développer, il se présentait, coté républicain comme le parti protecteur de l’ordre et de la propriété. Ainsi, il attirait à lui les membres de la petite et moyenne bourgeoisie effrayés par les mesures révolutionnaires (autogestion des entreprises, contrôle ouvrier, communautés rurales, etc) impulsées par les anarchosyndicalistes. A l’évidence, les intérêts de cette petite et moyenne bourgeoisie étaient diamétralement opposés à ceux du prolétariat gagné aux idées libertaires.

Les communistes espagnols vont bénéficier par ailleurs de l’appui inconditionnel des soviétiques. L’URSS est alors le seul état qui accepte de fournir des armes (moyennant l’envoi à Moscou des réserves de la banque d’Espagne : 500 tonnes d’or) aux républicains et leur influence ne va cesser de s’accroître. Les soviétiques, conseillers politiques ou militaires, diplomates ou agents de la Guépéou, s’introduisent dans tous les rouages de l’Etat républicain avec un objectif bien précis : le contrôler, entraver la marche de la révolution sociale qui inquiète les démocraties occidentales dont Staline souhaite se rapprocher. Le PCE et le PSUC ne sont, dans ce contexte, que les instruments dociles du maître du Kremlin.

Véritablement prisonniers de leur choix de privilégier à tout prix l’unité anti-fasciste, les dirigeants de la CNT vont être condamnés à la défensive, reculant sans cesse sur les conquêtes révolutionnaires, contraints à pactiser avec leurs adversaires politiques, laissant aux communistes et à leurs alliés (catalanistes et républicains bourgeois) l’avantage incontestable de l’offensive. Conscients de la force du mouvement libertaire mais aussi de ses faiblesses, et bien décidés à en tirer profit, les staliniens vont avoir recours à une véritable guérilla politique au sein des institutions étatiques en voie de reconstruction pour grignoter de plus en plus de postes clés et tenter d’affaiblir leurs principaux adversaires, les libertaires. En même temps, les staliniens vont se livrer à toute une série de provocations armées pour tester les réactions de la CNT et conforter dans l’absence de riposte leur avantage militaire.

Bien avant le mois de mai 37, les tensions entre anarchosyndicalistes et staliniens se multiplient. Les provocations de ces derniers gagnent en intensité, ne suscitant souvent que peu de réactions de la part des « comités supérieurs » aveuglés par leur collaboration et leur volonté de « coexistence pacifique » alors que les communistes ont fait le choix d’une agression continue. Dresser la liste exhaustive de ces provocations serait trop long, mais en voici quelques exemples :

– Le 31 octobre 36, à Valence, lors de l’enterrement d’un milicien anarchiste tué par la GPA, les communistes locaux ouvrent le feu à la mitrailleuse sur la foule des miliciens qui suivent le cercueil.

Abel Paz, historien du mouvement libertaire espagnol, rapporte que les « braves combattants du PC obtinrent une éclatante victoire, puisqu’elle fit 30 morts et plus de 80 blessés dans nos rangs ». Malgré le vif désir de revanche, on fit comprendre aux miliciens que le temps n’était pas à la vengeance mais à la lutte contre le fascisme et c’est ainsi, conclut Abel Paz, « qu’il n’y eut pas de réponse à cet odieux massacre ».

– Le 19 février à Almorta un milicien CNT très connu, Francisco Maroto, est accusé de trahison (il fait des incursions en terrain ennemi) par des communistes et condamné à des années de prison. La direction de la CNT le soutient très faiblement. 
-Le 8 mars 37 à Vilanesa les anarchistes défendent leur local contre une attaque policière (4 libertaires morts, 11 policiers tués).

– En ce même mois de mars, le cinquième régiment mené par le général stalinien Lister attaque et désorganise les collectivités rurales autogérées en Aragon, causant des dégâts considérables et de nombreuses victimes civiles.

– Le 27 avril, une attaque en règle contre la CNT en Cerdagne provoque la mort de plusieurs militants dont celle du leader anarchiste Antonio Martin Escudero.

– Enfin, rappelons que les circonstances de la mort de Durutti, le plus prestigieux des leaders de la CNT, n’ont jamais été éclaircies et que nombre de militants de l’époque accusèrent les communistes.

Sur le front, de nombreux incidents sont également à déplorer. Si les régiments communistes disposent d’armes modernes fournies par les russes, l’armement des colonnes anarchistes est obsolète et elles disposent de peu de munitions. Les assauts sont lancés sans couverture d’artillerie, ce qui entraîne d’énormes pertes. A l’arrière, les membres des forces la police, équipés par les soviétiques, disposent d’un équipement moderne. Tous ces faits sont largement connus et commentés, ce qui explique le sentiment de révolte partagé par beaucoup de libertaires : la coupe est pleine et il n’est plus possible de subir sans réagir. Aussi, le 3 mai 1937, lorsque les gardes d’assaut tentent d’occuper le central téléphonique de Barcelone aux mains de la CNT depuis le 19 juillet, les comités de défense et de quartiers veulent mettre un terme définitif aux ambitions des staliniens. Mais les stratèges de la CNT ont, eux, une vison autre. Obnubilés par la lutte contre le fascisme, ils ne veulent pas prendre le risque de faire exploser le front anti-fasciste et appellent à l’arrêt sans condition des combats. Pour César M. Lorenzo, historien du mouvement anarchiste espagnol, pourtant peu enclin au maximalisme, « il est hors de doute que si les leaders de la CNT avaient décidé de se lancer dans l’aventure, ils auraient vaincu sans aucune difficulté les staliniens du PSUC et leurs alliés » mais, ajoute-t-il plus loin, « l’Espagne républicaine aurait éclaté en plusieurs blocs antagonistes devenant une proie facile pour l’armée franquiste ». Pour Lorenzo cependant « … une fois de plus la CNT reculait, or ce retrait équivalait à une véritable déroute ».

L’échec de l’insurrection anti-stalinienne de mai 37 va condamner la CNT à une stratégie toujours plus défensive, laissant aux communistes et à leurs alliés l’initiative, le contrôle des forces armées à l’arrière et sur le front où l’armée républicaine professionnalisée à outrance va aller de défaites en défaites jusqu’à la déroute finale.

80 ans après mai 37, quels enseignements tirer de cette défaite ? 
Aujourd’hui, le néo-fascisme moderne et son corollaire obligé, l’anti-fascisme unitaire, refont surface. Pendant la révolution espagnole le prétexte de l’unité anti-fasciste fut utilisé comme un leurre destiné à permettre la reconstruction des institutions étatiques, mises à mal par la révolution libertaire. En 2017, la bourgeoisie républicaine française instrumentalise la peur qu’inspire le fascisme (même dans sa version light) pour consolider son pouvoir. Pourtant, ce sont bien les gouvernements issus de cette même bourgeoisie républicaine et libérale qui, sous prétexte de défendre la démocratie, mettent en place des mesures liberticides (État d’urgence) et proclament des lois contraires aux intérêts des travailleurs.

L’État, rempart de la bourgeoisie, quel que soit le masque sous lequel il se présente, est l’ennemi juré des militants de la liberté, de l’égalité et de la justice. Prétendre qu’il existerait une hiérarchie dans la dangerosité des ennemis de la Liberté, et en conclure qu’une sorte d’alliance avec les moins pires, serait possible est une illusion mortelle. L’échec de la révolution libertaire espagnole nous le rappelle cruellement.

 

CNT-AIT Toulouse

 

Violence du Front national et impuissance congénitale de la gauche

A propos du livre de Marine Tondelier «Nouvelles du Front», Editions Les liens qui libèrent [1], 2017

Sur la couverture, l’éditeur a introduit un ajout explicatif pour mieux expliquer le contenu de l’ouvrage «La vie sous le Front National. Une élue de l’opposition raconte». Le mot le plus éclairant dans ces deux phrases est l’adverbe «sous» car ce livre décrit parfaitement (même si l’auteure n’en tire aucune conclusion politique réelle) l’impuissance totale de la gauche dite «antifasciste» (ou de l’extrême gauche électoraliste ) face à un parti qui utilise les mécanismes républicains pour imposer son idéologie, ses pratiques et ses hommes de main à la population d’une ville de 26 000 habitants. Mais nous reviendrons sur la veulerie politique de la gauche en conclusion.

Steeve Briois, le maire d’Hénin-Beaumont et député européen depuis 2014, est le nouveau président par intérim du Front national, en remplacement de Jean-François Jalkh, admirateur du Maréchal Pétain [2] rattrapé par des propos négationnistes. [3]
 Techniques de gestion de la vie locale par le FN : violences verbales continuelles et harcèlement systématique des principaux acteurs de la vie municipale

En cette année électorale, il est fort utile de comprendre concrètement comment le Front national encadre et manipule la population. Dire qu’il s’agit d’un parti d’«extrême droite», de la «droite radicale» ou «populiste», voire d’une organisation «fasciste» ou «néonazie» ne nous éclaire guère sur ses méthodes d’implantation et de domination dans un territoire donné aujourd’hui. D’autant plus que, parmi ces diverses étiquettes, celles qui induisent la critique la plus radicale du FN risquent de nous faire croire, bien à tort, que la violence physique serait l’arme principale du FN pour s’enraciner et s’imposer localement.
Ce livre a au moins une qualité : il nous décrit en détail les méthodes du FN dans le cadre de la «démocratie municipale» :
– harcèlement et surveillance permanente des employés municipaux et des militants de gauche ou hostiles au FN : la délation et l’espionnage par les employés encartés au FN deviennent des pratiques courantes et acceptées par l’ensemble du personnel ;
– diffamation et calomnies systématiques lancées contre les élus de gauche et le curé, le journal régional (La Voix du Nord) qui se montre un peu critique vis-à-vis de la gestion du FN ; ces pressions s’exercent par des messages téléphoniques (anonymes ou pas), des emails et des SMS, la multiplication des demandes de droit de réponse dans les journaux, des manifestations devant le journal régional, etc. ;– multiples «blagues» racistes répandues sur le Net comme en public ;– utilisation (de temps en temps) de la police municipale pour empêcher la distribution de tracts de l’opposition ;– falsification et intox bien organisées dans la presse municipale comme sur les réseaux sociaux (création d’un site anonyme La Voix de Hénin, qui sert de porte-voix aux calomnies et délires FN), et dans les tracts, affiches et discours du FN ;– épuration et mise au pas de toutes les associations locales à qui l’on demande de «faire des remerciements à la mairie dans les allocutions» et de «faire figurer le logo de la ville dans leur communication écrite», ce qui conduit certains dirigeants d’associations à démissionner et d’autres, moins fermes sur leurs principes antifascistes, à se montrer hypocrites, à «faire semblant de rire, d’être agréable devant eux» ;– utilisation des réunions du conseil municipal comme moyen de pression sur les élus de gauche par tous les moyens : interruptions intempestives venant tant des élus FN que des sympathisants frontistes mobilisés massivement (150 à 200 personnes «rameutés à grand renfort de textos ou d’emails comme l’affirme Bruno Bilde à un journaliste du Monde en juin 2016») dans la salle pour conspuer bruyamment et violemment l’opposition ; brouhaha organisé durant les interventions de l’opposition ; placement des élus de l’opposition dos au public alors que les élus FN font face à la salle, etc. ;– pressions sur les commerçants pour qu’ils mettent en vitrine les affiches de propagande de la mairie.

Ces différentes techniques de manipulation de l’opinion sont toutes considérées comme «républicaines» par le FN et ses militants, puisque les émules de Marine Le Pen prétendent se situer dans le cadre démocratique bourgeois et ne pas vouloir renverser l’Etat, contrairement à ce que préconisaient les fascistes et les nazis des années 20 et 30.


Ces méthodes de propagande et ces pressions ont plusieurs fonctions :

 

– pousser à la faute tous les employés municipaux qui ne prêtent pas allégeance au FN, ce qui permet d’accumuler les blâmes et les procédures contre eux, voire de les licencier en toute ‹«légalité». Pour cela, les cadres du FN n’hésitent pas à donner des ordres absurdes, ou erronés, puis à nier les avoir donnés ; ils insultent régulièrement les employés, en lançant des remarques sur leur physique ou leur vie sexuelle, dans l’espoir que ceux-ci ou celles-ci réagissent violemment ou craquent nerveusement (donc qu’ils fassent preuve de leur supposée ‹«incompétence» à gérer le stress au boulot). «Il faut à chaque erreur ou imprécision désigner celui qui subira les quolibets ou les pressions de la part de l’autorité, jamais responsable et ne se préoccupant que vaguement de la conception des projets afin d’en laisser peser toute la responsabilité sur l’administrateur» ;
– pousser à la démission les employés et cadres municipaux de gauche ou ‹«républicains», soit parce qu’ils entrent en dépression, soit parce qu’ils n’ont pas le cuir assez dur pour résister à ces pressions et préfèrent quitter la mairie sans faire de vagues ;
– présenter systématiquement les membres et soutiens de l’opposition comme des gens «incultes», des «dingues» bons pour l’asile, des individus incompétents, des ‹«nazis», des «khmers verts», des «gauchistes», des «bolcheviks», etc. Et dans les réunions internes se moquer des «cas sociaux» (les «cas soc» dans la bouche du FN) et des ‹«alcooliques» ;
– multiplier les mutations et les déménagements, collectifs et individuels, au sein des bâtiments municipaux de façon à saper les équipes et les liens de solidarité au sein du personnel municipal.
Lorsque ces méthodes frisent l’illégalité (par exemple, le placement de caméras de vidéo-surveillance à l’intérieur même de la mairie ; ou le flicage systématique des comptes Facebook des employés, flicage suivi de convocations et de réprimandes par les cadres du FN), l’extrême droite nie toujours ses intentions malveillantes et invente des histoires à dormir debout pour justifier ces pratiques. Par exemple, lorsque le FN interdit aux élus de l’opposition de déposer une gerbe portant une mention partidaire dans un cimetière, il invoque une loi inexistante pour imposer sa dictature locale. Et, cela sans le moindre risque, puisque les élus de gauche décident de toute façon de plier l’échine sans même vérifier la légalité d’une telle interdiction : «Nous déposons finalement, sous sa surveillance furibonde, nos gerbes dépouillées de toute mention politique, en silence».
On comprend bien que dans un tel climat, la plupart des employés municipaux et même des habitants de Hénin-Beaumont, même ceux qui désapprouvent le FN, préfèrent faire le dos rond, ne pas «provoquer» le FN, être polis-gentils avec cette bande de voyous élus au suffrage universel. Comme l’écrit Tondelier : « Bel exercice de propagande, qui torture les consciences : se taire, c’est accepter ; dénoncer, c’est envenimer et s’exposer à de nouveaux problèmes. Pour éviter les polémiques inutiles chacun ferme les yeux mais n’en pense pas moins. »

 

D’autant que la médaille FN a un autre revers, qui, après les manipulations «démocratiques» de la population, vise à la séduire : « ils retiennent les prénoms, prennent patiemment la pause avec les enfants, signent des autographes (…) [Briois] a concocté sa profession de foi de 2014 à partir d’un questionnaire distribué dans toutes les boîtes aux lettres. (…) Du bio dans les cantines scolaires, plus de pistes cyclables, moins d’impôts, davantage de comités de citoyens, plus de transparence dans la prise de décisions. On reconnaît à peine le parti de Jean-Marie. Tout au plus le thème de la sécurité, cher au siège, est rappelé avec la revendication de “tolérance zéro”, la proposition de créer une “unité d’intervention” disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, d’installer des caméras de surveillance et de bouter les délinquants hors des logements sociaux ».

De l’impuissance congénitale de la gauche face aux méthodes totalitaires du FN

Le second aspect intéressant du témoignage de Marine Tondelier est sa description (involontaire même si c’est certainement une femme sincère et courageuse) de l’impuissance de la gauche réformiste.

Elue écologiste, elle n’est pas liée à l’ancienne équipe municipale socialiste qui pratiqua un clientélisme effréné et ruina les finances de la commune , permettant ainsi à Steve Briois et à une camarilla de frontistes («immigrés» d’ailleurs d’autres régions de France) de transformer Hénin-Beaumont en un bastion puis en la vitrine du FN .
Cependant, Tondelier est totalement prisonnière des préjugés légalistes de la gauche réformiste. Comme elle le dit elle-même «Au début du mandat, confiants dans l’engagement démocratique du nouveau maire, nous suivions ses consignes et lui adressions nos questions directement par email». En 2014, elle a pourtant affaire, en la personne de Briois, à un militant frontiste encarté depuis son adolescence dans un parti qualifié de « fasciste » !
Elue, elle veut, comme les autres membres de l’opposition, ne pas tomber dans les provocations permanentes du FN. Elle s’impose donc de ne pas s’énerver ; d’être polie (tout comme le directeur des Affaires juridiques, hostile au FN, qui traverse la rue pour saluer les élus FN et se trouve «terriblement gêné» devant l’agressivité de ces derniers face à des Roms) ; de laisser les élus frontistes raconter n’importe quoi sans les interrompre grossièrement ; de ne pas répondre à la violence physique par exemple quand une militante du Parti de Gauche est jetée dans un ascenseur par deux vigiles («on n’a pas osé intervenir, on ne savait pas vraiment quoi faire», raconte une conseillère municipale). Elle se rend à toutes les cérémonies locales, ou au moins essaie d’y être présente (car souvent le FN l’empêche, elle, ou d’autres élus d’y participer), bref, elle joue le jeu démocratique que violent tous les jours les militants et les élus du FN.

Elle participe avec les responsables CGT au pot de l’amitié organisé par le maire le 1er mai 2014. Et après cette cérémonie «qui s’est si bien passée» (sic) elle se plaint que la mairie finisse par annuler ce rituel de collaboration de classe. Tondelier n’imagine même pas d’organiser un Premier mai indépendamment du FN, ce qui serait quand même la moindre des choses pour une militante de gauche !

Lors d’un hommage à une figure régionale de la Résistance et du Parti socialiste, Jacques Piette, elle se retrouve coincée puisque, écrit-elle, «nous souhaitons rendre hommage à ce grand homme, nous sommes pris au piège : boycotter ou dénoncer serait irrespectueux, alors nous ne disons rien». Et Tondelier de remarquer «un boycott serait surréaliste et ce genre de circonstances interdit les polémiques» à propos de trois élus du FN, petits-fils de déportés, qui prétendent dénoncer l’antisémitisme le 8 mai, alors que leur parti fourmille d’antisémites !
Il ne lui vient même pas à l’idée (ni à la gauche locale d’ailleurs) d’organiser une manifestation séparée, à cette occasion comme en bien d’autres mentionnées dans son livre. Ce qui aboutit à commémorer «la victoire de la Résistance et des alliés de la France face au totalitarisme nazi et à ses alliés de Vichy» avec les militants d’un Parti qui s’est construit sur la base du négationnisme et la dénonciation des résistants ! Quoi que l’on pense du contenu politique nationaliste bourgeois de la Résistance, on attendrait au moins de la gauche qu’elle ne célèbre pas de tels événements avec les défenseurs de la Collaboration et du pétainisme qu’ont toujours été les frontistes, malgré quelques ravalements de façade récents.
Tondelier veut se montrer aussi patriote que le FN, ce qui évidemment ne marche pas car les patriotes et les nationalistes préfèrent toujours l’original à la copie. Ainsi elle croit qu’il faut opposer à une « version patriote bleu marine » de La Marseillaise une autre version républicaine, celle de la gauche je suppose, mais elle s’empêche même de la défendre puisqu’elle accepte de dialoguer et de coexister démocratiquement dans la même institution avec le FN.
L’élue verte s’indigne que le FN l’empêche de distribuer des tracts contre le TAFTA parce que l’extrême droite locale a voté une motion de la gauche condamnant ce traité. Mais elle ne s’interroge pas sur ces convergences régulières entre altermondialistes et groupes d’extrême droite à propos de questions piégées comme celles du protectionnisme et du libre échange.

 

Même sur le terrain du racisme antimusulmans, la gauche réformiste et multiculturaliste se fait piéger par le FN local, puisque après avoir fait campagne contre la construction d’une mosquée en 2001, Briois «entretient des relations diplomatiques avec les responsables de la mosquée Ennasr» ; qu’il « a délivré un permis de construire le 7 mars 2016 pour agrandir celle d’Hénin » et que, «au lendemain des attentats de Charlie Hebdo», il s’est rendu dans les locaux de la mosquée ‹«pour inviter les administrés musulmans à se joindre au rassemblement organisé deux jours plus tard par la municipalité».
Sur le terrain du racisme contre les Africains (l’un des fonds de commerce des lepénistes pendant des années), le FN sait se livrer à des manœuvres démagogiques (et qui ne se traduisent par aucune solidarité concrète) en invitant par exemple le maire de Rufisque, commune sénégalaise jumelée avec Hénin Beaumont. Steve Briois se paie ainsi le luxe de faire venir un groupe d’élus en habits traditionnels africains qui copinent poliment devant les photographes avec les adjoints du FN en présence de Florian Philippot.

Et Tondelier, en bonne laïque new look (c’est-à-dire favorable sans doute aux «accommodements raisonnables» qui consistent pour la gauche à capituler devant les pressions des Eglises), regrette même que le curé ne soit pas invité (pendant deux ans) à la fête de la Sainte Barbe. Est-ce le boulot de militants de gauche de faire la promotion de l’obscurantisme religieux chrétien parce qu’il nous faudrait «écouter respectueusement» (sic) la version du Notre-Père concoctée par la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne) et même nous préoccuper des «divisions qui commencent à scinder la communauté catholique» ? Comme si l’antifascisme prôné par l’auteure n’était pas fondamentalement (et salutairement) «diviseur» !
L’auteure ne tire aucune leçon utile de l’impuissance de la gauche réformiste face au FN. Si elle fait preuve d’une résistance personnelle exemplaire face aux attaques qui la visent, elle ou d’autres élus, elle n’arrive pas à sortir du légalisme de la gauche dont seul le FN profite.

 

Malgré ces réserves, Nouvelles du Front est un livre que devraient lire tous ceux et toutes celles qui veulent comprendre le FN et lutter plus efficacement contre lui. Loin des slogans et grands discours antifascistes abstraits, cet ouvrage nous offre un portrait très vivant à la fois de la violence du FN, de la veulerie de la gauche et de la passivité fataliste d’une bonne partie de la population face à l’extrême droite.

 

 

Y.C., Ni patrie ni frontières, 17/04/2017

 

[1] Précisons ici à toutes fins utiles que Les liens qui libèrent – émanation de la maison d’édition Acte Sud que nous avions évoquée dans notre dossier « Sea Shepherd, réactionnaire mon cher Watson  » – édite des auteurs de l’écologisme et de l’altermondialisme allant de David Graeber, traité dans notre dossier Nuit Debout, l’hélicologiste pieux Nicolas Hulot, traité dans le dossier « Les Nouveaux papes verts  » ou encore le nationaliste « de gauche » François Ruffin.

[2] Edition du journal patronal Le Monde du 25 Juillet 1991: « Près de deux cents personnes se sont rassemblées, mardi 23 juillet, dans l’église Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris, pour célébrer le quarantième anniversaire de la mort du maréchal Pétain, à l’appel de l’association nationale  » Pétain-Verdun « . Le président de l’association, M. Robert de Perier, un membre du bureau politique du Front national, M. Jean Francois Jalkh, ainsi que l’ancien chauffeur officiel du maréchal Pétain, ont assisté à cette cérémonie.  »  

[3] Les propos de Jean-François Jalkh, président du Front National par intérim, fraîchement nommé puis tout aussi promptement débarqué au profit de Steeve Briois, ont été enregistrés lors d’un entretien en avril 2000 avec l’universitaire Magali Boumaza. Ils ont été retrouvés mardi 25 avril 2017.

Dénoncer scandales et corruption, est-ce faire le lit du fascisme?

Lutte des classes ou ressentiment ? Il faut choisir !

La dénonciation des scandales relève davantage du ressentiment que de l’esprit de classe, et, chaque fois que cela se produit, le risque du fascisme n’est pas loin.

La publication récente d’un article relatant les affaires liées à un ancien ministre m’a un peu inquiété, d’autant plus que ce type de dénonciation est devenu habituel dans les milieux de gauche et d’extrême gauche. Peut-être cela vaut-il donc la peine d’examiner en détail les implications de cette attitude.
Présenter la relation entre l’Etat et les milieux d’affaires comme relevant de la « promiscuité » c’est considérer comme une anomalie un phénomène qui est précisément l’une des composantes structurelles du capitalisme. C’est présenter comme une exception ce qui est en réalité une règle, et donc croire implicitement qu’un autre capitalisme, qui ne serait pas pervers, pourrait exister et où l’État serait protégé contre l’influence des entreprises. Les articles de ce genre augmentent la confusion plutôt que de clarifier la situation.
Depuis les premières décennies du XIXe siècle, lorsque les critiques du capitalisme commencèrent à défendre le point de vue de la classe ouvrière, l’un des thèmes sur lequel ils insistèrent le plus était la connexion entre les milieux politiques et les milieux économiques – et même davantage : l’interconnexion entre les deux. Ensuite, et malgré tout ce qui les séparait, aussi bien les courants marxistes que les courants anarchistes, chacun à sa manière, insistèrent sur l’intimité de cette relation. A une époque où les grandes masses pauvres étaient privées du droit de vote et, a fortiori, de toute possibilité d’accéder à des postes politiques, même les défenseurs de l’Etat bourgeois devaient admettre que les gouvernants et les hommes d’affaires empruntaient des chemins très proches. Les partisans du système capitaliste prétendaient donc que le pouvoir politique maintenait une certaine impartialité face aux différents groupes d’intérêts, afin qu’un seul groupe n’en fût pas l’unique bénéficiaire ; la rotation des postes assurée par les partis politiques était censée garantir que les différents groupes d’intérêts se relayent au pouvoir afin que tout le monde profite de l’intervention économique permise par les gouvernements.
Plus tard, au XXe siècle, lorsque la technocratie et les grands gestionnaires se mirent à dominer les gouvernements et surtout les coulisses de la politique, commença à se répandre l’idée non pas que les gouvernements étaient à l’abri des pressions économiques, mais exactement la notion inverse : c’est-à-dire qu’ils seraient capables de résister aux pressions politiques. Si la bourgeoisie légitimait ses profits à travers des titres de propriété, les technocrates et, plus généralement, les gestionnaires légitiment leur pouvoir en invoquant le mythe de leur compétence technique. Depuis, les gouvernements veulent être traités dans la même optique gestionnaire qu’on utilise pour analyser l’économie. Selon ce principe, un bon gouvernement doit être géré comme une bonne entreprise, et le mot «politique» a progressivement acquis le sens péjoratif qu’il conserve encore aujourd’hui.
Un certain nombre de gens n’ont guère apprécié ce changement, notamment les petits patrons, les propriétaires de petites usines et d’ateliers, les propriétaires d’épiceries de quartier, les agriculteurs suffisamment aisés pour embaucher quelques salariés et produire pour le marché mais qui ne possèdent ni assez de terres ni la capacité suffisante pour appliquer à l’agriculture les méthodes les plus modernes et les plus productives.
Ce sont ces couches sociales qui ont commencé à dénoncer le favoritisme économique que pratiquaient les gouvernants, non pas parce qu’ils s’opposaient, par principe, aux relations entre la politique et l’économie, mais parce qu’ils voulaient bénéficier, eux, de cette relation. Pendant les années 1920 et 1930, en Europe, dans certains pays d’Asie et dans les deux Amériques, ce mécontentement des petits patrons fut l’une des principales composantes du fascisme. Il constitua pas le seul facteur, puisqu’il y en eut d’autres aussi importants, mais le fascisme ne s’imposa jamais sans avoir recours à cet élément. Voilà pourquoi, depuis lors, lorsque monte l’amertume des petits patrons, le fascisme n’est jamais très loin.
En termes sociologiques, les petits patrons n’attaquaient pas et n’attaquent toujours pas les gouvernements dans une perspective de lutte des classes, mais du point de vue de la mobilité des élites. Leur objectif est de maintenir la structure économique existante, dans la mesure où ils ont la possibilité de connaître une ascension sociale à l’intérieur de ce cadre et d’intégrer les rangs de l’élite dirigeante. Cependant, la situation s’est aggravée au cours des dernières décennies.
L’un des aspects les plus frappants du capitalisme contemporain est le fait que la concentration du capital, qui s’est accélérée sur le plan économique, où elle a atteint des niveaux sans précédent, se manifeste de façon opposée sur le plan juridique, ce qui a conduit à la fragmentation des anciennes grandes entreprises constituées à l’ère du fordisme. Nous vivons à une époque où la généralisation des relations de sous-traitance et d’externalisation a enchaîné aux grandes entreprises une myriade de petits patrons.
D’un côté, dans la mesure où ils dépendent entièrement du marché des produits et des services fourni par les grandes entreprises qui leur concèdent du travail, les petits employeurs doivent leur obéir et suivre leurs diktats. Mais d’un autre côté, l’aggravation de cette subordination stimule leurs rancœurs. C’est dans ces milieux sociaux que prolifèrent les accusations au sujet des avantages que les grands capitalistes et les gestionnaires occupant une position élevée obtiennent des gouvernements. Leur indignation ne provient pas du fait que le capitalisme existe, mais du fait qu’ils ne peuvent pas en profiter, du moins autant qu’ils le souhaiteraient.
Il ne faut pas négliger la capacité de mobilisation de ces petits patrons auprès de la classe ouvrière. Beaucoup d’entre eux sont unis par des liens familiaux à la fois aux anciens milieux ouvriers et aux nouveaux prolétaires issus de l’enseignement supérieur mais qui ne trouvent pas d’autres emplois que des jobs précaires. Certains de ces petits patrons sont d’anciens ouvriers qui ont réussi à réunir un petit pécule et à devenir de petits entrepreneurs, tout en conservant des liens familiaux et sociaux avec leur milieu d’origine.
A une époque où, face à la concentration transnationale du grand capital, les travailleurs sont fragmentés, leurs vieilles relations de solidarité ont été en partie dissoutes et leur sentiment d’appartenance de classe s’est atténué ou a disparu, il est plus facile qu’ils considèrent les petits patrons comme des leaders ou des modèles. Sur le plan idéologique et psychologique, il s’agit de remplacer l’esprit de classe par le ressentiment, c’est-à-dire de remplacer le désir d’abattre le capitalisme par l’aspiration à jouir d’une ascension sociale en son sein. Le fascisme, dans la face qu’il présente aux masses, joua exactement ce rôle.
C’est pourquoi le type de dénonciations exposées dans l’article sur les affaires de corruption illustre bien l’attitude des petits patrons qui se sentent systématiquement lésés par les grands capitalistes dans la distribution de la plus-value, autrement dit dans le partage des bénéfices.

Les rémunérations élevées, qu’ils s’agisse d’argent ou de prébendes, dont bénéficient les grands gestionnaires concernent uniquement la répartition de la plus-value entre les capitalistes, et non l’extorsion de la plus-value elle-même. Il s’agit de la répartition des fruits de l’exploitation, des bénéfices, pas du processus d’exploitation lui-même. Par conséquent, ce sujet ne devrait intéresser que les capitalistes, pas les anticapitalistes.
Je ne vois pas l’intérêt d’imaginer trois boucs émissaires au lieu de deux, ou quatre au lieu de trois. Se poser ce genre de problème, c’est croire que, derrière les accidents du capitalisme, nous devrions chercher des coupables individuels, parce que le problème relèverait d’une question de personnes et non du système économique.
Pour ce qui concerne les subventions accordées par les gouvernements aux banques, j’ai déjà expliqué ma position dans « Perspectives du capitalisme dans la crise économique actuelle ». Je me contenterai ici d’exprimer mon étonnement devant le fait que la gauche continue à prêcher une politique identique à celle appliquée par la droite conservatrice américaine à la suite de la crise de 1929. Cette politique conduisit à des faillites bancaires en chaîne et à la détérioration catastrophique de la situation économique jusqu’à ce que le New Deal et la deuxième guerre mondiale réussissent à renverser la situation. Une fois de plus, c’est le ressentiment qui prévaut ici, ou même la simple jalousie, l’idée que toutes ces subventions seraient plus utiles dans ma poche que dans les actifs des banques. A la différence que je n’assume pas le rôle joué par les institutions financières dans l’ensemble du système économique.
Je suis désolé de le dire, car je ne souhaite pas froisser les gens qui écrivent ce genre d’articles ni ceux qui aiment les lire, mais je me dois de rappeler que ce type de textes fut la spécialité de la presse d’extrême droite entre les deux guerres mondiales. Et même avant cela, à partir des dernières années du XIXe siècle, le journal de l’Action française, le parti monarchiste d’extrême droite qui joua un rôle dans la genèse de tout le fascisme français, considérait ces accusations comme sa prérogative, inaugurant ainsi un modèle que beaucoup ont suivi et même essayé de surpasser. En France, c’est en dénonçant la promiscuité entre les gouvernements et les milieux d’affaires que les fascistes se réorganisèrent après la Seconde Guerre mondiale. Le même thème sert aujourd’hui à l’extrême droite russe pour faire l’apologie du fascisme et de Staline.
À l’heure actuelle, cependant, il me semble que c’est en Grande-Bretagne que sévit le plus clairement le modèle d’une grande presse de masse qui soit à la fois d’extrême droite et se consacre à faire connaître les scandales qui éclatent parmi les riches. Cette presse de masse britannique est une composante essentielle de la vie politique de ce pays, plus importante sur le plan idéologique que ne le sont le gouvernement et les partis.
Ce type de presse de masse prolifère dans tous les pays : elle est politiquement située à droite ou à l’extrême droite et toujours prête à annoncer qu’un politicien a été surpris la main dans le coffre-fort d’une banque ou qu’un patron s’est fait prendre la main dans le tiroir d’un ministre.
Il suffit d’observer les kiosques à journaux et de voir qui sont les plus lus. En lien étroit avec cette presse à scandales qui promeut le ressentiment, on trouve des magazines qui jouxtent inévitablement les sucreries à côté des caisses des supermarchés. Ces publication servent à montrer au peuple des exemples positifs, que les gens sont tous censés vouloir imiter, les stars, les hommes d’affaires qui se sont mariés pour la énième fois avec une femme encore plus siliconée que la précédente, les individus chics et célèbres, les habitants des îles artificielles, etc. Si certaines publications sont les porte-parole du ressentiment, d’autres sont les porte-parole de l’envie. Ensemble, ils forment un duo indispensable pour contenir les rancœurs sociales dans les limites de l’ordre. Dans la mesure où l’insatisfaction ne conduit pas au renversement des institutions, mais à la volonté de s’y accrocher pour parvenir à leur tête, tout se passe comme prévu. Là où les choses commencent à se gâter, c’est lorsque les jeunes mettent le feu aux voitures au lieu d’acheter des magazines sur les voitures de luxe.
Qu’un billet comme celui évoqué plus haut suscite ma réflexion et soit diffusé dans les milieux de gauche et d’extrême gauche révèle le niveau pitoyable qu’a atteint aujourd’hui ce qui fut autrefois l’anticapitalisme.
Au Portugal, la situation est encore plus grave, pour des raisons propres à l’histoire de ce pays. Au cours de la période de l’antifascisme, le Parti communiste portugais défendit une politique favorable à « l’unité des Portugais honnêtes contre la poignée de monopolistes au service des capitaux étrangers », et continue aujourd’hui à défendre le même programme, puisqu’il n’a jamais renoncé à son ambition historique de mettre la classe ouvrière à la disposition des secteurs capitalistes – qu’il s’agisse des propriétaires d’entreprises ou de la classe des gestionnaires – qui occupent une place marginale dans la répartition des bénéfices.
Il est naturel que dans cet environnement prolifère la confusion entre esprit de classe et ressentiment. Mais chaque fois que le ressentiment prolifère parmi les travailleurs, le risque du fascisme n’est pas loin.

 

João Bernardo, mars 2009

 

 

1. Le titre original exact en portugais est «Entre lutte des classes et ressentiment» (NdT).

2.  Un article du site Passa Palavra sur les agissements de Miguel Cadilhe lors de la crise du Banco Português de Negocios (BPN)

 

3. L’auteur, dès le chapeau de son billet d’humeur, dénonce en effet, « la promiscuité entre les postes politiques et l’administration des banques ». Miguel Cadilhe fut ministre des Finances avant de devenir l’un des administrateurs du Banco Português de Negocios (BPN). Il bénéficia d’un salaire annuel d’un million d’euros, en plus d’une rente à vie exempte d’impôts et de deux voitures qu’il exigea de recevoir dès son arrivée à la tête du BPN. Lorsqu’il fut ministre des Finances il augmenta les limites de l’assiette fiscale sujette à exonération – ce qui lui fut très profitable en raison de l’importance de son patrimoine et de ses revenus personnels. Tels sont les principaux faits dénoncés dans le petit article qui suscita la réaction de João Bernardo. Toute ressemblance avec des personnes et des situations existantes ou ayant existé (par exemple les affaires Cahuzac, Fillon, etc., et l’utilisation politique qui en est faite par les citoyennistes de gauche et d’extrême gauche en France) est évidemment fortuite… (NdT).

4. Rappelons que, pour João Bernardo, la classe des gestionnaires est l’une des deux classes dominantes du capitalisme, l’autre étant la bourgeoisie traditionnelle (NdT).

5. « Perspectivas do capitalismo na actual crise económica »  (2009).

Texte traduit par Y.C. pour mondialisme.org.

Barbarie homophobe à Marseille : séquestré, battu et violé

Dans le contexte d’une homophobie très ancrée dans la société française, malgré le relatif progressisme apparent, c’est avec horreur et effroi que nous apprenons l’agression barbare et la séquestration d’un militant homosexuel pendant quarante-huit heures la semaine dernière à Marseille.

Des faits inqualifiables d’une violence inouïe

 

 Zak Ostmane est un militant homosexuel pour les droits LGBTI ayant fondé en Algérie l’organisation Trans Homos Dz afin de venir en aide aux personnes LGBTI forcées à la clandestinité dans un pays où l’homosexualité est pénalement et socialement réprimée. Il a par la suite, en 2016, participé à la fondation de l’association Shams – France, dont nous reproduisons ci-dessous le communiqué et la présentation :

SHAMS-France est l’association LGBTQI des personnes maghrébines et moyen-orientales vivant en France.

Le week-end dernier, Zak Ostmane, grand militant LGBT et un des membres fondateurs de Shams – France a été séquestré pendant plus de 48 heures, agressé et sauvagement violé par deux individus à Marseille. Nous condamnons avec fermeté cet acte barbare et abjecte et apportons tout notre soutien à notre cher ami.

Soutien total et solidaire à  Zak Ostmane!

 

Les Enragé-e-s

 

 

 

 

La Belle Verte, une fable écoréac’ et divinement niaise

La Belle Verte est une fable.

 L’héroïne, Mila, est l’envoyée spéciale d’une planète lointaine où tout n’est que concorde et félicité, macrobio et hymne à la nature : le genre pub pour eau minérale. Découvrant la Terre dans l’état qu’on sait, elle s’efforce, la brave fille innocente – Coline Serreau s’est offert le rôle –  de communiquer son Message.

La_belle_verte

 Échantillons : c’est beau, l’innocence d’un bébé ; c’est moche, l’appât du gain. C’est beau, un arbre ; c’est dégueu, le fast-food. C’est beau, l’amitié ; c’est moche, l’agressivité. Coline Serreau en a plein, des idées de ce calibre-là, nées du fulgurant télescopage entre l’increvable bon sens populaire et la version intégriste d’un « babacoolisme » antédiluvien…

la-belle-verte

 Par ailleurs, La Belle Verte est une comédie. Son principal ressort est le pouvoir télépathique qu’a Mila de « déconnecter » n’importe qui de ses mauvaises habitudes, fausses valeurs et autres tares typiquement terriennes. L’effet est radical : le temps d’une convulsion, le cobaye est purgé, il arbore un sourire béat et se met, au choix, à embrasser les platanes, à jeter sa télé sur le trottoir, à offrir des fleurs à sa femme, ou, s’il est homme politique, à livrer, soudain, ses cyniques arrière-pensées en direct…

Coline_Serreau_Pierre_Rabhi
Coline Serreau ici en compagnie du filousophe exploitant agrobiologique Pierre Rabhi, fringant ambassadeur du mouvement sectaro-religieux; L’anthroposophie

 Avec deux sketches et trois gags rigolos, Coline Serreau a inventé de quoi faire une bande-annonce alléchante. Le reste n’est qu’une litanie laborieuse de redites et lieux communs sur notre misérable existence.

La_Belle_Verte

 Rien que du poussivement gaguesque sur, en vrac, les crottes de chien, la carte de crédit, le rock’n’roll, la bagnole, on en passe et de tout aussi prévisibles au rayon des fléaux de la modernité.

Aux Amanins avec Coline Serreau 2011
Coline Serreau ici au village privatif des Amanins, propriété du clan Rabhi en Ardèche profonde.

 La fable aurait pu n’être que naïve. A la longue, elle apparaît pour ce qu’elle est : un brin réac. Qui a donc déconnecté Coline Serreau ?…

 Jean-Claude Loiseau 

 

A découvrir en complément

Déjà près de 100.000 lectures, Rabhi sur la famille et la PMA, à droite toute! 

2017-03-03_002508

Pour démasquer ce mouvement sectaro-religieux, Au secours! Les anthroposophes sont là

anthroposophie_Pierre_Rabhi

Sea Shepherd? Réactionnaire mon cher Watson

Paul_Watson_Ecologie

Kokopelli ou les illuminés de la petite graine

catalogue_kokopelli

Déjà plus de 100.000 lectures pour notre dossier Nuit Debout avec ici le chapitre « Demain, le coup de com’ des Colibris »

film_Demain_Colibri_Cyril_Dion_Kaizen

 

Klan du loup, cheval de Troie néonazi

Il nous semblait nécessaire d’aborder de façon un peu conséquente l’existence du groupuscule dénommé Klan du Loup malgré l’évidence démonstrative des différents éléments que nous allons emmener. Nécessaire car même si les recours aux références, symboliques et différentes rhétoriques fascistes n’auront pas échappé à certains, tout le monde n’est pas armé de façon identique et ne fait pas preuve d’une vigilance constante face aux tentatives de récupération toujours plus actives de la part d’escrocs d’extrême droite sur des sujets et luttes où ils n’ont et n’auront jamais leur place.
Voici donc un court article mais nous l’espérons, efficace au but de démasquer la fumisterie Klan du Loup.

Le Klan du Loup a été créé par Rodolphe Gaziello, président-fondateur de l’association.

Gaziello est un vétéran de l’armée de terre et a fait partie de la légion étrangère au début des années 90. Il ne sera pas nécessaire d’engager un esprit critique hors du commun pour constater l’imprégnation des idées fascistes qu’il diffuse tant il use de l’imagerie nazi et la couple avec ce symbole lupin, qu’il entend défendre en tant que symbole à part entière.

15585201_588863797989924_1374779710459875076_o
« Représentation parfaite » d’Odin… Avec des cornes et dans un costume totalement à côté de la plaque…
15584988_588864027989901_5798436243067088342_o
La spiritualité européenne » ou comment tenter de créer de l’identité sur une définition creuse et floue

Gaziello semblant être un indéboulonnable président puisqu’il n’a pas quitté cette fonction au sein de l’association et ce depuis l’année de sa création en 99.

15493592_588868117989492_4407502873233955364_o

On reconnaît sans peine le logo noir et jaune créé à l’occasion et utilisé notamment au but de publier des images de loup arborant un brassard nazi…

2016-12-22_221138

Les références vomitives sont, vous le verrez, loin de s’arrêter là puisque le logo de l’association reprend très clairement les éléments iconographiques de blasons nazi, notamment en ce qui concerne la posture du loup.

15492611_588866071323030_903626683488468413_n
Blasons SS
15590097_588866227989681_1146378316384467796_n
Logo du Klan du loup

Bien entendu, le fait même de choisir le terme Klan ne saurait être anodin au sein de cet univers pestilentiel…

15439840_588866747989629_2764081790176658980_n
On notera au passage le blason orné de la rune du loup (ou Wolfsangel) sur la veste du suprémaciste blanc à l’extrême droite de la photo

Gaziello semble avoir tâtonné pour trouver où héberger le site de son Klan ; il a notamment beaucoup publié sur overblog et hautetfort avant que ne soit créé le site actuel. Les sites, devrait-on dire puisque, entre les .eu et les .fr, les « sites officiels » se suivent et se ressemblent. Si certaines publications ont été supprimées (exemple du loup au brassard nazi, posté plus-haut), le blog est toujours plus ou moins actif.

Gaziello n’est pas le seul, loin s’en faut, à utiliser la plateforme fasciste hautetfort.

21210_10
Jérôme Lescure avec la militante fasciste Arduinna Luna Mystica

C’est aussi , par exemple, le cas du « national anarchiste » Hans Canysurnommé par lui-même « Hanns Wehrwolf » et, pour l’anecdote, « mon loupinet » par sa compagne, la militante révisionniste Luna Stenfors (aka « Arduinna Luna Mystica ») qui y loge son blog « étoiles noires ».

cany10
Cany en uniforme de la l’« Armée nationale du peuple » de la RDA, il n’a pas dû trouver celui de la Wehrmacht

 L‘hébergeur de blog hautetfort a été créé par Benoit Desavoye, dont l’idéologie d’extrême-droite saute également aux yeux. Il existe cependant une différence de fond entre Desavoye et nos paganistes lupins : c’est une grenouille de bénitier (sans vouloir en rajouter dans la métaphore animale). Il nourrit de fait une obsession des culs bénits : le combat contre le droit à l’IVG.

15442347_588869321322705_2808988456128816958_n En témoignent son site etopie(point)com et son compte twitter, son pseudo étant par ailleurs assorti de la voyelle arabe [noun] désignant par extension les chrétien-ne-s du monde arabo-musulman, très populaire depuis quelques années chez les fascistes occidentaux sur les réseaux sociaux.

Pour en revenir au corps même de l’association le Klan du Loup, on trouve parmi les membres actif-ves un certain Atome Sag, de son vrai nom Franck Passet, connu pour être un beauf réactionnaire, sexiste et homophobe, entre autres qualités.

15492335_588873041322333_6453217572611285008_nEt en plus, il est spéciste et pro-équitation…

15590611_588872344655736_1980966978800456987_nPasset a affirmé et confirmé à plusieurs reprises consommer des produits animaux. Il est à noter qu’à notre connaissance Gaziello, de son côté, ne s’est jamais affirmé vegan non plus.

15585346_588891774653793_2969221167594150465_oCe qui explique certains partenariats qui seront abordés plus bas dans cet article. De là à en déduire que ce qui intéresse notre homme est plus de récolter des fonds que de sauver des vies, il n’y a qu’un pas.

15622110_588883627987941_7765451240566343761_nQuelques exemples de produits issus de la boutique du KDL ne laissent guère place au doute quant à la tendance ultra-droitière de l’imagerie qu’il propage.

15621697_588886851320952_4512425206088387672_nCertains s’en seraient bien passé, et surtout pas autour du cou.

15621763_588887444654226_8219690850064489640_nQuant à leurs « atouts » marchands ? C’est du vêtement 100 % français ! Car il est important de porter du « bien de chez nous ».
15492563_588889947987309_6005407729687770914_n « 100 % français » oui mais pas seulement ; pour la modique somme de 31 euros, et grâce à leur partenariat, vous aurez le loisir de porter du 100% natio ET spéciste.

15493625_588890217987282_5869164903637683467_oPour terminer, il semble exister en Belgique une antenne Clan du Loup (avec un C ; la nuance est d’importance et l’on pourrait y voir une volonté de distanciation de la frange française dont nous venons de parler) se revendiquant apolitique, mais relayant… Le site du Klan.

15493643_588890397987264_118749553087970293_o
Anna Anathe est le compte kollektif de « l’équipe internet » du klan

En conclusion et à la lueur de cet aperçu très succinct, nous pensons qu’il faudrait faire preuve d’une mauvaise foi crasse couplée à un aveuglement militant pour croire que le Klan du Loup est simplement une association qui défend les droits fondamentaux des louves et des loups à la vie et à la liberté, et non une plate-forme supplémentaire (dans ce champ de mines que forment la multitude des collectifs animalistes) permettant aux réacs, fachos voire, ici aux nostalgiques du troisième Reich de continuer à essayer de phagocyter la cause animale, tout en faisant au passage commerce de leurs idées nauséeuses.

Les Enragé-e-s

Le capitalisme nous affame, bouffons-le !