La Critique du productivisme dans les années 1930, mythe et réalités

 Dans ce nouveau livre, le géographe Philippe Pelletier, spécialiste et disciple d’Élisée Reclus, s’en prend à la tendance dite « antiproductiviste » de l’écologisme, pourtant très en vogue aujourd’hui au sein des mouvements les plus radicaux de notre époque.

Il y pointe tout ce que ce courant de l’écologie politique doit à la critique menée, dans les années 30 du siècle passé, par ces cercles intellectuels auxquels on accola le qualificatif de « non-conformistes », groupes-ou revues comme la Jeune Droite, L’Homme réel, L’Homme nouveau, XX` siècle, La Jeune Droite, Esprit et surtout, L’Ordre Nouveau, le mouvement animé, entre autres, par Denis de Rougemont et Arnaud Dandieu, l’introducteur en France de la notion de productivisme ainsi que de sa critique.

 Des cercles intellectuels dont Philippe Pelletier met en évidence l’attirance qu’y exerça le « champ magnétique » des fascismes, comme le montre la « Lettre à Hitler » rédigée par L’Ordre nouveau en novembre 1933, ou encore la participation de certains de ses membres les plus connus au « Congrès italo-français d’études corporatives » organisé entre le 20 et le 23 mai 1935 à Rome.

 Cependant, Philippe Pelletier ne se borne pas à faire oeuvre d’historien des idées mais, dans la partie plus théorique et la plus polémique de son essai, il va bien au-delà et procède à une forte « critique de la critique » écologiste, à laquelle il a consacré déjà de nombreux écrits.

 Ce n’est pas seulement à cause de ses accointances avec les fascismes d’avant-guerre qu’on doit refuser la philosophie prônée par les « non-conformistes » des années 30, affirme l’auteur de ce livre, mais aussi, et surtout, parce que cette pensée ne permet pas de comprendre la vraie nature du capitalisme, qui n’est pas de « produire pour produire » mais de « produire pour vendre », pour « développer une logique de marché, de profit, qui passe par une exploitation économique, une domination politique et une oppression sociale ». Et enfin, dit Ph. Pelletier, qui revendique haut et fort son refus de tous les spiritualismes, il faut repousser cette pensée parce que l’écologisme « qui brasse tellement large, avec ses croyances, ses valeurs morales, son culte du catastrophisme, ses prêtres, ses gourous, ses églises, ses schismes, s’apparente à une religion : celle de la nature ».

Source Vosstanie

 

Produit “naturel” ou de synthèse, tout est chimique!

 Les produits “chimiques” et les produits “naturels” sont-ils fondamentalement différents ? 

Quand on se rappelle qu’ils sont faits des mêmes ” briques ” (atomes), on se rend compte que non : au final, tout est chimique !

En fait, le caractère naturel ou non d’un produit ne dit RIEN sur sa toxicité pour le corps humain. Il existe de nombreuses toxines et poisons naturels, et des substances de synthèse inoffensives…

Il faut donc tout tester au cas par cas.

 

Les Enragé-e-s

 

Pour élargir ses réflexions:

” Dans les années 1990, jeune mère de 19 ans effrayée par le monde dans lequel je mettais mes enfants, j’ai étudié l’homéopathie, la phytothérapie et l’aromathérapie; je croyais aux anges, à la sorcellerie, aux voyants, aux cercles de culture, aux extraterrestres de Nazca, à de gigantesques marins roux qui auraient communiqué leurs connaissances aux Aztèques, aux Incas et aux Egyptiens, et je pensais que le Saint-Esprit m’avait accordé un genre de pouvoir de guérison. Je me faisais lire l’aura au prix du caviar et je filtrais le fluor de mon eau. Je choisissais de vivre des épisodes d’une vie antérieure plutôt que de prendre des antidépresseurs. Je suivais les conseils quotidiens des cartes de tarot. Je faisais pousser mes légumes et je fabriquais mes propres remèdes à base de plantes.
J’étais tellement atteinte que je me suis littéralement écroulée. Il m’a fallu reprendre le contrôle de ces pensées paranoïaques et des craintes que m’inspirait le monde qui m’entourait et devenir capable de pensée critique objective pour aller mieux.  ” Lire la suite sur Slate.fr.

Qui sont les rois des AG?

  Pour beaucoup, l’AG en soi porterait un cadre plus propice à l’exercice du pluralisme démocratique, en opposition au vote en isoloir, qui, dans un cadre capitaliste et bourgeois, ne sert finalement qu’à choisir les gestionnaires de l’économie marchande et de notre propre exploitation.

Or même si nous préférons dans son principe, une décision prise en AG à une décision prise en petit comité, on se rend compte à l’usage, que nombreux sont les militants et bureaucrates professionnels à être capables d’investir les AG au but d’en prendre le contrôle, les monopoliser ou de les torpiller.

 C’est un sujet qui nous semble important car hélas, beaucoup ont tendance à faire confiance à ceux qui se jettent spontanément sur les micros, qui sont, il faut bien le dire, toujours les mêmes.

Le fétichisme de l’AG démocratique? Un leurre.

On le sait depuis longtemps pour les AG d’universités qui ne sont que le terrain de jeu des militants de différentes organisations, y compris non organisés comme les autonomes.

Pour les partis pas d’AG, des motions. Pour les syndicats des simulacres où le délégué syndical prêche la bonne parole.

Pour les associations, en général l’AG annuelle pour la présidence etc… Seules quelques associations sur le terrain des luttes peuvent parfois avoir un fonctionnement plus démocratique.

 Il s’agit de mobiliser des ” militants bénévoles “, impossible de leur donner des ordres, bien que je pense qu’elles ont quand même des “leaders” désignés ou charismatiques.

  Quant aux libertaires “autogestionnaires” par principe, l’AG “souveraine” n’échappe pas à des codes invisibles, des affinités et aux “leaders d’opinion”.

 L’AG est un exercice de la parole, malheur à celui qui ne maîtrise pas cet art, de fait on se croirait souvent plus au concours d’éloquence des apprentis avocats plutôt qu’à une discussion collective d’analyses et de stratégies.

 De fait, la composante sociologique et idéologique de l’AG, traduit la ligne politique majoritaire du groupe et des décisions prises en AG,  le profil politique étant déjà prédéfini. Celui qui pense apporter une voix différente à la “ligne” habituelle risque d’être fort marri.

 Comment y remédier? Déjà effectuer le plus souvent la rotation des taches et le travail en commissions en dehors des AG. Plus le groupe est petit, plus le timide ou réservé peut s’exprimer. Mais il n’existe pas de recettes miracles, à chacun de rester acteur et ne pas déléguer sa parole, par fainéantise ou sentiment d’infériorité, aux professionnels des AG.

 Pour cela une analyse critique de l’AG, et la mise en place de garde-fous est nécessaire dans tous les milieux pratiquant ce mode de fonctionnement “démocratique”.

 
Les Enragé-e-s

 

 

Pour élargir ses réflexions :

” L’exemple suisse n’est pas mieux avec son système référendaire qui permet l’adoption des pires mesures racistes. Notons qu’en suisse, le fait que ce soit les cantons qui votent à main levée qui sont les plus réactionnaires et qui ont accordé le plus tardivement le droit de vote aux femmes, dans les années 1990 !!! ” Lire la suite ici

La Relève et La Peste, start up de la confusion

Le 5 novembre 2014, le site d’extrême droite Le Cercle des Volontaires annonçait la sortie prochaine d’une revue au titre mystérieux : La Relève et La Peste [1]. D’emblée confusionniste, ce projet affiche le soutien de noms prestigieux comme ceux du philosophe français Edgar Morin et du sociologue suisse Jean Ziegler.

Sorti début 2015, La Relève et La Peste est un projet porté par un étudiant issu de l’école de commerce ISC-Paris, Jérémie Carroy.

A en croire le site de l’école, il « a été sélectionné parmi les 40 meilleurs projets européens du site de crowfunding  « Kisskissbankbank » », qui réunit les dons permettant de le financer

Le « crowdfunding » et non «crowfunding » comme écrit sur le site de l’école, de l’anglais « crowd » qui signifie « foule » et « funding » pour « recherche de fonds », qu’on pourrait traduire par « financement participatif », consiste à faire appel aux dons, aux prêts ou à l’investissement financier des Internautes pour financer un projet, souvent de nature culturelle.

Comme toute page confusionniste, celle-ci va avoir tendance à s’abreuver à la masse sous-culturelle déjà existante. La conséquence ici sera pour le moins fâcheuse puisque Huxley n’a jamais écrit cette phrase. Il s’agit en réalité d’une prosopopée rédigée il y a une quinzaine d’années par un professeur de théologie.

 Dans le cas de La Relève et La Peste, le système choisi est celui du don avec contrepartie : plus le don est élevé, plus la revue offre de récompenses en nature (bracelet-marque page, invitation à la soirée de lancement, etc.). D’aspect professionnel, cette revue prévoit d’accorder une grande place au graphisme et, puisqu’il faut bien attirer le chaland, affiche l’ambitieux projet de développer un « nouveau concept » : le « livre-journal ». Il s’agit en fait bien d’une revue, soit une parution régulière (tous les six mois dans ce cas) au format livre, rien de vraiment original en somme.

Mais ce qui a attiré d’emblée notre attention n’est pas le concept en lui-même, mais bien le contenu éditorial que cette revue risque de proposer, ainsi que la nature de ses relais promotionnels sur le web. Soutenue, si on en croit son initiateur, par des personnalités classées dans le camp progressiste comme Edgar Morin ou Jean Ziegler

Curieusement, leurs noms n’apparaissent pourtant pas parmi les auteurs mentionnés au sommaire, et nous ignorons le degré réel de leur implication dans la fondation de cette revue.

La Relève et La Peste affiche en effet parmi ses contributeurs plusieurs noms associés au camp conservateur et réactionnaire.

Gabriel Rabhi, publiait le 6 février 2015 un article tiré du site négationniste SansconcessionTV.org – Pour une histoire débarrassée des nombreux mensonges (PHDNM), animé par le négationniste Vincent Reynouard.

On y trouve ainsi le « fils du grand Pierre Rabhi » (sic), Gabriel Rabhi, connu pour faire de la propagande soralienne et dieudonniste. Une ” réinformation ” mettant en scène le site les crises.fr, de Berruyer qu’on ne présente plus, une vidéo de Vernochet, un nationaliste baignant dans le complotisme délirant, voix de l’Iran, de Poutine, gravitant dans la dieudosphère et chez les complotistes, proposée par media-presse-info, un site nationaliste réactionnaire organe de propagande de Civitas et enfin Le Cercle Aristote, structure d’obédience néo-droitière.

Martin Peltier, figurant en bonne place sur le site Egalité&Réconciliation, a collaboré au Figaro Magazine, à National-Hebdo, à Minute et à Rivarol…

 Jean-Loup Izambert, journaliste ayant collaboré à plusieurs médias marqués tant à droite (Les Echos, VSD) qu’à gauche (L’Humanité) ainsi qu’à la revue d’extrême droite pro-Milosevic Balkans Infos (B.I.) ; le philosophe Jean-François Mattei (décédé il y a peu), qui a conseillé dans les années 1990 François Bayrou quand il était ministre de l’Education et qui était proche de certains milieux nostalgiques de l’Algérie française (le Cercle algérianiste).

On note également la présence de Christian Chavagneux, éditorialiste à la revue Alternatives économiques, qui elle est marquée à gauche et d’un commissaire divisionnaire et criminologue, Jean-François Gayraud.

Enfin, apparaissent les noms de deux universitaires, d’une réalisatrice de documentaires et d’un dessinateur dont rien ne nous permet de présumer de l’orientation politique . Cristel Cournil et Benoît Mayer travaillent sur les questions migratoires et environnementales et notamment sur la question des réfugiés climatiques, tandis qu’Aurine Crémieu a réalisé des documentaires pour diverses chaînes de télévision, notamment sur des questions liées à la condition des femmes dans le monde.

Le dessinateur Bastien Nups dit NUPZ quant à lui, ne semble pas avoir pour habitude d’aborder explicitement dans son travail de thématiques politiques.

Etienne Chouard aime forcément ce personnage de droite radicale appartenant à un mouvement sectaro-religieux.

  Du côté des soutiens au projet qui se manifestent, on peut noter que malgré le parrainage affiché de figures tutélaires comme Edgar Morin ou Jean Ziegler, le moins que l’ont puisse dire est que les médias dominants pas plus que des publications académiques ne se relaient pas au portillon pour en faire la publicité.

 En revanche, La Relève et La Peste jouit du soutien du Cercle des Volontaires à qui Jérémie Carroy et Gabriel Rabhi ont accordé des interviews promotionnelles, de la webtélé conspirationniste Mr Mondialisation, du site web confusionniste Inform’Action, du portail d’extrême droite nos-medias.fr ou encore d’un site culturel également diffuseur de contenus complotistes, DiazePaM.fr.

 La ligne éditoriale de la revue est sans surprise de « traiter des sujets jamais abordés dans nos médias », un argument marketing désormais systématiquement ressassé par ce type de presse, et dont on se demande bien comment il pourrait être mis en pratique par un support qui accueille des contributeurs issus pour certains de la presse dominante ou du moins d’organes de presse reconnus, quand il ne se place pas sous le patronage d’universitaires de haut rang dont la pensée n’a rien de vraiment marginal, puisqu’elle est largement relayée au sein des plus hautes sphères intellectuelles et politiques, y compris internationales (Les fiches Wikipedia d’Edgar Morin et de Jean Ziegler donnent une bonne idée de leurs parcours).

 Mais plus inquiétante encore est l’idéologie qui semble transparaître au visionnage du clip promotionnel, et qui ne laisse aucun doute quant à la ligne politique réelle que le projet entend mettre en avant. En effet, discrètement, par petites touches, ce « trailer », bien que promettant « une symphonie d’humanisme », inscrit La Relève et La Peste dans la lignée d’une idéologie impérialiste héritée de la période coloniale qu’on s’étonne de voir soutenue par des personnalités progressistes.

Le clip promotionnel de la revue, qui s’y présente comme « l’orchestre bienveillant » (sic) ne laisse aucun doute quant au public visé et à ses présupposés idéologiques. Introduit par des images de conflits, de famine et de pollutions a priori tournées exclusivement dans des pays non Occidentaux et dans lesquelles apparaissent des personnes pauvres (car il ne saurait y avoir de pauvreté, de conflits ni de pollution en Occident dans cette vision du monde), souvent noires, il enchaîne par une série de plans tournés dans de proprets appartements bourgeois occidentaux où n’apparaissent que des Blancs, hommes et femmes, seuls ou en couple (hétérosexuels bien sûr), avec ou sans enfants regardant par la fenêtre ce qu’on suppose être les malheurs du monde, de cet autre monde complètement étrange et étranger fait de guerres et de pauvreté qu’une voix off décrit et qu’on a pu entrevoir en début de clip.

Promotion active d’Etienne Chouard, l’ami de la fachosphère, et son tirage au sort.

 Dans un troisième temps, ces bourgeois occidentaux descendent se promener dans la rue pendant que la voix off (assurée par Benoit Allemane, la voix française de Morgan Freeman si on en croit la présentation du clip sur YouTube) les décrit comme les acteurs du changement : « la relève est en marche, et nous vous promettons de ne laisser personne derrière nous », annonce-t-elle.

Cynisme absolu ou sensibilité à la condition ouvrière, la confusion permanente cultivée ici permet sans doute de répondre “les deux”.

 

 Personne, sauf qu’a priori, la « relève » ne se composera ni de pauvres, ni de non-“blancs”. « Nous remplacerons les armes par notre seule pensée, notre plume sera notre seul espoir », ajoute avec grandiloquence la voix off. En effet, on peut supposer que « les armes » sont sans doute l’apanage des populations pauvres montrées complaisamment en début de clip, tandis que « la plume » est celui des peuples dits « civilisés » dont les dignes représentants apparaissent ensuite pour se pencher avec une bienveillance toute condescendante sur le malheur de ces gens qui ne sauraient se révolter sans l’aide de ceux qui, bien que contribuant à la domination qu’ils subissent, disposent de la clairvoyance nécessaire, au contraire de ces pauvres hères.

Ici le cryptofrasciste Etienne Chouard se sent comme un poisson dans l’eau dans cet environnement fiévreux de confusionnisme.

 Alors que d’autres internautes semblent avoir une analyse voisine de la nôtre sur le contenu de ce clip et s’interrogent sur le compte facebook de la revue, l’équipe de La Relève et La Peste semble assumer cette ligne ethnocentrée qui ne veut pas « remettre en question la place des blancs ou des noirs » (sic) (ni celle des femmes d’ailleurs, dont la forte présence dans le clip semble déranger d’autres internautes) : « Le propos de cette video est de mettre en avant une prise de conscience occidentale sur ce qui se passe dans le monde, expliquait l’équipe de la revue en réponse à ces remarques le 14 octobre dernier. L’occident est dans une bulle si l’on regarde tout ce qui se passe autour de nous. Cela ne remet pas en question le fait que beaucoup de choses vont mal en France. […] Ce teaser ne fait qu’énumérer des problèmes globaux qui sont bien réels, sans remettre en question la place des blancs ou des noirs … […] En ce qui concerne la place de la femme dans cette vidéo, n’y voyez en aucun cas un sous-texte féministe. Si le rôle des femmes de ce teaser vous dérange, c’est un autre débat. Nous pouvons en débattre par message privé si vous le souhaitez! »

Ce site semble collectionner les citations apocryphes puisque Oscar Wilde n’a jamais écrit cette phrase.

Quel avenir aura cette étrange revue ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais ce qui est sûr, c’est que si elle paraît et continue sur cette ligne, elle contribuera à son niveau au brouillage des cartes et qu’elle participe d’ores et déjà à cet inquiétant phénomène de multiplication des médias confusionnistes, notamment dans ce qu’ils ont de plus professionnel et donc potentiellement de plus crédible aux yeux du public.

 

Les Enragé-e-s & Confusionnisme.info

 

[1] cercledesvolontaires.fr/2014/12/05/releve-peste-nouveau-journal-alternatif-soutenir/

Test: Etes-vous capitaliste ou anticapitaliste?

Tous les dimanche soir, vous êtes pris d’une boule au ventre, d’un blues indéfinissable à l’idée de reprendre le taf le lundi.

Vous ne supportez pas le fait que toute votre existence soit organisée autour du boulot, les vacances sont toujours trop courtes.

Vous avez remarqué le fait que des personnes puissent être sympathiques en dehors du cadre du boulot mais horriblement antipathiques dès la première minute d’occupation de leur poste.

Vous ne supportez plus le fait d’être spectateur de votre vie, de n’avoir le temps de rien faire, de posséder une technologie qui au lieu de vous faire gagner du temps vous en fait perdre.

Vous avez connu des phases de votre vie où vous aviez du temps mais pas d’argent ou de l’argent mais pas de temps et vous trouvez ça totalement idiot.

Le net vous a fait découvrir des milliards de trucs mais vous vous rendez compte que vous n’avez ni le temps ni l’argent pour vous y intéresser et faire ce que vous voudriez vraiment faire concrètement.

Vous avez rencontré grâce à internet des gens super, à qui vous aimeriez bien pouvoir rendre visite mais vous n’avez soit ni le temps, soit ni l’argent, soit les deux, pour le faire.

Vous prenez des cachets, de l’alcool, des drogues, des méditations, des jeux de hasard, des univers ludiques ou culturels parallèles pour tenir.

Vous avez toujours choisi, dans votre vie, le moins pire, en fait, vous n’avez jamais pu choisir de faire tout ce qui vous plaît vraiment.

Les inégalités et les injustices vous révoltent mais vous ne voyez pas comment dans cette organisation de la société, il pourrait en être radicalement autrement.

Vous vous êtes progressivement rendu compte que ce monde-là produit du malheur, de la misère, de la violence quotidienne.

Ne cherchez plus, vous êtes anticapitaliste.

 

Les Enragé-e-s

 

T'es pas anticapitaliste? Tu es sûr de ça?

Mais c'est quoi au juste le capitalisme? Une production libre et non marchande par https://vosstanie.blogspot.com/et http://www.lesenrages.antifa-net.fr

Objavil/a Les Enragés dne 13. marec 2017

 

Mais arrêtez avec vos “projets inutiles”!

Quelqu’un pourrait-il enfin nous expliquer ce que signifie se battre “contre les projets inutiles”?

Les délires écolos-mystiques de Reporterre, un catholicisme repeint en vert à cheval entre la deuxième gauche et la droite radicale.

Car au sein du capitalisme, rien n’est « inutile », rien n’est « utile », tout investissement, toute activité humaine, toute la production est entièrement régie par la logique du profit.

«Lutter contre les projets inutiles », c’est diffuser l’idée qu’il y aurait des projets « utiles ». Qu’il y aurait d’un côté une activité économique raisonnable et raisonnée, indéboulonnable, indépassable et de l’autre, une économie de la démesure, du gaspillage, une économie qui serait sortie des rails de la Raison.

Mais enfin! Posséder cette vision totalement illusionnée du capitalisme, ce n’est pas raisonnable!

Comment en effet se contenter, intellectuellement parlant, d’une vision totalement tronquée du capitalisme, système barbare au sein duquel la moindre chose, le moindre service, le moindre concept, presque, sont monétisés au but de créer de la valeur?

Tout, absolument tout est « inutile » au sein d’un système capitaliste, à commencer par le fait de devoir bosser 40 heures par semaine pour engraisser des petites amicales de crevards bien nés ainsi que leurs larbins patentés!

Arrêtez avec ces « projets inutiles »! Arrêtez de faire l’autruche, arrêtez de faire des fixettes sur ce que vous considérez comme inutile alors que c’est la beauté de nos existences-mêmes qui est inutile au sein du capitalisme!

Quand on va se planquer à la cambrousse, on ne quitte pas le système capitaliste, on se planque! On ne l’abat pas, on le rend supportable pour soi.

Les « projets inutiles », ils tiennent tous dans l’exercice comptable de la plus petite des entreprises!

Le capitalisme, c’est Vinci mais aussi les pizzas bio de Leonardo!

Dans la lutte anticapitaliste, les « inutiles », ce sont ceux qui distinguent artificiellement utilité et inutilité !

Sauver un arbre, c’est utile?

L’immense part des forêts ne sont pas des forêts primaires, c’est-à-dire que la plupart des forêts actuelles ont été plantées de la main de l’Humain.

La gestion de la forêt obéit aux besoins de l’économie capitaliste, elle y est totalement intégrée.

En France, chaque seconde, 2,5 nouveaux arbres sont plantés, soit 80 millions de nouveaux arbres par an. C’est ce qui explique que la forêt française augmente régulièrement de taille avec 35 000 hectares par an. Et d’ailleurs, la forêt française n’est pas en danger, mais voit sa superficie stabilisée depuis 2006 et commencer à régresser vers 2013-14. Elle n’a jamais été aussi vaste depuis le Moyen-âge.

Actuellement, par le jeu des concessions privées, des forêts entières sont détruites sans que jamais aucune seule ZAD ne puisse se monter. Faut-il le regretter? Faudrait-il aller en ouvrir partout où la défense de la Nature le nécessiterait? Faut-il aller sauver les arbres? Ou bien uniquement les zones humides? Uniquement les petits mammifères? Uniquement les zones aux petits papillons gentils?

Uniquement les zones bloquant de grandes réalisations?

Pourquoi ne plus construire de grandes réalisations si l’objectif n’est pas de sortir du capitalisme? L’objectif est de sortir du capitalisme ou de ” bloquer » le stade actuel de l’évolution du capitalisme?

L’objectif est-il réellement de le bloquer ou bien l’objectif est-il de donner l’illusion de le figer? Le figer sur une période du capitalisme acceptable? Celle où l’on ne procédait plus à de nouvelles grandes réalisations?

L’objectif serait donc de faire coller le toujours moins de l’économie envers les salariéEs avec le toujours moins de grands travaux « inutiles »? Pour en finir avec « la gabegie des finances publiques »? Pour faire des « économies »? Pour arrêter « d’engraisser les gros »? Les gros quoi? Cela remonte à combien d’années en arrière cette époque-là? Ce temps béni où l’Etat était raisonnable et où il consultait abondamment ses administrés avant de se jeter dans la bétonneuse?

L’objectif est libératoire par l’action directe? Très bien!

Mais à ce moment-là, comment éviter un second Larzac? Comment dévier de cette pente naturelle qui ne peut que nous conduire vers un naufrage politique de type Bové, ATTAC et plus globalement, l’anticapitalisme mystique et l’écologie réactionnaire à partir du moment où la lutte tourne en rond en se retranchant derrière le mythe?

Si victoire il devait y avoir, est-ce que ce ne serait pas une défaite? En ce sens où tout le capital symbolique de NDDL pourrait s’évanouir par décision politique? L’objectif était donc de faire plier l’Etat dans une forme de citoyennisme radical?

Non, dans l’entame d’une lutte, l’objectif est déjà atteint à partir du moment où l’on se met en lutte.

Mais en lutte pour quoi? Pourquoi uniquement les grands travaux?

Parce qu’elle permet de tenir en échec l’Etat et les intérêts privés qui sont derrière.

Dans ce cas il ne faut pas ” sauver la nature “, il faut nous sauver nous-mêmes, ce n’est qu’à ce prix que l’on pourra continuer à se dépatouiller du grand chaos d’une nature qui sous bien des aspects, n’a plus grand chose de naturel.

Sauver la Nature ou sauver le capitalisme, il faudra un jour choisir.

 

Les Enragé-e-s

 

 

Pour aller plus loin:

“À rejeter l’impérialisme, ou les institutions internationales, ou le capital financier, ou les grands projets inutiles… on ne rejette jamais le capitalisme en tant que tel et on ne construit pas son camp sur des bases de classe. On se trouve dès lors potentiellement allié à certains de nos pires ennemis, comme en témoignent les nombreuses passerelles vers l’extrême droite, construites et entretenues par toutes sortes de militants confusionnistes qu’on ne citera pas ici.”

Misère politique du campisme

Reporterre, site qui se veut une référence en matière d’écologie, est représentatif d’une tendance hélas grandissante du mouvement écologiste qui, par manque sans doute de culture politique, tend à ouvrir ses portes à quiconque se dit – même vaguement – ami de la nature, sinon décroissant. « Reporterre veut être le forum de tous ceux qui imaginent le nouveau monde, un monde où l’on arrêtera de détruire l’environnement et qui retrouvera l’idéal de la justice », clame la courte présentation du site. Au nom du « débat », de la « démocratie » et de la « liberté d’expression », la porte est donc ouverte à tous les vents : sociaux-démocrates de droite, de gauche, du centre, consuméristes, complotistes, mystiques en tous genres, groupuscules d’extrême droite.

Le site Reporterre, portail de l’écolo-confusionnisme

La moitié des voyages en avion sont réalisés par 2 % de la population.
En 2008, les 10 % des habitants les plus riches ont fait en moyenne 1,3 voyage aérien, alors que jusqu’aux 50 % les plus pauvres, le nombre moyen de vols est proche de zéro.

La moitié des voyages en avion sont réalisés par 2 % de la population

L’écologie est à la mode, de l’extrême droite à l’extrême gauche, en passant par la droite et le centre. Pourquoi les multinationales et les Etats se sont-ils tous convertis à l’écologie ? D’où vient cette propagande planétaire qui prétend transcender tous les clivages idéologiques et politiques ? Des « nouveaux mouvements sociaux » ou des multinationales ? Des gestionnaires du capitalisme ou des partisans de « l’éco-socialisme » ? Quels sont les principaux auteurs qui, à tort ou à raison, sont considérés comme les précurseurs de l’écologie ? Pourquoi les écologistes s’intéressent-ils davantage aux plantes et aux animaux, qu’aux hommes et aux femmes qui travaillent et sont exploités par le Capital ? Davantage à « la planète », à la « biodiversité » et au « climat » qu’aux prolétaires et à leurs conditions de travail ? Quelle a été la place de l’écologie dans l’Italie mussolinienne, le Portugal salazariste et l’Allemagne hitlérienne ?

Lire la suite ici

Misère politique du campisme

Le mouvement ouvrier et révolutionnaire, le camp de l’émancipation sociale, a historiquement souffert et souffre encore du campisme. De quoi s’agit-il ? De la mise en œuvre, pas forcément explicite ni consciente, de l’un au moins des deux principes suivants. Le premier principe veut que les ennemis de mes ennemis soient mes amis. C’est donc un principe qui délimite mon camp par opposition au camp adverse.

Selon le second principe, la solidarité vis-à-vis de mon camp implique de renoncer à toute critique à son endroit. C’est un principe qui limite ce que je peux et dois penser de mon camp. Ces deux principes pris ensemble se traduisent en une double injonction : choisis ton camp et défends-le contre toutes les attaques !

Le campisme offre un cadre simple et probablement confortable pour les paresseux. Sur le fond, il est une véritable nuisance, particulièrement aujourd’hui quand des courants politiques réactionnaires travaillent activement au brouillage des repères.

Kémi Séba est une vedette de la nébuleuse dissidente . Depuis plus de 10 ans, il anime un petit mouvement, auto-proclamé « panafricaniste », qui prend la forme d’une succession de groupuscules comme Le Mouvement des Damnés de l’Impérialisme ou Les Jeunesses Kémi Séba.

On voit le premier principe à l’œuvre dans toute une mouvance, pas tant à l’extrême gauche qu’à l’extrême droite, mais quand même aussi à l’extrême gauche, dans la posture dite « anti-impérialiste ». Sous couvert d’un rejet légitime de l’impérialisme états-unien et plus généralement occidental, incluant l’Union européenne et Israël, on en vient à considérer que des États tels que Cuba, la Bolivie de Morales, mais aussi l’Iran de Ahmadinejad, la Libye de Kadhafi, la Syrie de Assad ou la Russie de Poutine sont dans notre camp. C’est évidemment mettre tout ce beau monde dans un même sac et oublier, ou feindre d’oublier, que certains de ces États comme la Syrie ou la Russie, jouent leur carte dans le concert des impérialismes et méprisent le droit des peuples autant que les grands impérialismes.

Le rouge brun Jean Bricmont, interviewé sur la chaîne d’extrême droite Meta TV.

Autre posture similaire à déclinaison nationale, le « souverainisme » qui, sous couvert d’un rejet légitime des institutions de l’Europe patronale, propose l’union du « peuple » et de la « nation », toutes classes et toutes tendances politiques confondues, pour restaurer sa souveraineté. On sait comment ce genre de stratégie se termine, la dernière personnalité ayant emprunté le toboggan étant Jacques Sapir, souverainiste « de gauche » qui va ouvrir la prochaine université d’été du FN.

Le premier principe du campisme a pour trait commun de se déployer sur des bases partielles et partant de conduire à des délimitations erronées. À rejeter l’impérialisme, ou les institutions internationales, ou le capital financier, ou les grands projets inutiles… on ne rejette jamais le capitalisme en tant que tel et on ne construit pas son camp sur des bases de classe. On se trouve dès lors potentiellement allié à certains de nos pires ennemis, comme en témoignent les nombreuses passerelles vers l’extrême droite, construites et entretenues par toutes sortes de militants confusionnistes qu’on ne citera pas ici. Le campisme est ici dramatique en ce qu’il conduit à s’allier à ses propres adversaires.

Conférence au sommet entre Etienne Chouard et Michel Collon.

Le second principe est plus subtil, et certains y succombent même en ayant résisté au premier – même si l’inverse est généralement faux. Ce principe est de l’ordre du réflexe qui veut qu’on ne touche pas à la famille quand bien même cette famille aurait des cadavres dans les placards. Le mouvement ouvrier politique du XXe siècle ne s’est pas relevé de cette forme de campisme : la solidarité de classe envers la révolution russe s’est muée en adhésion majoritaire aux crimes staliniens. Mais le campisme communiste n’est pas le seul. D’autres positionnements du mouvement ouvrier ont conduit et conduisent encore à fermer les yeux sur des aspects de dominations considérés comme secondaires car ne relevant pas de l’exploitation de l’Homme par l’Homme : la domination masculine, le racisme issu du colonialisme, l’homophobie…

Jean Bricmont et sa fixette monomaniaque sur BHL relayant RT, la chaîne propagandiste de Moscou. Dans ses contacts, on retrouve la bachariste Adeline Chenon Ramlat, Jonathan Moadab venant de la web tv d’extrême droite Agence Info-Libre et travaillant pour RT ou encore l’ex-dieudonniste belge Olivier Mukuna, dont l’interview d’Houria Bouteldja (PIR) sera refusé par tous les médias belges francophones mais diffusé sur le site d’extrême droite bachariste Le Cercle des Volontaires.

Cette stratégie ouvriériste peut aller loin, jusqu’à soutenir des positions antiféministes comme le PCF dans les années 1960. Symétriquement, des mouvements luttant contre diverses formes de domination ont succombé au campisme, en priorisant leur lutte au détriment des autres. On a vu et on voit ainsi des féministes (sincères) ignorer les questions de dominations sociale ou raciale, des soutiens (sincères) de la cause palestinienne ignorer l’antisémitisme, des supporters (sincères) de la laïcité ignorer le racisme. Les campistes sont alors les premiers idiots utiles de l’instrumentalisation de leur cause par certains de leurs pires adversaires.

Dernier avatar du campisme, celui que Jacques Fortin, militant LGBT et d’extrême gauche, a appelé l’islamocampisme (voir sur son blog). C’est ce positionnement des opposants légitimes et sincères au racisme antimusulman, qualifié d’« islamophobie », qui ignorent tout ce que l’islam comme religion et l’islamisme comme courant politique portent de régressif pour le droit des femmes, des homosexuel.le.s et, plus généralement, pour les libertés. Cela conduit certains des défenseurs, encore une fois légitimes, des musulman.e.s contre le racisme dont ils sont victimes, à ignorer totalement les autres dominations subies par nombre de musulman.e.s (second principe), et dans le pire des cas, à ne pas être gênés de la compagnie d’islamistes plus ou moins « modérés » dont les valeurs sont à l’opposé des leurs (premier principe). Il y a eu une expression symptomatique de ce campisme à l’occasion de l’affaire du burkini cet été, quand de nombreux communiqués d’extrême gauche et libertaire ont dénoncé à juste titre les décrets anti-burkini et les arrestations sur les plages, mettant en avant la liberté individuelle des musulmanes mais ignorant totalement le sens politique, collectif, de la progression des voiles et burkinis sous toutes les latitudes. (Pour lire quelques textes qui prennent le contrepied de ce positionnement, voir ici.)

Première livraison de l’affiche du rendez-vous, le philo-négationniste Bruno Drweski mais aussi le groupe de la FA Regard Noir, dissout depuis, qui finiront par être retirés de l’affiche de cette réunion. Dans les intervenants, Alima Boumediene Thiery, proche d’Europalestine et victime de l’Ordre “sioniste” des Avocats, Yasser Louati qui a seulement quitté le CCIF en juin 2016 ou encore la militante anti-avortement Ismahane Chouder, un meeting et une pétition à l’initiative de l’association ALCIR 20.

En agglomérant systématiquement à son camp certains de ses adversaires ou au moins certaines de leurs positions, le campisme est l’ennemi de l’émancipation. Résister au campisme suppose de refuser certains alliés faciles et de ne rien lâcher dans le rejet des dominations. Lutter sans hiérarchie contre les dominations sociales, de genre, d’orientation sexuelle, religieuse ou nationale, lutter contre ces dominations non seulement quand elles sont incarnées par l’adversaire mais aussi dans notre propre camp, c’est à ce prix que nous pourrons contribuer à l’émancipation.

 

Raph

Article paru dans RésisteR ! #44, le 17 septembre 2016

 

 

Mai 37 en Espagne, la contre-révolution stalinienne à l’oeuvre

Il y a 80 ans, Barcelone se soulève pour la seconde fois : 10 mois après l’insurrection victorieuse du 19 juillet 1936, la ville se couvre à nouveau de barricades. Si les barricades sont bien les mêmes (une grande partie des militants « destacados » influents de la CNT sont absents de ce mouvement), les défenseurs de l’ordre établi, eux, ont changé d’uniforme, changé de maître : ils œuvrent maintenant pour la défense de l’état républicain de plus en plus dominé par les communistes (eux-mêmes entièrement manipulés par les soviétiques) dont l’objectif prioritaire est de restaurer l’ordre républicain en éliminant la révolution sociale et ses propagateurs.

Ces combats du mois de mai 1937 vont faire plus de 500 morts et au moins 1000 blessés, c’est-à-dire qu’ils causeront plus de victimes que l’insurrection populaire du 19 juillet 1936 qui, dans une grande partie de l’Espagne, a vaincu le soulèvement des militaires fascistes.

Après la fin des combats, la ville, ainsi qu’une bonne partie de la Catalogne, seront quadrillées et les rafles, les arrestations, les exécutions se multiplieront. Des dizaines de cadavres seront retrouvés dont beaucoup portant des traces de torture ; de nombreuses disparitions seront signalées. Les victimes sont membres des Jeunesses Libertaires, de la CNT, du POUM.

Alors que des militants des comités de quartier et des comités de défense sont en première ligne, les « comités supérieurs » de la CNT (régional et national) optent pour une solution négociée et appellent à la cessation des hostilités. A la dureté des affrontements viennent s’ajouter, pour les militants de base, le désarroi et l’amertume. Comment les « comités supérieurs » ne comprennent-ils pas l’enjeu de ces combats ? Les appels au calme de Garcia Oliver et de Fédérica Montseny (alors ministres de la justice et de la santé) diffusés à la radio semblent tellement suspects que selon le militant et historien cénétiste, José Peirats « parmi les combattants libertaires, le bruit courait que les orateurs étaient séquestrés par les communistes et qu’ils étaient obligés de lire les textes qui leur étaient dictés ». Cette rumeur faisant de Garcia Oliver et de Fédérica Montseny les otages des communistes se répand si bien « que les militant confédéraux qui contrôlaient la forteresse de Montjuic pointèrent les canons vers la généralité, sans jamais les utiliser ».

De fait les « comités supérieurs », les dirigeants de la CNT n’étaient pas, au sens strict du terme, « otages » des communistes mais ils avaient dès le 23 juillet fait le choix de la collaboration avec les institutions étatiques, privilégiant la lutte contre le fascisme au détriment de la révolution sociale. Ce choix les liait donc, de fait, à ces dangereux partenaires. Ils avaient à la fois sous-estimé la redoutable capacité de nuisance des communistes, tenus pour quantité négligeable (or, leur nombre va s’accroître rapidement), surestimé leurs propres forces, et surtout très largement sous-estimé la difficulté de se mesurer à des politiciens professionnels sur leur terrain.

Si pour les comité supérieurs de la CNT, le fascisme était bien l’ennemi numéro un (ils ont en conséquence joué la carte de l’unité anti-fasciste de façon quasiment suicidaire), les communistes avaient, quant à eux, comme priorité absolue la marginalisation, voire l’élimination, des libertaires et des militants du POUM. Ceci constituait, de leur point de vue, une première étape nécessaire pour parvenir à la victoire contre le fascisme.

José Peirats rappelle qu’un des leaders du PSUC (parti communiste catalan) avait déclaré : « avant de prendre Saragosse (aux mains des fascistes), il faut prendre Barcelone (ou prédominait la CNT). Ce genre de propos en dit long sur l’état d’esprit qui animait les communistes à ce moment-là et illustre parfaitement leur conception de l’unité anti-fasciste. Il n’est pas inutile de rappeler que le PC espagnol n’était, à cette époque, pas implanté dans la classe ouvrière et que pour se développer, il se présentait, coté républicain comme le parti protecteur de l’ordre et de la propriété. Ainsi, il attirait à lui les membres de la petite et moyenne bourgeoisie effrayés par les mesures révolutionnaires (autogestion des entreprises, contrôle ouvrier, communautés rurales, etc) impulsées par les anarchosyndicalistes. A l’évidence, les intérêts de cette petite et moyenne bourgeoisie étaient diamétralement opposés à ceux du prolétariat gagné aux idées libertaires.

Les communistes espagnols vont bénéficier par ailleurs de l’appui inconditionnel des soviétiques. L’URSS est alors le seul état qui accepte de fournir des armes (moyennant l’envoi à Moscou des réserves de la banque d’Espagne : 500 tonnes d’or) aux républicains et leur influence ne va cesser de s’accroître. Les soviétiques, conseillers politiques ou militaires, diplomates ou agents de la Guépéou, s’introduisent dans tous les rouages de l’Etat républicain avec un objectif bien précis : le contrôler, entraver la marche de la révolution sociale qui inquiète les démocraties occidentales dont Staline souhaite se rapprocher. Le PCE et le PSUC ne sont, dans ce contexte, que les instruments dociles du maître du Kremlin.

Véritablement prisonniers de leur choix de privilégier à tout prix l’unité anti-fasciste, les dirigeants de la CNT vont être condamnés à la défensive, reculant sans cesse sur les conquêtes révolutionnaires, contraints à pactiser avec leurs adversaires politiques, laissant aux communistes et à leurs alliés (catalanistes et républicains bourgeois) l’avantage incontestable de l’offensive. Conscients de la force du mouvement libertaire mais aussi de ses faiblesses, et bien décidés à en tirer profit, les staliniens vont avoir recours à une véritable guérilla politique au sein des institutions étatiques en voie de reconstruction pour grignoter de plus en plus de postes clés et tenter d’affaiblir leurs principaux adversaires, les libertaires. En même temps, les staliniens vont se livrer à toute une série de provocations armées pour tester les réactions de la CNT et conforter dans l’absence de riposte leur avantage militaire.

Bien avant le mois de mai 37, les tensions entre anarchosyndicalistes et staliniens se multiplient. Les provocations de ces derniers gagnent en intensité, ne suscitant souvent que peu de réactions de la part des « comités supérieurs » aveuglés par leur collaboration et leur volonté de « coexistence pacifique » alors que les communistes ont fait le choix d’une agression continue. Dresser la liste exhaustive de ces provocations serait trop long, mais en voici quelques exemples :

– Le 31 octobre 36, à Valence, lors de l’enterrement d’un milicien anarchiste tué par la GPA, les communistes locaux ouvrent le feu à la mitrailleuse sur la foule des miliciens qui suivent le cercueil.

Abel Paz, historien du mouvement libertaire espagnol, rapporte que les « braves combattants du PC obtinrent une éclatante victoire, puisqu’elle fit 30 morts et plus de 80 blessés dans nos rangs ». Malgré le vif désir de revanche, on fit comprendre aux miliciens que le temps n’était pas à la vengeance mais à la lutte contre le fascisme et c’est ainsi, conclut Abel Paz, « qu’il n’y eut pas de réponse à cet odieux massacre ».

– Le 19 février à Almorta un milicien CNT très connu, Francisco Maroto, est accusé de trahison (il fait des incursions en terrain ennemi) par des communistes et condamné à des années de prison. La direction de la CNT le soutient très faiblement. 
-Le 8 mars 37 à Vilanesa les anarchistes défendent leur local contre une attaque policière (4 libertaires morts, 11 policiers tués).

– En ce même mois de mars, le cinquième régiment mené par le général stalinien Lister attaque et désorganise les collectivités rurales autogérées en Aragon, causant des dégâts considérables et de nombreuses victimes civiles.

– Le 27 avril, une attaque en règle contre la CNT en Cerdagne provoque la mort de plusieurs militants dont celle du leader anarchiste Antonio Martin Escudero.

– Enfin, rappelons que les circonstances de la mort de Durutti, le plus prestigieux des leaders de la CNT, n’ont jamais été éclaircies et que nombre de militants de l’époque accusèrent les communistes.

Sur le front, de nombreux incidents sont également à déplorer. Si les régiments communistes disposent d’armes modernes fournies par les russes, l’armement des colonnes anarchistes est obsolète et elles disposent de peu de munitions. Les assauts sont lancés sans couverture d’artillerie, ce qui entraîne d’énormes pertes. A l’arrière, les membres des forces la police, équipés par les soviétiques, disposent d’un équipement moderne. Tous ces faits sont largement connus et commentés, ce qui explique le sentiment de révolte partagé par beaucoup de libertaires : la coupe est pleine et il n’est plus possible de subir sans réagir. Aussi, le 3 mai 1937, lorsque les gardes d’assaut tentent d’occuper le central téléphonique de Barcelone aux mains de la CNT depuis le 19 juillet, les comités de défense et de quartiers veulent mettre un terme définitif aux ambitions des staliniens. Mais les stratèges de la CNT ont, eux, une vison autre. Obnubilés par la lutte contre le fascisme, ils ne veulent pas prendre le risque de faire exploser le front anti-fasciste et appellent à l’arrêt sans condition des combats. Pour César M. Lorenzo, historien du mouvement anarchiste espagnol, pourtant peu enclin au maximalisme, « il est hors de doute que si les leaders de la CNT avaient décidé de se lancer dans l’aventure, ils auraient vaincu sans aucune difficulté les staliniens du PSUC et leurs alliés » mais, ajoute-t-il plus loin, « l’Espagne républicaine aurait éclaté en plusieurs blocs antagonistes devenant une proie facile pour l’armée franquiste ». Pour Lorenzo cependant « … une fois de plus la CNT reculait, or ce retrait équivalait à une véritable déroute ».

L’échec de l’insurrection anti-stalinienne de mai 37 va condamner la CNT à une stratégie toujours plus défensive, laissant aux communistes et à leurs alliés l’initiative, le contrôle des forces armées à l’arrière et sur le front où l’armée républicaine professionnalisée à outrance va aller de défaites en défaites jusqu’à la déroute finale.

80 ans après mai 37, quels enseignements tirer de cette défaite ? 
Aujourd’hui, le néo-fascisme moderne et son corollaire obligé, l’anti-fascisme unitaire, refont surface. Pendant la révolution espagnole le prétexte de l’unité anti-fasciste fut utilisé comme un leurre destiné à permettre la reconstruction des institutions étatiques, mises à mal par la révolution libertaire. En 2017, la bourgeoisie républicaine française instrumentalise la peur qu’inspire le fascisme (même dans sa version light) pour consolider son pouvoir. Pourtant, ce sont bien les gouvernements issus de cette même bourgeoisie républicaine et libérale qui, sous prétexte de défendre la démocratie, mettent en place des mesures liberticides (État d’urgence) et proclament des lois contraires aux intérêts des travailleurs.

L’État, rempart de la bourgeoisie, quel que soit le masque sous lequel il se présente, est l’ennemi juré des militants de la liberté, de l’égalité et de la justice. Prétendre qu’il existerait une hiérarchie dans la dangerosité des ennemis de la Liberté, et en conclure qu’une sorte d’alliance avec les moins pires, serait possible est une illusion mortelle. L’échec de la révolution libertaire espagnole nous le rappelle cruellement.

 

CNT-AIT Toulouse

 

Violence du Front national et impuissance congénitale de la gauche

A propos du livre de Marine Tondelier «Nouvelles du Front», Editions Les liens qui libèrent [1], 2017

Sur la couverture, l’éditeur a introduit un ajout explicatif pour mieux expliquer le contenu de l’ouvrage «La vie sous le Front National. Une élue de l’opposition raconte». Le mot le plus éclairant dans ces deux phrases est l’adverbe «sous» car ce livre décrit parfaitement (même si l’auteure n’en tire aucune conclusion politique réelle) l’impuissance totale de la gauche dite «antifasciste» (ou de l’extrême gauche électoraliste ) face à un parti qui utilise les mécanismes républicains pour imposer son idéologie, ses pratiques et ses hommes de main à la population d’une ville de 26 000 habitants. Mais nous reviendrons sur la veulerie politique de la gauche en conclusion.

Steeve Briois, le maire d’Hénin-Beaumont et député européen depuis 2014, est le nouveau président par intérim du Front national, en remplacement de Jean-François Jalkh, admirateur du Maréchal Pétain [2] rattrapé par des propos négationnistes. [3]
 Techniques de gestion de la vie locale par le FN : violences verbales continuelles et harcèlement systématique des principaux acteurs de la vie municipale

En cette année électorale, il est fort utile de comprendre concrètement comment le Front national encadre et manipule la population. Dire qu’il s’agit d’un parti d’«extrême droite», de la «droite radicale» ou «populiste», voire d’une organisation «fasciste» ou «néonazie» ne nous éclaire guère sur ses méthodes d’implantation et de domination dans un territoire donné aujourd’hui. D’autant plus que, parmi ces diverses étiquettes, celles qui induisent la critique la plus radicale du FN risquent de nous faire croire, bien à tort, que la violence physique serait l’arme principale du FN pour s’enraciner et s’imposer localement.
Ce livre a au moins une qualité : il nous décrit en détail les méthodes du FN dans le cadre de la «démocratie municipale» :
– harcèlement et surveillance permanente des employés municipaux et des militants de gauche ou hostiles au FN : la délation et l’espionnage par les employés encartés au FN deviennent des pratiques courantes et acceptées par l’ensemble du personnel ;
– diffamation et calomnies systématiques lancées contre les élus de gauche et le curé, le journal régional (La Voix du Nord) qui se montre un peu critique vis-à-vis de la gestion du FN ; ces pressions s’exercent par des messages téléphoniques (anonymes ou pas), des emails et des SMS, la multiplication des demandes de droit de réponse dans les journaux, des manifestations devant le journal régional, etc. ;– multiples «blagues» racistes répandues sur le Net comme en public ;– utilisation (de temps en temps) de la police municipale pour empêcher la distribution de tracts de l’opposition ;– falsification et intox bien organisées dans la presse municipale comme sur les réseaux sociaux (création d’un site anonyme La Voix de Hénin, qui sert de porte-voix aux calomnies et délires FN), et dans les tracts, affiches et discours du FN ;– épuration et mise au pas de toutes les associations locales à qui l’on demande de «faire des remerciements à la mairie dans les allocutions» et de «faire figurer le logo de la ville dans leur communication écrite», ce qui conduit certains dirigeants d’associations à démissionner et d’autres, moins fermes sur leurs principes antifascistes, à se montrer hypocrites, à «faire semblant de rire, d’être agréable devant eux» ;– utilisation des réunions du conseil municipal comme moyen de pression sur les élus de gauche par tous les moyens : interruptions intempestives venant tant des élus FN que des sympathisants frontistes mobilisés massivement (150 à 200 personnes «rameutés à grand renfort de textos ou d’emails comme l’affirme Bruno Bilde à un journaliste du Monde en juin 2016») dans la salle pour conspuer bruyamment et violemment l’opposition ; brouhaha organisé durant les interventions de l’opposition ; placement des élus de l’opposition dos au public alors que les élus FN font face à la salle, etc. ;– pressions sur les commerçants pour qu’ils mettent en vitrine les affiches de propagande de la mairie.

Ces différentes techniques de manipulation de l’opinion sont toutes considérées comme «républicaines» par le FN et ses militants, puisque les émules de Marine Le Pen prétendent se situer dans le cadre démocratique bourgeois et ne pas vouloir renverser l’Etat, contrairement à ce que préconisaient les fascistes et les nazis des années 20 et 30.


Ces méthodes de propagande et ces pressions ont plusieurs fonctions :

 

– pousser à la faute tous les employés municipaux qui ne prêtent pas allégeance au FN, ce qui permet d’accumuler les blâmes et les procédures contre eux, voire de les licencier en toute ‹«légalité». Pour cela, les cadres du FN n’hésitent pas à donner des ordres absurdes, ou erronés, puis à nier les avoir donnés ; ils insultent régulièrement les employés, en lançant des remarques sur leur physique ou leur vie sexuelle, dans l’espoir que ceux-ci ou celles-ci réagissent violemment ou craquent nerveusement (donc qu’ils fassent preuve de leur supposée ‹«incompétence» à gérer le stress au boulot). «Il faut à chaque erreur ou imprécision désigner celui qui subira les quolibets ou les pressions de la part de l’autorité, jamais responsable et ne se préoccupant que vaguement de la conception des projets afin d’en laisser peser toute la responsabilité sur l’administrateur» ;
– pousser à la démission les employés et cadres municipaux de gauche ou ‹«républicains», soit parce qu’ils entrent en dépression, soit parce qu’ils n’ont pas le cuir assez dur pour résister à ces pressions et préfèrent quitter la mairie sans faire de vagues ;
– présenter systématiquement les membres et soutiens de l’opposition comme des gens «incultes», des «dingues» bons pour l’asile, des individus incompétents, des ‹«nazis», des «khmers verts», des «gauchistes», des «bolcheviks», etc. Et dans les réunions internes se moquer des «cas sociaux» (les «cas soc» dans la bouche du FN) et des ‹«alcooliques» ;
– multiplier les mutations et les déménagements, collectifs et individuels, au sein des bâtiments municipaux de façon à saper les équipes et les liens de solidarité au sein du personnel municipal.
Lorsque ces méthodes frisent l’illégalité (par exemple, le placement de caméras de vidéo-surveillance à l’intérieur même de la mairie ; ou le flicage systématique des comptes Facebook des employés, flicage suivi de convocations et de réprimandes par les cadres du FN), l’extrême droite nie toujours ses intentions malveillantes et invente des histoires à dormir debout pour justifier ces pratiques. Par exemple, lorsque le FN interdit aux élus de l’opposition de déposer une gerbe portant une mention partidaire dans un cimetière, il invoque une loi inexistante pour imposer sa dictature locale. Et, cela sans le moindre risque, puisque les élus de gauche décident de toute façon de plier l’échine sans même vérifier la légalité d’une telle interdiction : «Nous déposons finalement, sous sa surveillance furibonde, nos gerbes dépouillées de toute mention politique, en silence».
On comprend bien que dans un tel climat, la plupart des employés municipaux et même des habitants de Hénin-Beaumont, même ceux qui désapprouvent le FN, préfèrent faire le dos rond, ne pas «provoquer» le FN, être polis-gentils avec cette bande de voyous élus au suffrage universel. Comme l’écrit Tondelier : « Bel exercice de propagande, qui torture les consciences : se taire, c’est accepter ; dénoncer, c’est envenimer et s’exposer à de nouveaux problèmes. Pour éviter les polémiques inutiles chacun ferme les yeux mais n’en pense pas moins. »

 

D’autant que la médaille FN a un autre revers, qui, après les manipulations «démocratiques» de la population, vise à la séduire : « ils retiennent les prénoms, prennent patiemment la pause avec les enfants, signent des autographes (…) [Briois] a concocté sa profession de foi de 2014 à partir d’un questionnaire distribué dans toutes les boîtes aux lettres. (…) Du bio dans les cantines scolaires, plus de pistes cyclables, moins d’impôts, davantage de comités de citoyens, plus de transparence dans la prise de décisions. On reconnaît à peine le parti de Jean-Marie. Tout au plus le thème de la sécurité, cher au siège, est rappelé avec la revendication de “tolérance zéro”, la proposition de créer une “unité d’intervention” disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, d’installer des caméras de surveillance et de bouter les délinquants hors des logements sociaux ».

De l’impuissance congénitale de la gauche face aux méthodes totalitaires du FN

Le second aspect intéressant du témoignage de Marine Tondelier est sa description (involontaire même si c’est certainement une femme sincère et courageuse) de l’impuissance de la gauche réformiste.

Elue écologiste, elle n’est pas liée à l’ancienne équipe municipale socialiste qui pratiqua un clientélisme effréné et ruina les finances de la commune , permettant ainsi à Steve Briois et à une camarilla de frontistes («immigrés» d’ailleurs d’autres régions de France) de transformer Hénin-Beaumont en un bastion puis en la vitrine du FN .
Cependant, Tondelier est totalement prisonnière des préjugés légalistes de la gauche réformiste. Comme elle le dit elle-même «Au début du mandat, confiants dans l’engagement démocratique du nouveau maire, nous suivions ses consignes et lui adressions nos questions directement par email». En 2014, elle a pourtant affaire, en la personne de Briois, à un militant frontiste encarté depuis son adolescence dans un parti qualifié de « fasciste » !
Elue, elle veut, comme les autres membres de l’opposition, ne pas tomber dans les provocations permanentes du FN. Elle s’impose donc de ne pas s’énerver ; d’être polie (tout comme le directeur des Affaires juridiques, hostile au FN, qui traverse la rue pour saluer les élus FN et se trouve «terriblement gêné» devant l’agressivité de ces derniers face à des Roms) ; de laisser les élus frontistes raconter n’importe quoi sans les interrompre grossièrement ; de ne pas répondre à la violence physique par exemple quand une militante du Parti de Gauche est jetée dans un ascenseur par deux vigiles («on n’a pas osé intervenir, on ne savait pas vraiment quoi faire», raconte une conseillère municipale). Elle se rend à toutes les cérémonies locales, ou au moins essaie d’y être présente (car souvent le FN l’empêche, elle, ou d’autres élus d’y participer), bref, elle joue le jeu démocratique que violent tous les jours les militants et les élus du FN.

Elle participe avec les responsables CGT au pot de l’amitié organisé par le maire le 1er mai 2014. Et après cette cérémonie «qui s’est si bien passée» (sic) elle se plaint que la mairie finisse par annuler ce rituel de collaboration de classe. Tondelier n’imagine même pas d’organiser un Premier mai indépendamment du FN, ce qui serait quand même la moindre des choses pour une militante de gauche !

Lors d’un hommage à une figure régionale de la Résistance et du Parti socialiste, Jacques Piette, elle se retrouve coincée puisque, écrit-elle, «nous souhaitons rendre hommage à ce grand homme, nous sommes pris au piège : boycotter ou dénoncer serait irrespectueux, alors nous ne disons rien». Et Tondelier de remarquer «un boycott serait surréaliste et ce genre de circonstances interdit les polémiques» à propos de trois élus du FN, petits-fils de déportés, qui prétendent dénoncer l’antisémitisme le 8 mai, alors que leur parti fourmille d’antisémites !
Il ne lui vient même pas à l’idée (ni à la gauche locale d’ailleurs) d’organiser une manifestation séparée, à cette occasion comme en bien d’autres mentionnées dans son livre. Ce qui aboutit à commémorer «la victoire de la Résistance et des alliés de la France face au totalitarisme nazi et à ses alliés de Vichy» avec les militants d’un Parti qui s’est construit sur la base du négationnisme et la dénonciation des résistants ! Quoi que l’on pense du contenu politique nationaliste bourgeois de la Résistance, on attendrait au moins de la gauche qu’elle ne célèbre pas de tels événements avec les défenseurs de la Collaboration et du pétainisme qu’ont toujours été les frontistes, malgré quelques ravalements de façade récents.
Tondelier veut se montrer aussi patriote que le FN, ce qui évidemment ne marche pas car les patriotes et les nationalistes préfèrent toujours l’original à la copie. Ainsi elle croit qu’il faut opposer à une « version patriote bleu marine » de La Marseillaise une autre version républicaine, celle de la gauche je suppose, mais elle s’empêche même de la défendre puisqu’elle accepte de dialoguer et de coexister démocratiquement dans la même institution avec le FN.
L’élue verte s’indigne que le FN l’empêche de distribuer des tracts contre le TAFTA parce que l’extrême droite locale a voté une motion de la gauche condamnant ce traité. Mais elle ne s’interroge pas sur ces convergences régulières entre altermondialistes et groupes d’extrême droite à propos de questions piégées comme celles du protectionnisme et du libre échange.

 

Même sur le terrain du racisme antimusulmans, la gauche réformiste et multiculturaliste se fait piéger par le FN local, puisque après avoir fait campagne contre la construction d’une mosquée en 2001, Briois «entretient des relations diplomatiques avec les responsables de la mosquée Ennasr» ; qu’il « a délivré un permis de construire le 7 mars 2016 pour agrandir celle d’Hénin » et que, «au lendemain des attentats de Charlie Hebdo», il s’est rendu dans les locaux de la mosquée ‹«pour inviter les administrés musulmans à se joindre au rassemblement organisé deux jours plus tard par la municipalité».
Sur le terrain du racisme contre les Africains (l’un des fonds de commerce des lepénistes pendant des années), le FN sait se livrer à des manœuvres démagogiques (et qui ne se traduisent par aucune solidarité concrète) en invitant par exemple le maire de Rufisque, commune sénégalaise jumelée avec Hénin Beaumont. Steve Briois se paie ainsi le luxe de faire venir un groupe d’élus en habits traditionnels africains qui copinent poliment devant les photographes avec les adjoints du FN en présence de Florian Philippot.

Et Tondelier, en bonne laïque new look (c’est-à-dire favorable sans doute aux «accommodements raisonnables» qui consistent pour la gauche à capituler devant les pressions des Eglises), regrette même que le curé ne soit pas invité (pendant deux ans) à la fête de la Sainte Barbe. Est-ce le boulot de militants de gauche de faire la promotion de l’obscurantisme religieux chrétien parce qu’il nous faudrait «écouter respectueusement» (sic) la version du Notre-Père concoctée par la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne) et même nous préoccuper des «divisions qui commencent à scinder la communauté catholique» ? Comme si l’antifascisme prôné par l’auteure n’était pas fondamentalement (et salutairement) «diviseur» !
L’auteure ne tire aucune leçon utile de l’impuissance de la gauche réformiste face au FN. Si elle fait preuve d’une résistance personnelle exemplaire face aux attaques qui la visent, elle ou d’autres élus, elle n’arrive pas à sortir du légalisme de la gauche dont seul le FN profite.

 

Malgré ces réserves, Nouvelles du Front est un livre que devraient lire tous ceux et toutes celles qui veulent comprendre le FN et lutter plus efficacement contre lui. Loin des slogans et grands discours antifascistes abstraits, cet ouvrage nous offre un portrait très vivant à la fois de la violence du FN, de la veulerie de la gauche et de la passivité fataliste d’une bonne partie de la population face à l’extrême droite.

 

 

Y.C., Ni patrie ni frontières, 17/04/2017

 

[1] Précisons ici à toutes fins utiles que Les liens qui libèrent – émanation de la maison d’édition Acte Sud que nous avions évoquée dans notre dossier « Sea Shepherd, réactionnaire mon cher Watson ” – édite des auteurs de l’écologisme et de l’altermondialisme allant de David Graeber, traité dans notre dossier Nuit Debout, l’hélicologiste pieux Nicolas Hulot, traité dans le dossier « Les Nouveaux papes verts ” ou encore le nationaliste « de gauche » François Ruffin.

[2] Edition du journal patronal Le Monde du 25 Juillet 1991: « Près de deux cents personnes se sont rassemblées, mardi 23 juillet, dans l’église Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris, pour célébrer le quarantième anniversaire de la mort du maréchal Pétain, à l’appel de l’association nationale ” Pétain-Verdun “. Le président de l’association, M. Robert de Perier, un membre du bureau politique du Front national, M. Jean Francois Jalkh, ainsi que l’ancien chauffeur officiel du maréchal Pétain, ont assisté à cette cérémonie. ”  

[3] Les propos de Jean-François Jalkh, président du Front National par intérim, fraîchement nommé puis tout aussi promptement débarqué au profit de Steeve Briois, ont été enregistrés lors d’un entretien en avril 2000 avec l’universitaire Magali Boumaza. Ils ont été retrouvés mardi 25 avril 2017.

Le capitalisme nous affame, bouffons-le !